Canton de Meilhan-sur-Garonne

Meilhan-sur-Garonne

1 500 hab. (Meilhanais) dont 170 à part, 2 862 ha dont 247 de bois, chef-lieu de canton du Lot-et-Garonne dans l’arrondissement de Marmande, 14 km à l’ouest de Marmande sur la rive gauche de la Garonne et le canal latéral (halte nautique). Le village se tasse sur un éperon de confluence découpé dans la terrasse de rive gauche de la Garonne par le ruisseau Tort qui s'y encaisse; le canal latéral se glisse au pied du talus de terrasse et du village en rasant la rive du fleuve, ajoutant à l'originalité du site. Le finage comprend deux fractions de la plaine de la Garonne en amont et en aval, et s'étend plus largement sur la terrasse au sud, où il va jusqu'au pied des collines, au-delà de l'autoroute. La commune abrite un établissement d’enseignement privé non confessionnel avec internat de 150 élèves et à recrutement international (école de Tersac, 50 sal.), crée en 1967, et un atelier de charpentes (25 sal.) Sa population a diminué jusqu'en 1 999, depuis les 2 500 hab. du milieu du 19e siècle, mais a repris ensuite quelques dizaines d'habitants.

Le canton, limitrophe de la Gironde, a 4 800 hab. (4 500 en 1999), 8 communes, 10 670 ha. Situé presque entièrement au sud de la Garonne, il est traversé par l’A 62 et le canal latéral. Couthures-sur-Garonne (430 hab., 698 ha) est à 5 km à l'est de Meilhan au bord de la Garonne; il s'y fait en été un spectacle de «scénovision» de la Garonne. Son finage occupe un lobe de méandre de la Garonne; les déplacements du fleuve ont fait qu'une fraction de la rive gauche, l'île Gridon juste au nord du village, appartient à la commune de Sainte-Bazeille qui est sur la rive droite; la D 3 relie les deux villages par le seul pont du canton. Jusix (120 Jusiquais, 750 ha) est la seule commune sur la rive droite de la Garonne, voisine de Lamothe-Landernon, mais n'a pas d'autre accès au chef-lieu que ce pont. Le village est également dans la plaine alluviale et son finage occupe un autre lobe de méandre en aval de celui de Couthures; un grand verger au sud-ouest sur l'«île» de Passebec.

Gaujac (300 hab., 733 ha), 8 km ESE du chef-lieu, est voisine de la commune de Marmande; le village est sur la rive gauche de l'Avance, qui conflue avec la Garonne juste au nord, dans la commune; le château de Cantecort est juste au nord-ouest; il vient d'un château fondé par les Albret au 15e s. pour percevoir les péages sur la Garonne et a été reconstruit au 18e s. puis réaménagé au 19e s. Au nord-est, l'ancienne île Souilhagon est rattachée à Marmande; le finage est tout entier dans la basse plaine, et traversé à l'est par la voie ferrée de Casteljaloux, fabriques d’emballage de bois Père (100 sal.) et Mirabel (35 sal.).

Montpouillan (650 hab., 1 207 ha dont 204 de bois), juste au sud de Gaujac, est sur la terrasse, dont le canal latéral longe le talus; le finage comprend une partie de la plaine mais s'étend davantage au sud sur la terrasse, où il est traversé par l'autoroute des Deux Mers; 84 ha de vignes. Marcellus (810 hab., 1 177 ha), 7 km SE de Meilhan, est dans la même situation que Montpouillan, un peu au nord-ouest; quelques restes d'un «ancien bourg» indiquent que le village était jadis légèrement plus à l'est, sur le rebord de la terrasse au débouché du vallon encaissé du Sérac dans la plaine. Le finage comprend une large portion de terrasse entre le Sérac et le vallon parallèle du Baqueyron, également encaissé à l'ouet, et une petite fraction de plaine au-delà du canal latéral; l'autoroute traverse le territoire au sud; château du 18e s., 116 ha de vignes. La population a dépassé 1 000 hab. en 1841, mais était descendue à 570 autour de 1980.

À 10 km au sud du chef-lieu dans les collines, la commune de Cocumont (960 hab., 2 544 ha dont 511 de bois) est un haut lieu du Queyran, siège d’une cave coopérative des côtes-du-marmandais (50 sal.) et première commune viticole du département avec 568 ha de vignes, avant Buzet. Le village est juché sur une crête à cinq ou six branches, l'église étant séparée au nord-ouest à côté de la cave. Le finage comprend une partie triangulaire de la terrasse au nord, que traverse l'autoroute, équipée d'une aire de repos. La commune a gagné 60 hab. de 1999 à 2008. Saint-Sauveur-de-Meilhan (310 hab., 703 ha) est à 6 km SSO de Meilhan; son finage est limité à l'ouest par le cours du Lisos, qui s'encaisse dans les collines; il contient au sud une part des collines viticoles, tout en s'allongeant au nord sur la terrasse; le village est au contact des deux terroirs; 118 ha de vignes sont cultivés. La commune a eu 700 hab. en 1846, 250 en 1999.