Canton de Livernon

Livernon

630 hab. (Livernonois), 2 586 ha dont 950 de bois, chef-lieu de canton du département du Lot dans l’arrondissement de Figeac, 20 km ONO de Figeac sur le causse de Gramat, dans une petite clairière. Cette maigre bourgade, dotée d’un clocher roman, a eu 880 hab. en 1851, et seulement 320 en 1968, mais sa population augmente nettement depuis 1990, passant de 380 à 470 en 1999 (+24%), puis augmentant de 170 hab. en 2009 (+35%).

Les environs sont riches en dépressions fermées (sotchs) et en «lacs de Saint-Namphaise», mares creusées de main d’homme au Moyen Âge pour les besoins des troupeaux et attribuées par la légende à un ermite nommé Namphaise, ancien officier de Charlemagne; dolmen de la Pierre Martine. Livernon est le siège de la communauté de communes de la Vallée et du Causse, qui correspond à peu près au canton (16 communes, 3 000 hab.).

Le canton a 4 000 hab. (3 300 en 1999), 17 communes, 26 045 ha dont 10 006 de bois; sa plus grande partie s’étend dans les bois du causse de Gramat; les paysages s’éclaircissent à l’est vers le Limargue; au sud, il est traversé par la vallée très encaissée du Célé. Celle-ci entre dans le canton, et dans le causse, par Boussac (180 Boussacois, 777 ha) et Corn (200 Cornicquois, 1 536 ha dont 569 de bois), à 9 et 8 km SE de Livernon. Corn est un ancien village fortifié, où se voient les grottes elles-mêmes fortifiées du Consulat et de la Citadelle; nombreux sotchs, châteaux du 15e s. au village et, un peu en aval, de Goudou (1676 et 19e s.) sur la rive gauche et Roquefort (17e-18e s.) sur la rive droite.

Un peu en aval, les sites d’Espagnac-Sainte-Eulalie (90 Espagnaquois, 975 ha dont 460 de bois), commune associant deux villages distincts du fond de la vallée réunis dès la Révolution, sont réputés. Sainte-Eulalie, rive droite, a une église romane et surtout une grotte riche en restes préhistoriques (peintures, sculptures et gravures); Espagnac, en aval et rive gauche, a des restes d’un ancien et vaste prieuré des augustines, nommé Val Paradis, dont une porte et une église du 15e s. de style flamboyant.

En aval à Brengues (230 hab., 2 056 ha dont 921 de bois), subsistent les ruines du château des Anglais (12e s.), en partie troglodyte; grottes et habitats troglodytes, restes romains et mégalithes s’éparpillent dans le finage; Brengues a gagné 50 hab. depuis 1999. Sur le plateau caussenard, au NO de Livernon, a été aménagé l’aérodrome de Figeac-Livernon (code LFCF), qui dispose d’une piste en dur de 900 m, une gazonnée de 280 m et d’un aéroclub, dans la commune d’habitat dispersé de Durbans (140 Durbansiens, 2 781 ha dont 1 241 de bois).

Espédaillac (270 Espédaillacois, 3 493 ha dont 1 756 de bois), 8 km à l’ouest de Livernon sur le causse, fut une bourgade active et en conserve un assez riche patrimoine de maisons anciennes, le plus souvent restaurées; cette commune d’assez grande superficie a eu plus de 1 000 hab. en 1836 et en avait encore plus de 500 un siècle après; mais elle ne se dépeuple plus. Grèzes (170 Grézois, 1 102 ha dont 264 de bois), 3 km au SE de Livernon, est un petit centre de randonnées, avec lac de Saint-Namphaise, château du 17e s. et église du 12e s.

Au nord-est de Livernon, Assier (720 Assiérois, 1 649 ha dont 433 de bois) bénéficie d’une gare sur la voie de Brive à Capdenac, et de sa position de charnière entre Causse et Châtaigneraie. Son château renaissance, construit dans les années 1530, n’a conservé qu’un seul de ses quatre côtés, mais de grande qualité; église du 16e s. décorée, mégalithes; beau pigeonnier cylindrique du 16e s., de 11 m de haut. Assier partage avec Souillac un festival estival de jazz. Sa population a gagné 170 hab. de 1999 à 2009 (+31%).

La petite commune de Cambes (360 Cambois, 657 ha), 10 km au SE de Lalbenque, est la plus proche de Figeac et déjà en Limargue. Elle accueille un atelier de mécanique (Aérofonctions, 40 sal.), deux négoces de produits chimiques et cosmétiques, Sercom (20 sal., produits d'entretien) et CMPC (25 sal.); elle a gagné 70 hab. de 1999 à 2009, soit 24%.