Canton de la Haye-du-Puits

Haye-du-Puits (La)

1 800 hab. (Haytillons) dont 90 à part, 525 ha, chef-lieu de canton du département de la Manche dans l’arrondissement de Coutances, 29 km au nord de celle-ci, à 10 km de la mer. Le bourg est bien équipé, avec un collège public et une maison familiale rurale; il conserve les restes d’un donjon, quelques maisons anciennes; imprimerie CPC ex-Cauchard (60 sal.), menuiserie métallique AML (25 sal.) et menuiserie de bois Lepetit (30 sal.), magasin de chaussures Eram (25 sal.), supermarché Carrefour (50 sal.). La population communale, longtemps à 1 400 hab., a augmenté de 1954 à 1990 et baisse un peu depuis; elle a perdu 210 hab. entre 1999 et 2008. La communauté de communes de La Haye-du-Puits, qui siège dans la commune, rassemble 21 des 24 communes du canton et 7 500 hab.

Le canton a 8 000 Hab. (7 800 en 1999), 24 communes, 19 434 ha dont 664 de bois; il s’étire d’ouest en est, de la côte occidentale du Cotentin à la vallée de la Douve et aux marais de Carentan. Saint-Symphorien-le-Valois (820 hab., 580 ha), également en croissance, est jointive de La Haye-du-Puits à l'ouest et loge une partie des activités de la petite agglomération, dont un Intermarché (40 sal.), le magasin de bricolage Brico Pro (25 sal.), la maçonnerie Sehier (25 sal.); elle a gagné 90 hab. depuis 1991. Montgardon (420 Montgardonais, 1 332 ha), 3 km au SO du chef-lieu, a un chantier des lignes électriques Sarlec (30 sal.)

À 5 km à l’est du chef-lieu, Lithaire (560 hab., 1 421 ha dont 209 de bois) a une maison de retraite et contient le mont Castre (123 m), boisé, où l’on a trouvé des vestiges de camp romain et dont le nom évoque un ancien castrum; maçonnerie D. Sylvain (20 sal.). À Doville (300 Dovillais, 1 109 ha), 5 km au nord de La Haye-du-Puits, qui a gagné une quarantaine d'habitants après 1999, a été délimitée une réserve naturelle des marais de la Sangsurière et de l’Adriennerie; carrière de kaolin Neveux (30 sal.).

Sur le littoral à l’ouest, où l’on cultive des légumes, se succèdent du nord au sud plusieurs villages. Denneville (550 Dennevillais, 824 ha, 440 résidences secondaires), dont le village original est à l’intérieur des terres, a projeté sur le rivage une urbanisation littorale (Denneville-Plage), juste au sud de Lindbergh-Plage et, à l’intérieur, s’orne du château d’Omonville, du 16e s., à douves. Denneville a également gagné 40 hab. de 1999 à 2008. Elle a plus de 500 résidences secondaires (deux tiers des logements), un camping de 130 places, un hôtel.

Au sud de Denneville, Saint-Rémy-des-Landes (220 Saint-Rémiais, 830 ha) a connu un essai de centrale éolienne dès 1963, et s'orne d'un château du 18e s. Les maisons sont dispersées à l'intérieur, le littoral est vide, dans une zone naturelle dunaire protégée (les Mielles d'Allonne). Surville (200 hab., 740 ha) disperse ses maisons autour d’un grand havre qui interrompt la plage, et a gagné 70 hab. de 1999 à 2008; le hameau de la Poudrière s'isole sur le littoral au sud-ouest, dans un espace naturel dunaire protégé.

Glatigny (160 Glatignais, 499 ha) est à l'intérieur des terres, 9 km OSO du chef-lieu, et accueille la menuiserie Meslin (60 sal.); son finage atteint la plage au sud de Surville dans le quartier des Mielles mais n'y a aucune urbanisation. Les résidences secondaires font la moitié des logements à Saint-Rémy (une centaine) et Glatigny (75), les deux tiers à Surville (200) mais ces communes n'ont ni camping ni hôtel.