Canton de la Canourgue

Canourgue (La)

2 220 hab. (Canourguais) dont 100 à part, 10 429 ha dont 1 453 de bois, chef-lieu de canton de la Lozère dans l’arrondissement de Mende, 22 km au SSO de Marvejols. Le bourg est à 560 m dans la petite vallée encaissée de l'Urugne, qui entame le causse de Sauveterre et débouche, 2 km au NO, sur la vallée du Lot où a été aménagé un échangeur de l’A 9 et de la N 9. Il a une haute tour de l’horloge, de vieilles maisons autour de la place au Blé avec marché et couverts, un label «station verte de vacances».

Une entreprise industrielle, Comlink, de câblage électronique pour industries aéronautiques et pétrolières, apparue en 2001 sous la tutelle de la société genevoise Gespac (100 sal.), voisine avec un atelier de câblage électronique pour avions Lia-Tech (Liaisons Technologiques, 70); construction de maisons individuelles Deltour (40 sal.), maçonnerie Pouget (35 sal.), Intermarché (30 sal.), vente à distance de produits gastronomiques Bien Manger (30 sal.). La commune, longtemps objet des soins de Jacques Blanc, qui en fut le maire, président du conseil général et de la région, a obtenu la création d’un lycée piscicole et a un collège public; centre de soins spécialisé; parc d’aventures Du Haut des Arbres, golf près du Sabot de Malepeyre, un pittoresque rocher orné d’une grande arche naturelle dans la vallée de l'Urugne.

La Canourgue s’étale très largement sur le causse et a été agrandie par absorption de trois communes voisines en 1972, Auxillac au nord, La Capelle au sud-est et Montjézieu tout au nord de l’autre côté du Lot, ce qui lui procure même une fraction du plateau de rive droite du Lot à l’est de Saint-Germain-du-Teil. Sa population, qui avait dépassé 2 000 hab. en 1881, était descendue à 1 150 en 1954; la fusion lui a apporté 600 hab. de plus et le nombre d’habitants a augmenté ensuite; il s'est encore accru de 170 hab. entre 1999 et 2009. La Canourgue et Saint-Germain-du-Teil sont associées à 10 autres communes dans la communauté de communes Aubrac-Lot-Causses (4 700 hab.).

Le canton, limitrophe du département de l'Aveyron, a 3 400 hab. (3 100 en 1975), 6 communes, 19 896 ha dont 3 014 de bois. Banassac (890 Banassacois, 1 741 ha dont 335 de bois) prolonge les maisons de La Canourgue vers le Lot; son musée archéologique est riche en poteries sigillées d'origine locale et datant du début de notre ère. La commune a gagné 50 hab. de 1999 à 2009. Saint-Saturnin (70 Saint-Saturniens, 914 ha), sur le rebord du causse à 3 km au sud de Banassac, a un château féodal (13e s.) en cours de rénovation.

Canilhac (150 Canilhacois, 727 ha) est à 8 km OSO du chef-lieu sur le causse; la commune comporte deux villages de plateau, Canilhac au centre et Verteilhac à l'ouest, et descend au nord jusqu'à la rive gauche du Lot; transports Andrieu (30 sal.); la commune a eu plus de 400 hab. au début du 19e s., 60 seulement en 1975. L’extrême sud-est du canton est occupé par la commune de Laval-du-Tarn (110 Lavalais, 3 685 ha dont 423 de bois) sur le causse à 870 m; son finage y culmine à 1 017 m, et descend au fond des gorges du Tarn au château de la Caze (15e s., restauré et devenu hôtellerie), avec grotte exsurgente.