Canton de Beauville

Beauville

610 hab. (Beauvillois), 2 317 ha dont 282 de bois, chef-lieu de canton du Lot-et-Garonne dans l'arrondissement d'Agen à la limite du Tarn-et-Garonne; c'est une ancienne petite bastide, perchée dans les serres de l'Agenais, au-dessus de la vallée de la Petite Séoune, dans un pays de blé à entreprises agricoles rénovées et lacs collinaires. Sa population chutait depuis les 1 600 hab. du début du 19e siècle, passant par 1 000 en 1900 et descendant à 460 en 1975, mais elle a un peu repris depuis. La communauté de communes des Coteaux de Beauville associe 9 communes (2 900 hab.) et siège à Beauville.

Le canton a 2 500 hab. (8 communes, 11 780 ha). La partie nord est traversée par la Petite Séoune, la limite sud suit le cours de la (grande) Séoune. La partie nord est traversée par la Petite Séoune, la limite sud suit le cours de la (grande) Séoune. Les serres au nord de la Petite Séoune relèvent des communes de Blaymont (230 hab., 1 356 ha) et Cauzac (390 hab., 1 452 ha dont 211 de bois). Blaymont a deux églises des 12e et 13e s.; et deux lacs collinaires au fond des vallons que domine le petiti village; celui-ci est en bout d'éperon, et doublé au nord par le hameau de Lacardayre sur la route du plateau. Cauzac a deux églises du 12e s. et un château (13e et 16e au 18e s.). La commune n'a pas de centre; elle partage avec Blaymont le hameau de Saint-Victor sur le plateau, son habitat se disperse en petits hameaux de rebords de plateau; un petit lac collinaire est en fond de vallon sous le château et l'église Sainte-Eulalie (11e s.).

Saint-Maurin (460 hab., 2 174 ha dont 228 de bois), «village de caractère» avec musée ethnographique, église des 12e et 15e s., 13 km au sud de Beauville, tient la partie sud-est du canton. Le village, par exception, est en fond de vallée dans celle de l'Escornebœuf, affluent de la Séoune. Saint-Maurin a absorbé en 1828 la commune de Ferrussac, dont restent un hameau et un moulin au bord de la Séoune. Le finage comporte de nombreux hameaux, dont celui de Saint-Pierre-del-Pech sur le plateau conserve une église romane à beau porche et petit clocher-mur et son cimetière. Une ancienne abbaye clunisienne subsiste au village, qui en est issu; elle a un beau cloître (15e s.) à chapiteaux sculptés, et un musée ethnographique y a été aménagé. La commune partage avec Montjoi un lac de barrage dans le vallon du Merlet à l'est, un autre avec Tayrac à l'ouest.

Tayrac (320 hab., 1 289 ha dont 200 de bois) occupe le sud-ouest du canton; le village est seul dans la vallée de la Séoune et a une belle église romane (12e s.), mais son finage s'étend vers le nord-est sur le plateau et partage avec Saint-Maurin un lac collinaire dans le vallon du ruisseau de Mourgues. Les trois autres communes sont sur les collines que longe la Petite Séoune, au sud-ouest du chef-lieu. Engayrac (150 hab., 1 003 ha) est la plus proche de celui-ci, à 2 km à vol d'oiseau au sud (5 km par la route); château de Combebonnet (12e et 17e s.). Dondas (210 hab., 1 437 ha dont 203 de bois) est à 7 km au sud-ouest sur une butte, et son finage s'étend vers le sud-est, englobant les hameaux du Grand Cucal et de Gandaille, et une bonne partie de la vallée de Gandaille, où elle partage un lac de barrage avec Engayran. Saint-Martin-de-Beauville (170 hab., 754 ha) est à 11 km au sud-ouest du chef-lieu; église des 11e et 12e s., maçonnerie Quercy Bleu (25 sal.).