Canton de Chalonnes-sur-Loire

Chalonnes-sur-Loire

6 600 hab., 3 856 ha dont 211 de bois et 167 de vignes, chef-lieu de canton du Maine-et-Loire dans l'arrondissement d'Angers, 26 km au SO d'Angers, au confluent de la Loire et du Layon et au pied du coteau de rive gauche. Cette situation lui a valu d'être un port actif; en outre, on y a exploité de la houille. La ville a une gare, une tour du 15e s., une église des 12e-13e ; un collège public et un hôpital local (16 lits), des lotissements sur le plateau, des supermarchés U (60 sal.) et Intermarché (30 sal.).

’usine principale est la fabrique de pressoirs de vendange et machines de vinification Vaslin-Bucher (270 sal.). Eram fabriquait des semelles de chaussures en plastiques et s'est tournée vers les revêtements de sols industriels TBS (Terre battue synthétique), depuis 2010 sous le nom de Passage (30 sal.). Calona Purflo (60 sal.) traite aussi les plastiques (éléments pour le bâtiment); imprimerie Gigault (20 sal.), abattage Anjou-Volailles (25 sal.); négoce de matériaux Wolseley (Réseau Pro, 20 sal.), maçonnerie ERB (30 sal.), travaux publics Eurovia (35 sal.), plusieurs carrières dont Courant (95 sal.) et Chateaupanne (CTC, 55 sal.).

La commune englobe la grande île de Chalonnes, qui a 10 km de long, va jusqu'à Montjean et porte des maisons sur ses levées. Chalonnes avait déjà plus de 6 500 hab. en 1866 mais était descendue à 3 400 dans les années 1930; sa population a crû peu à peu dans la seconde moitié du 20e siècle, et a gagné 900 hab. entre 1999 et 2009. Les 5 communes du canton font partie de la communauté de communes Loire-Layon (10 communes, 21 800 hab.) qui siège à Chalonnes-sur-Loire.

Le canton a 12 600 hab. (10 600 en 1999), 5 communes, 11 192 ha; il s'étend au NE jusqu'aux portes d'Angers, au confluent de la Loire et de la Maine. Deux communes sont dans la vallée du Layon, deux au bord de la Loire. Chaudefonds-sur-Layon (980 Califontains, 1 477 ha dont 283 de vignes) est à 6 km au SE de Chalonnes. La commune, qui était Chaudefonds tout court avant 1925, englobe le village d'Ardenay, sur l'interfluve entre Loire et Layon, et atteint le Louet; une mine de charbon y a encore fonctionné de 1943 à 1964 aux Malécots. Dans la vallée du Layon, subsistent quelques ruines du château de Basse Guerche (15e s.); la commune eut aussi des chaufourniers, dont il reste un habitat ouvrier associé; elle s'est accrue de 180 hab. entre 1999 et 2009.

Saint-Aubin-de-Luigné (1 200 hab., 1 519 ha) est en amont de Chaudefonds, à 10 km ESE de Chalonnes. Comme sa voisine, elle s'étend du nord au sud de part et d'autre du Layon, jusqu'au Louet; c'est un haut lieu du vignoble angevin, avec 642 ha de vignes et, surtout, le site de Chaume, origine du quart-de-chaume, l'une de ses deux plus prestigieuses appellations, portant sur 45 ha seulement. La mairie occupe une gentilhommière du 16e s.; la commune abrite aussi les restes du château de la Haute Guerche, des 13e et 15e s., le manoir de la Fresnaye de 1593. Au nord, la commune donne sur la Corniche angevine, offrant un superbe point de vue au village de la Haie Longue, avec table d'orientation. Sa population a augmenté de 320 hab. (+36%) entre 1999 et 2009.

À l'est du canton, le bord de la Loire est occupé par Rochefort-sur-Loire et par Denée (1 440 Denéens, 1 560 ha), qui est plus proche d'Angers que de Chalonnes et abrite le beau château 18e s. de Mantelon; sa population n'a guère augmenté récemment.


Rochefort-sur-Loire

2 250 hab. (Rochefortais), 2 780 ha, commune du Maine-et-Loire dans le canton de Chalonnes-sur-Loire, 10 km à l’est du chef-lieu, au bord du Louet et au bout de la Corniche angevine, en un site très apprécié rehaussé par des pointements de rhyolite; ruines du château de Saint-Offrange. La commune est classée «station verte de vacances» et organise un marché de la poésie en juillet. Elle possède une grande partie de la plaine alluviale entre Louet et Loire, face à La Possonnière et Savennières, incluant l’hippodrome fleuri du Val de Loire; mais elle s’étend aussi largement au sud sur le plateau; c’est pourquoi elle cultive 354 ha de vignes. La population communale, qui avait culminé à 2 600 hab. en 1851, augmente lentement depuis les 1 500 hab. de 1931; elle s'est accrue de 240 hab. entre 1999 et 2009.