Canton du Lion-d'Angers

Lion-d'Angers (Le)

3 720 hab. (Lionnais), 4 111 ha, chef-lieu de canton du Maine-et-Loire dans l’arrondissement de Segré, 24 km au NO d’Angers au bord de l’Oudon, juste en amont du confluent avec la Mayenne, qui borde la commune côté est. L’Isle-Briand, entre Oudon et Mayenne, est le fief du haras national, installé en 1974, qui y occupe 160 ha, avec château, musée et hippodrome. La ville, «station verte de vacances», a une base de loisirs et un port de plaisance, un collège public, et organise des heures musicales du Haut-Anjou.

Elle a une grosse usine de viandes Soviba (Elivia 750 sal.), une fabrique de foies gras et plats cuisinés LTG (Les Treilles gourmandes, 45 sal.), négoce de viandes Scabev (60 sal.), analyses de produits alimentaires Microspet (35 sal.); maçonnerie Erbat (20 sal.), travaux publics Santrac (45 sal.); mais la fabrique de chaussures Buggy du groupe Eram (100 sal.) a fermé en 2006. La commune avait déjà 2 800 hab. en 1846; sa population est descendue jusqu’à 2 100 hab. en 1954 puis a repris peu à peu, passant les 3 000 hab. en 1989; elle a gagné 210 hab. de 1999 à 2009. La communauté de communes de la région du Lion-d’Angers compte 14 communes (12 700 hab.).

Le canton a 12 700 hab. (10 600 en 1999), 11 communes, 21 380 ha; il s’étire le long de la Mayenne jusqu’à la limite du département. Vern-d'Anjou a dépassé 2 000 hab. Tout au nord, La Jaille-Yvon (310 Jaonnais, 1 255 ha), voisine de la mayennaise Daon mais sur la rive droite de la Mayenne, 13 km NNE du Lion, se déclare «station verte de vacances», avec un port de plaisance et le château-hôtellerie du Plessis-d’Anjou (16e et 18e s.); elle a 60 hab. de plus qu'en 1999. À Chambellay (330 Cambolitains, 1 286 ha), 8 km NNE du Lion sur la rive droite, port de plaisance et château du Bois Mauboucher (15e et 17e s.), avec étang.

En aval du Lion, Grez-Neuville (1 530 Grez-Neuvillois, 2 690 ha), sur la rive gauche à 4 km SE du Lion, a un actif port de plaisance, une église ancienne (11e-12e et 17e-18e) et une ferme pédagogique; supermarché U (80 sal.); la population communale remonte depuis le minimum de 1975 (760 hab.), gagnant 200 hab. depuis 1999, mais elle avait atteint 1 400 hab. au 19e s. Pruillé (640 Pruilléens, 1 268 ha), en aval sur la rive droite de la mayenne, a une entreprise de travaux publics (Luc Durand, 145 sal.) et 100 hab. de plus en 2009 qu'en 1999.

Brain-sur-Longuenée (1 000 Brainois, 2 243 ha dont 393 de bois), 6 km SO du Lion, inclut la plus grande partie de la forêt de Longuenée, qui s’étire sur 7 km, et fut un site d’exploitation d’ardoisières comme La Pouëze (1 790 Pouëzéens., 2 215 ha), un peu plus loin au SO (12 km SO du Lion) aux sources de l’Erdre; la chapelle Sainte-Émerance (15e s.) fut élevée à La Pouëze à la demande de Louis XI pour la guérison de ses coliques; fonderie de métaux non ferreux (Fonderie d’Anjou, 20 sal.), mécanique Serma (20 sal.), fabrique de chaussures Parmy (groupe Eram, 65 sal.). Brain a gagné 220 hab. de 1999 à 2009, La Pouëze 350.

Gené (460 Genéens, 925 ha), 7 km à l’ouest du Lion, a gagné 200 hab. depuis 1999 (+77%!); église du 11e s., château de Ribou (19e s.), avec parc paysager. À l’extrémité NO du canton sur la route de Segré, Andigné (350 Andignéens, 663 ha), 8 km NO du Lion, est bordée au nord par l’Oudon, au bord duquel se dresse le château de Saint-Hénis (15e-16e s.); halte nautique; travaux publics Moreau (20 sal.); la commune a 80 hab. de plus qu'en 1999.


Vern-d'Anjou

2 110 hab. (Vernois), 3 611 ha, commune du Maine-et-Loire dans le canton du Lion-d'Angers, 10 km OSO du chef-lieu sur la route de Nantes. Elle a deux châteaux du 19e s., quelques manoirs plus anciens; une papeterie (articles sanitaires Sipinco, 35 sal.), une métallerie (Techno-Bat, 30 sal.) et un négoce de surgelés (Artika, 70 sal.); transports Michel (25 sal.), restaurant Le Pigeon Blanc (25 sal.). Sa population, qui avait culminé à 2 300 hab. en 1866 et était descendue à 1 300 hab. en 1975, a remonté légèrement ensuite, puis a gagné 530 hab. de 1999 à 2009.