Canton de Saint-Malo-de-la-Lande

Saint-Malo-de-la-Lande

430 hab. (Malouins), 401 ha, chef-lieu de canton du département de la Manche dans l’arrondissement de Coutances, 8 km ONO de Coutances sur le bas plateau bocager. Le village reprend quelques habitants (+90 de 1999 à 2008) après un minimum à 220 hab. en 1975, mais n’a jamais été très peuplé (470 hab. en 1820); manoir des 15e-16e s.

Le canton a 10 400 hab. (9 000 en 1999), 13 communes, 9 886 ha et occupe une douzaine de kilomètres du littoral de la Manche au nord du grand havre de Regnéville. Sur la rive septentrionale de celui-ci , à l'ouest de Coutances, s’étalent les habitations de Tourville-sur-Sienne (760 Tourvillais, 750 ha), qui a gagné 150 hab. (un quart) de 1999 à 2008, et Heugueville-sur-Sienne (570 Heuguevillais, 588 ha), qui en a gagné 70. Ces communes ne sont pas touristiques. À l’ouest, la grande pointe de sable et les falaises sont dans la commune d’Agon-Coutainville.

Blainville-sur-Mer (1 640 Blainvillais, 1 160 ha) lui succède au nord, 3 km à l’ouest de Saint-Malo; elle a son propre petit havre de 13 ha et c’est surtout un centre notable d’ostréiculture, avec une coopérative; entreprise de pisciculture et viviers Monbrun (30 sal.), industrie du poisson Kermarée (35 sal.), supermarché Carrefour (45 sal.); tarnsports Rivière (30 sal.). La commune a près de 500 résidences secondaires (38% des logements) et a deux campings (300 places); elle est «sur Mer» depuis 1936 et sa population augmente depuis son minimum de 950 hab. en 1975; elle s'est accrue de 300 hab. entre 1999 et 2008. Gouville-sur-Mer est juste au nord.

À l’intérieur, tout près de Coutances, Gratot (700 Gratotais, 1 073 ha) se signale par un ermitage ruiné du 15e s., et par un château, restauré depuis 1968, à douves et tour ronde, avec un pavillon du 18e s., où se tiennent des manifestations artistiques; métallerie CTI-ACDN (50 sal.); une éolienne de 2 MW (2010). La commune s'est accrue de 70 hab. depuis 1999. La communauté de communes du canton de Saint-Malo-de-la-Lande correspond exactement au canton et siège au chef-lieu.


Agon-Coutainville

2 910 hab. (Agonais-Coutainvillais), 1 235 ha, commune littorale du département de la Manche dans le canton de Saint-Malo-de-la-Lande, 5 km au SO de celle-ci et 11 km à l’ouest de Coutances. Le nom était simplement Agon avant 1965; la commune s’est tenue autour de 1 500 hab. durant tout le 19e s. et la première moitié du 20e, puis a dépassé 2 000 après la guerre et augmente lentement mais régulièrement; elle s'est accrue d'une centaine d'habitants entre 1999 et 2008. Le finage occupe toute la pointe sableuse qui ferme l’estuaire de la Sienne en avançant vers le sud jusqu’à la pointe d’Agon, site protégé face aux îles Anglo-Normandes. Agon est le vieux village au bord du relief, Coutainville est l'urbanisation littorale.

La population est stable depuis un demi-siècle, mis à part un creux vers 1970. Elle monterait à 30 000 personnes en été: la station balnéaire de Coutainville est très fréquentée, a 2 100 résidences secondaires (57% des logements), 6 campings offrant au total 720 places et dispose d’une plage de 8 km, avec un petit casino (116e en France, 40 sal., groupe Partouche par l’Européenne de Casinos), rénové en 2004, un terrain de golf (depuis 1922), hippodrome et centre équestre, club nautique; une «enduro pédestre des sables» est organisée depuis 1982. Quelques maisons anciennes agrémentent le centre d’Agon; un vieux manoir du 15e s. et une église à sculptures de bois, un collège ajoutent aux ressources; peinture Lebouvier (35 sal.), négoce de fromages Hautbois (25 sal.), traiteur Lombardie (25 sal.). Sur la côte, dont l’estran découvert à marée basse est très large et s’appuie sur des rochers, se pratique un peu d’ostréiculture et de mytiliculture; d’originaux pièges à poissons sont faits de grands épis en V.


Gouville-sur-Mer

2 100 hab. (Gouvillais), 1 324 ha, commune du département de la Manche dans le canton de Saint-Malo-de-la-Lande 5 km au NO de Saint-Malo, est un village de talus, séparé de la mer par une plaine cultivée en légumes, mais a une petite annexe en bord de mer, avec station de sauvetage en mer; phare du Sénéquet à 5 km en mer; ostréiculture et aquaculture; le château des Forges est un centre d’accueil du réseau Don Bosco; pâtisserie du Chardon Bleu (30 sal.). La commune est devenue «sur Mer» en 1925; elle avait alors un millier d’habitants (contre plus de 1 700 vers 1880) et les a conservés jusqu’en 1980, avant de commencer une phase de croissance; elle a gagné 400 hab. de 1999 à 2008; on y compte 660 résidences secondaires (40% des logements, 2 campings (380 places).