Canton de Beaufort-en-Vallée

Beaufort-en-Vallée

6 400 hab. (Beaufortains), 3 586 ha dont 398 de bois, chef-lieu de canton du Maine-et-Loire dans l'arrondissement d'Angers, 27 km à l'est de la préfecture. Le bourg est sur la terrasse qui domine la plaine de la Loire, où coule l'Authion, qui reçoit le Lathan à l'extrémité méridionale de la commune. Au nord du finage coule le Couasnon, qui rejoint l'Authion un peu à l'ouest, à Mazé. Au bourg trônent les restes du château féodal des 14e-15e s., dont Beaufort tire son nom, «en Vallée» ayant été rajouté en 1920. En outre, il a une église des 15e-16e et 19e s. avec vitraux du 19e ; musée Joseph Denais (collections diverses); ancien hôtel-Dieu du 17e s.; un collège public, un hôpital local (15 lits). Au NE de la commune est le manoir de Princé (14e, 16e et 18e s.).

Les activités productives sont dominées par les pépinières Minier, qui emploient 370 personnes; pépinières Taugourdeau (JCT, 65 sal.); semences horticoles Bejo (30 sal.), emballages de bois du Val d’Authion (SEVA, 75 sal.), négoce de boissons Girardeau (30 sal.), transports Naurais (35 sal.); magasins Intermarché (65 sal.) et Bricomarché (35 sal.). La commune avait 6 000 hab. en 1836, est descendue peu à peu à 3 200 en 1936, puis sa population a augmenté; elle a encore gagné 800 hab. de 1999 à 2009. La ville est le siège de la communauté de communes de Beaufort en Anjou, qui rassemble 7 communes (13 600 hab.), et du pays des Vallées d’Anjou.

Le canton a 18 800 hab. (16 100 en 1999), 8 communes, 16 960 ha. Il touche la rive droite de la Loire à La Ménitré et inclut à l’ouest Mazé et Corné, qui ont plus de 2 000 hab. À 3 km NNO de Beaufort, Gée (420 Géens, 638 ha), au bord du Couasnon, accueille une maison familiale rurale et a gagné 90 hab. de 1999 à 2009. Au NE de Beaufort à 7 km, Fontaine-Guérin (960 Fontenois, 2 251 ha dont 630 de bois) a gagné 130 hab. dans le même temps; le village domine le Couasnon et son territoire inclut un grand bois; son clocher est vrillé; négoce de matériel agricole GDI (25 sal.).

Brion (1 140 Brionnais, 2 829 ha dont 880 de bois), 5 km à l’est de Beaufort, a reçu le parc d’attractions Omlande et abrite l’entreprise de fruits et légumes Val Prim (45 sal.); au SO, la commune inclut une part de la plaine de Loire, jusqu’aux marais qui bordent le Lathan; sa population a augmenté de 90 hab. de 1999 à 2005. Le canton est tout entier dans le parc régional Loire-Anjou.


Corné

2 940 hab. (Cornéais), 1 664 ha, commune du Maine-et-Loire dans le canton de Beaufort-en-Vallée, 11 km ONO du chef-lieu et 16 km à l’est d’Angers sur la N 147. Le bourg est légèrement au nord de l’Authion et la commune s’étend surtout vers le sud dans la plaine humide de la Loire; mais elle est séparée du fleuve par le finage de Saint-Mathurin. Elle accueille quelques petits ateliers et les transports MG (40 sal.) et Voisin (30 sal.). Corné avait moins de 1 400 hab. de 1926 à 1968, contre 2 100 en 1851, et a crû ensuite; elle a gagné 330 hab. de 1999 à 2009.


Mazé

Highslide JS
Mazé. Le château de Montgeoffroy (18e s.). © R. Brunet
Mazé. Le château de Montgeoffroy (18e s.). © R. Brunet

4 850 hab. (Mazéiais), 3 333 ha dont 274 de bois, commune du Maine-et-Loire dans le canton de Beaufort-en-Vallée, 4 km au NO du chef-lieu. Le bourg est au confluent du Couesnon et de l'Authion, mais l'habitat s'étale largement en «rues» sur la terrasse au nord et à l'ouest, entourant le superbe château de Montgeoffroy, joyau angevin du 18e siècle, où se tiennent souvent des expositions. La commune contient une partie de la plaine au sud de l’Authion; un installateur de serres (Dimac, 55 sal.), constructions métalliques Adrion (30 sal.), métallerie de l’Authion (25 sal.), un supermarché U (100 sal.). Mazé a eu 4 100 hab. en 1820 et s’est dépeuplée jusqu’à 2 500 en 1968, avant de retrouver une croissance. Elle a gagné 910 hab. de 1999 à 2009, soit +27%.


Ménitré (La)

2 120 hab., 1 737 ha, commune du Maine-et-Loire dans le canton de Beaufort-en-Vallée, 5 km au SO du chef-lieu. C'est le seul bourg du canton qui soit sur le bord de la Loire, laquelle rase ici le coteau de rive gauche. Il est longé par la voie ferrée (à 23 km d'Angers). La commune est «station verte de vacances», affiche un musée du maréchal Leclerc dans l'ancienne gare, et une assemblée annuelle des coiffes (fête folklorique). Au nord, le territoire communal relève des prés et marais qui accompagnent l'Authion, lequel a fixé sa limite septentrionale. La Ménitré est devenue un centre d'horticulture et de production de semences dans le grand aménagement de la plaine de l'Authion. La firme Vilmorin, maintenant propriété de la coopérative auvergnate Limagrain, en est l'ornement et y emploie 350 personnes. La commune a été créée en 1824 à partir de trois voisines; elle avait alors plus de 2 000 hab. et elle est montée à 2 430 en 1856, puis s'est dépeuplée jusqu'à moins de 1 200 hab. en 1968; sa population croît depuis cette date et a augmenté de 170 hab. entre 1999 et 2009.