Canton de Nérac

Nérac

7 500 hab. (Néracais), 6 268 ha, sous-préfecture du sud-ouest du Lot-et-Garonne sur la rive gauche de la Baïse, à 40 km d’Agen. Ce fut une ville active au 16e s., sous la famille d’Albret et comme capitale d’Henri de Béarn (et de Navarre), ce qui y favorisa une bourgeoisie de robe. La vieille ville, avec le château d’Henri IV et son musée, est très visitée; un centre nautique y a été aménagé; la commune est «station verte de vacances» et cherche à favoriser le tourisme fluvial. Elle a un faubourg sur la rive droite, dit Petit Nérac, des pépinières, et quelques entreprises, dont une usine Babcock Wanson (chaudières et brûleurs, 150 sal.), le siège de Syngenta Seeds (semencier néerlandais, 130 sal.) en France, le négoce agricole Limagrain (40 sal.) et les panneaux de bois Marcoplac (30 sal.); magasins Intermarché (45 sal.), Carrefour (30 sal.), Leader-Price (20 sal.); aide à domicile ADMR (40 sal.). La population a peu bougé dans le temps: 7 600 hab. en 1876, 6 400 en 1900, 5 800 en 1930, 6 300 en 1960, 7 200 en 1975 (sdc). Elle a crû de 80 hab. seulement entre 1999 et 2008. Nérac est le centre de la communauté de communes du Val d’Albret (16 communes, 17 500 hab.) et du pays Cœur d’Albret (36 communes, 26 800 hab.).

Nérac a un éventail large d’équipements: lycée agricole avec centre de formation professionnelle, lycée professionnel et lycée général, collège, tous publics; centre hospitalier public (20 lits), maison de retraite Orpea (50 sal.), un lycée agricole au sud-est au hameau de la Lanne. Son finage étendu atteint à l'ouest les cours de l'Osse et de la Gélise à la limite de la forêt landaise, porte de nombreuses serres et s'orne notamment des châteaux Douazan (15e au 19e s.) au sud-ouest, Pierron et Tasta à l'ouest, la Tour au nord, de Bournac (16e, 17e, 19e s.) et Séguinot (16e s.) sur la rive gauche de la Baïse en aval, et Lagrange-Monrepos (1644 et 1734) sur la rive droite; monastère de clarisses au Pin juste à l'ouest de la ville sur la colline; église d'Asquets isolée au SSO (refaite en 1875-1883); Puy-Fort-Éguille est un hameau de colline au sud-est, sur un ancien établissement templier dont il reste quelques éléments; hameau et église de Bréchan au nord.

L’arrondissement de Nérac a 38 300 hab. (37 000 en 1999), 58 communes, 7 cantons, 156 000 ha et correspond au quart sud-ouest du département. Le canton de Nérac a 9 500 hab. (9 000 en 1999), 8 communes, 16 560 ha; traversé du sud au nord par la Baïse et par l’Auvignon, allongé d’ouest en est, il commence à la limite de la forêt landaise et sa partie orientale est dans le Brulhois. Andiran (250 hab., 989 ha) est la seule commune entre Gélise et Osse et son territoire va jusqu'à leur confluent; château Hordosse (14e et 17e s.) au nord-ouest, Lassalle (tour du 13e et corps du 18e s.) au sud-ouest; fabrique de conserves Danival au Moulin (80 sal.). Fréchou (220 hab., 1 197 ha), 6 km SSO de Nérac sur une colline dominant l’Osse, héberge le siège de la communauté de communes des Coteaux de l’Albret (10 communes, 4 000 hab.) qui s’étend surtout dans le canton voisin de Francescas; le finage atteint à l'est la Baïse; château des 13e et 18e s. au village, châteaux de Laclotte au sud (14e, 16e, 20e s.), Maurier (19e s.) au nord-est.

Calignac (460 hab., 1 838 ha) est un village 9 km à l'est de Nérac, au passage de la D 7 sur une colline entre deux vallons descendant vers l'Auvignon à l'est; le château Barbé est juste au nord-ouest, le château Mons (17e s.) plus loin au nord, les châteaux de Lassale (17e s.) et de Caubéos (18e s.) au sud-est, celui de Cardéran (19e s.) à l'est au-dessus d'un lac collinaire. Saumont (220 hab., 674 ha) est un petit village de colline 4 km plus loin au sud-est de Calignac, sur la crête qui sépare les vallées du Grand et du Petit Auvignon; château-hospice du 17e s. Espiens (400 Espiennais, 1 748 ha), 7 km au NE de Nérac, est sur un promontoire dominant la vallée du Galoup, affluent de la Baïse, qui s'orne de lacs collinaires; le village conserve une tour; châteaux de Dourdé sous le village, Mazelières (1675) au nord-est, Rose Heyte (17e et 18e s.) et d'Arconques (17e s. sur une base du 12e s.) au nord-ouest.

À l’extrémité orientale du canton, le village de Moncaut (520 Moncautois, 1 576 ha) se perche sur une butte entre les bassins de l’Auvignon, de la Labourdasse et du Mongrenier; dans ce dernier, lac collinaire de 12 ha; au SO, petite église romane classée de Fontarède au-dessus de l’Auvignon. La commune a gagné 90 hab. de 1999 à 2008, comme sa voisine Montagnac-sur-Auvignon (600 hab., 2 269 ha dont 350 de bois), également perchée au-dessus de l’Auvignon à 13 km ENE de Nérac. Son finage contient quatre châteaux (du 16e au 19e s.) dont Saint-Loup (18e s.) au nord-ouest, Revignan (tour du 18e s.) et Peyrecave (19e s.) au sud, une tour près du village (17e s.), et une église romane à beaux chapiteaux.