Canton d'Ay

Ay

4 190 hab. (Agéens), 1 043 ha dont 287 de bois, chef-lieu de canton du département de la Marne dans l'arrondissement d'Épernay, 4 km au NE d'Épernay sur la rive droite de la Marne. C'est l'une des communes les plus connues du vignoble champenois; on y cultive 354 ha de vignes AOC, où domine largement le chardonnay. Quelques grandes marques y ont leur siège: BBollinger (fondé en 1829, 120 salariés, 163 ha, 66 M€, tête du groupe SJB); Deutz (fondé en 1838, 60 sal., 37 ha, groupe Rœderer); Gosset (30 sal., 140 ha, groupe Renaud-Cointreau) fondée en 1948 mais qui se veut la plus ancienne des maisons de champagne, issue d'un vigneron attesté en 1584; Ayala (20 sal., 153 ha, 13 M€, groupe SJB Bollinger); Ivernel (1963, 50 sal., groupe Renaud-Cointreau); ainsi qu'une coopérative vinicole (env. 50 sal.) et les distilleries Goyard (25 sal.); Pommery y compte aussi des salariés. Plusieurs organisations s'y sont greffées: Confédération générale des vignerons (CGV, 50 sal.), Institut international des vins de champagne (villa Bissinger, association pour la formation et la diffusion); ainsi que des activités annexes: imprimerie, cartonnerie, rinçage de bouteilles.

TLe plus gros employeur était l’usine des PTPM (Produits textiles et plastiques de la Marne, du groupe Treves, sellerie pour automobiles), mais elle est passée de 300 emplois en 2005 à 130 en 2011; une zone artisanale (du Bessin) a été équipée. La ville a tous les commerces et services de base; collège public, gymnase, foyer rural, camping, maison des jeunes et de la culture, maison du vin avec musée; gendarmerie; clinique vétérinaire, centres équestres; trois maisons de retraite; mais pas d'équipement hôtelier. On y fête un Mai musical, un Festival international de mots croisés. Ay s'honore de quelques vieilles maisons, parfois à colombage, dont celle du «pressoir d'Henri IV», et d'une église classée de style flamboyant. Elle a perdu 170 hab. de 1999 à 2008; elle est le siège de la communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne (12 communes, 11 400 hab.).

Ay

Haut lieu du vignoble champenois, Ay en est la seule commune à avoir donné au 19e s. un nom commun, qui survit un peu indûment dans les jeux littéraires, car il ne correspond ni à un cépage ni à une variété particulière de champagne; mais la brièveté du nom et un farouche désir d'autonomie vis-à-vis du tout proche Épernay et du lointain Reims y ont sans doute contribué. Il faut dire qu'Ay était alors nettement plus peuplée qu'aujourd'hui: 7 000 hab. en 1886, et encore 7 900 en 1921; mais le quartier de la Villa d'Ay en a été retiré en 1965 au profit de la commune d'Épernay. Le nom, qui fut villa Ageius au 9e s., viendrait d'un nom d'homme gaulois Agius, que l'on retrouve dans le nom des habitants, nommés Agéens. Il se prononce a-i, mais l'orthographe officielle ne comporte pas de tréma sur le y, fioriture qu'adoptent pourtant volontiers les maisons de champagne pour agrémenter leurs étiquettes. Le nom en lui-même a un autre titre de célébrité, par sa brièveté; avec Eu et Is (sur Tille), communes au nom aussi court et familières des cruciverbistes, Ay a établi un partenariat, et des championnats annuels de mots croisés sont organisés alternativement dans l'une des trois villes.

Le canton d'Ay a 17 900 hab. (18 400 en 1999), 20 communes et 17 647 ha; il s’étend sur la Montagne de Reims au nord, son large talus viticole au centre, dédoublé par la petite vallée de la Livre, puis un peu dans la plaine de craie et enfin la large vallée de la Marne au sud. Sur la Montagne, Germaine (550 Germinois, 1 487 ha dont 1 273 de bois) occupe une petite clairière au centre du massif, à 11 km au nord d’Ay, et a reçu au titre du Parc régional la Maison du Bûcheron (musée forestier); elle a gagné 50 hab. de 1999 à 2008 et cultive 26 ha d’AOC champagne. Saint-Imoges (310 Saint-Imogiens, 1 713 ha dont 1 505 de bois), dans une petite clairière de la Montagne de Reims à 9 km au nord d’Épernay, à la source de l’Ardre, a reçu un lotissement rémois et sa population a gagné 70 hab. entre 1999 et 2008.

Le vignoble a son haut lieu symbolique à l’ouest du canton: Hautvillers. Tout près de celui-ci, Cumières (850 Cumariots, 299 ha) cultive 170 ha de vignes; cave coopérative, base de loisirs et halte nautique sur la Marne, fabrique de bouchons Sibel (30 sal., cédée par Oeno à Oller en 2010 et fabriquant le bouchon Mytik Diamant). Dizy au bord de la Marne (1 720 Dizyciens, 323 ha) et Champillon (530 Champillonnais, 146 ha, dont 70 de vignes AOC et une hostellerie Royal Champagne (35 sal.) avec négoce de boissons (35 sal.), un peu au-dessus sont juste à l’ouest d’Ay. Dizy, qui a perdu 140 hab. de 1999 à 2008, est à la fois une commune viticole (180 ha de vignes d’AOC champagne) avec de nombreux producteurs dont Jacquesson (fondée en 1798, 20 sal., 33 ha, 6 M€) et Chiquet (depuis 1740, 20 sal., 23 ha), et une banlieue d’Épernay, où ont pris place des petites et moyennes entreprises, en partie liées au vignoble: ateliers de bouchons, fabrique de coiffes, capsules et muselets (Sparflex, 200 sal.), grands garages, couverture (Couvreurs Sparnaciens, 40 sal.), entrepôts. Elle a aussi reçu un gros centre commercial avec hypermarché Leclerc (145 sal.) et enseignes But (30 sal.), Bricorama (30 sal.), etc.

Magenta (1 780 Magentais, 97 ha), entre Marne et canal, n’est une commune que depuis 1964, intégrée à l’agglomération d’Épernay et de superficie très étriquée; le nom est lié au Second Empire, au moment de la construction d’une verrerie; les principaux employeurs sont Cordier (220 sal., escaliers en bois, groupe Lapeyre), panneaux de bois Plysorol (90 sal.), ex-Isoroy, passé à une entreprise chinoise puis en 2010 au libanais Ghassan Bitar, propriétaire de forêts au Gabon, TR Équipements (matériel de ventilation, 25 sal.), des garages, la station œnotechnique Sofralab Œnotechnoc (65 sal.), les champagnes G.H. Martel (1869, 40 sal., 58 ha). La population a diminué de 150 hab. entre 1999 et 2008.

De l’autre côté d’Ay, vers l’amont, le vignoble est encore la grande affaire à Mareuil-sur-Ay (1 210 Marotiers, 1 148 ha) au bord de la Marne: 295 ha de vignes d’AOC champagne (82% en pinot noir), une distillerie de la maison Goyard d’Ay et nombre d’industries annexes: Amcor ex-Alcan ex-Pechiney (coiffes, capsules et matériel d’embouteillage, 150 sal., 250 millions de pièces par an); étiquettes Litho Bru (20 sal.), menuiserie Janin (20 sal.). Parmi les principaux producteurs de champagne, sont Billecart-Salmon (fondée en 1818, 60 sal., 11 ha en propre, 31 M€), Philipponnat (20 sal., 20 ha, au groupe Lanson-BCC, qui prétend à une origine en 1522) et Montebello (30 sal.), marque fondée par le fils du maréchal Lannes (comte de Montebello), acquéreur en 1830 du château de Mareuil, construit en brique et pierre en 1766 sur le modèle de Pange en Lorraine; associée à Ayala, la marque fut acquise en 1930, avec les vignes et le château, par René Chayoux, longtemps président des organismes professionnels champenois. Mareuil propose aussi un clocher roman classé et une halte nautique, et les jardins Roland-Billecart; la commune a perdu 80 hab. entre 1999 et 2008. La société EBV installe à Mareuil une petite centrale électrique thermique fonctionnant sur les déchets de vigne (12,5 MW).

Vers l’est au bord de la vallée de la Marne, Bisseuil (660 Bissotiers, 1 003 ha), 7 km à l’est d’Ay, a 125 ha de vignes AOC et des silos; un peu plus loin, Tours-sur-Marne (1 340 Tours-sur-Marnais, 2 351 ha), 9 km à l’est d’Ay, est en Champagne crayeuse, mais encore dans le Parc régional de la montagne de Reims; elle exploite 53 ha d’AOC champagne et c’est le lieu d’origine et le siège de la firme de champagne Laurent-Perrier (fondée en 1812, 180 et 35 sal, 172 M€), à la tête du quatrième groupe de maisons de champagne; le champagne Vranken y compte 140 sal.; la cartonnerie Smurfit Kappa y emploie 130 personnes. Le village, avec château et parc, est près de la plaine alluviale de la Marne, au bord du canal latéral. Il a aussi des silos, et un centre de rééducation motrice, un Écomarché (20 sal.). La commune a gagné 120 hab. de 1999 à 2008.

À l’écart de la Marne, qu’elles dominent toutefois, Mutigny (230 Mutignyats, 375 ha dont 256 de bois et 99 de vignes) et Avenay-Val-d’Or (950 Avenaysiens, 1 249 ha dont 450 de bois) se tiennent sur le versant sud de la Montagne de Reims; Avenay compte 236 ha de vignes AOC et une cave coopérative, plus une maison de retraite au château du Breuil, issue d’une abbaye bénédictine; le Val d’Or évoque la vallée de la Livre, mais n’est accolé au nom de la commune que depuis 1951. Mutigny a gagné 40 hab. entre 1999 et 2008, tandis qu'Avenay en perdait 80. Fontaine-sur-Ay (330 Fontenois, 772 ha dont 438 de bois), à 8 km d’Ay dans cette vallée, qui a gagné 80 hab. de 1999 à 2008, n’a curieusement que 10 ha de vignes d’appellation; 3 km plus loin, Tauxières-Mutry (270 Tauxiérois, 1 017 ha dont 239 de bois), en compte au contraire 237 ha (coopérative).

Au fond de la vallée de la Livre, Louvois (350 Louveteaux, 1 217 ha dont 803 de bois), 13 km au NE d’Ay, se signale par un très vaste parc, la grille et quelques communs qui restent du grand château (démoli en 1792) que Louvois avait fait construire sur le domaine dont il s’attribua le nom, érigé en marquisat en 1624, et acquis par son père Michel Le Tellier, riche marchand de Reims. Le village a une cave coopérative, mais son vignoble est limité à 41 ha d’AOC; distillerie Guillon (GW, 55 sal.).

Enfin, tout à l’est du canton, Bouzy et Ambonnay sont les piliers de la «côte des Noirs», ainsi nommée en raison de la prépondérance des cépages rouges pinot. Bouzy (970 Bouzillons, 626 ha) exploite 377 ha de vigne AOC dont 334 en pinot noir, et a une spécialité de vin rouge non champagnisé (coteaux-de-champagne), qui porte le nom général de bouzy et soutient la réputation gastronomique du coq au bouzy; Maison des loisirs, artisans et PME dont un fabricant de pressoirs et machines à vin (Collard, 30 sal.). Bouzy se fait aussi une réputation comme village fleuri, spécialiste des iris; la commune a perdu 30 hab. entre 1999 et 2004. Ambonnay (950 Ambonnagéens, 1 180 ha) est un gros village à boulevard circulaire, enjolivé d’enseignes en fer forgé, avec église classée; la commune cultive 385 ha de vignes AOC (82% en pinot noir), et sa population n’a pas changé entre 1999 et 2004; coopérative vinicole. Une communauté de communes de la Côte des Noirs a été constituée autour de Bouzy et de Tours-sur-Marne (5 communes, 4 200 hab.); elle siège à Tours-sur-Marne.


Hautvillers

800 hab. (Altvillots), 1 177 ha dont 680 de bois, commune du département de la Marne dans le canton d'Ay, 6 km à l'ONO d'Ay. Le village, entouré par une sorte de boulevard de ceinture, est au milieu d'un grand versant viticole de rive droite de la Marne. L'évêque Nivard avait fondé une abbaye à Hautvillers dès le 7e s. (662); elle avait un atelier d'écriture très actif au 9e s. Elle s'est taillé ensuite, assez précocement, une bonne réputation dans la production de vins; beaucoup plus tard elle a participé aux progrès de la champagnisation, sous l'égide de dom Pérignon, son maître de chais de 1668 à 1715. Les bâtiments de l'abbaye ont été achetés en 1794 par Moët; ils forment aujourd'hui un château Chandon-Moët (portail du 18e s.). La firme a beaucoup fait pour la promotion du célèbre moine, quitte à exagérer son rôle dans l'«invention» du champagne, un processus fort complexe et très long qui a mobilisé beaucoup plus d'un savoir-faire.

La commune a 285 ha de vignes d'AOC champagne, dont 46% en pinot meunier et 39% en pinot noir (Grande Vallée de la Marne). On trouve à Hautvillers, dont les rues sont embellies d'enseignes en fer forgé, de nombreux producteurs de champagne dont Gobillard, deux coopératives, des écoles et des gîtes ruraux, des artisans mais guère de commerçants; musée vitivinicole de l'abbaye, musée de la TSF. L'église abbatiale, refaite au 17e s., est classée. Tout au nord, sur le plateau, qui culmine à 268 m, s'étend la forêt domaniale d'Hautvillers, partie des bois de la Montagne de Reims; dans la vallée, le canal latéral à la Marne s'achève par une écluse. Hautvillers a perdu 60 hab. de 1999 à 2008.