Canton de Bourgogne

Bourgogne

1 030 hab., 1 438 ha, chef-lieu de canton du département de la Marne dans l'arrondissement de Reims, 12 km au nord de la ville dans la plaine champenoise. Le gros village en forme d'ellipse est entouré par un boulevard à trois rangées d'arbres à la place d'anciennes murailles, dont il subsiste des traces; église des 12e-13e s.; maison de retraite, quelques commerces, des artisans et plusieurs entreprises dont Tockheim (fabrique de pompes à essence, 120 emplois) et les transports Cas (30 sal.). La population augmente légèrement depuis les années 1960 (580 hab.); elle a gagné 130 hab. entre 1999 et 2008.

Le canton a 23 000 hab. (21 200 en 1990), 24 communes et 28 465 ha; limitrophe des départements de l'Aisne et des Ardennes, il s'étend sur plus de 30 km d'ouest en est. Dans la partie occidentale, il mord sur le talus de la côte d'Île-de-France qui borde le massif de Saint-Thierry. Celui-ci est précédé par la butte-témoin qui porte le fort de Brimont. Entre le massif et la butte se dessine un couloir, emprunté par le canal de l'Aisne à la Marne et le faisceau de circulation de Reims à Laon et Lille (N 44, A 26, voie ferrée).

Cormicy (1 430 Cormiciens, 2 427 ha dont 573 de bois), 17 km au NNO de Reims, est un gros village à boulevard circulaire, au pied de la côte d'Île-de-France qui porte 54 ha de vignes d'AOC champagne; la N 44 traverse la commune plus à l'est, presque parallèle au canal de l'Aisne à la Marne (port, trois écluses), lequel suit lui-même la vallée de la Loivre; entre les deux, usine et hameau de la Neuville (Villa Nova déjà en 1190). Entre la Loivre et la limite orientale passe l'autoroute A 26. Cormicy a quelques ateliers dont une fabrique de bétons (Capremib, 85 salariés) et les constructions Demathieu et Bard (65 sal.); église classée des 12e et 16e s. La population de Cormicy augmente depuis 1975 (750 hab.) et a encore gagné 360 hab. (+34%) de 1999 à 2008; le village est le siège d'une communauté de communes de la Petite Montagne (4 communes, 2 600 hab.).

Au sud, sur les pentes de la Petite Montagne, Villers-Franqueux (320 hab., 329 ha dont 14 de vignes AOC) se signale par un institut médico-éducatif. Loivre (1 140 hab., 1 024 ha), 12 km NNO de Reims, a de gros silos et sa croissance récente ea été sensible (600 hab. en 1975), mais s'est limitée à 40 hab.après 1999. Courcy (1 340 Courcemiaux, 1 550 ha), 8 km NNO de Reims, a un petit port sur le canal et une usine d'engrais à la Verrerie; échangeur autoroutier, casernes et installations militaires de la base aérienne (BA 112) en bordure de l'aérodrome de Reims-Champagne (fermée en juillet 2011); la population de 2008 n'est pas comparable à celle de 1999 en raison des changements de définition de la population comptée à part, presque totalement effacée en 2008. Loivre est le siège de la communauté de communes de la Colline (3 communes, 1 700 hab.). Brimont (460 hab., 1 261 ha), 11 km au nord de Reims, fut connue pour son fort, juché sur une butte montant à 170 m et qui fut un point fort des troupes allemandes devant Reims en 1914-1918; ses pentes portent 43 ha de vignes AOC.

Plusieurs villages prolongent sur la côte le vignoble d'appellation, dont Merfy (670 Merfiens, 669 ha), 44 ha de vignes AOC, où une «ville neuve» avait été créée au 13e siècle mais a complètement disparu, et qui abrite une maison de santé (maladies nerveuses, 40 sal.); et Saint-Thierry (640 Théodoriciens, 759 ha), 8 km NO de Reims. Celui-ci est un village-rue dominant 56 ha de vignes d'AOC, issu d'une abbaye du 6e s., dite du Mont d'Hor, qui fut remplacée en 1778 par le château de Talleyrand, alors archevêque de Reims; quelques restes en sont classés, comme l'église romane des 12e-13e s.; un monastère de bénédictines a été réactivé en 1968, avec des ateliers monastiques d'impression. Le village, dont la population a augmenté de 60 hab. entre 1999 et 2008, est le siège de la communauté de communes du Massif (3 communes, 1 600 hab.) et a un collège public. Le terroir viticole du massif de Saint-Thierry est l'une des subdivisions du vignoble de Champagne; il englobe 15 communes, ayant 903 ha de vignes d'AOC, dont deux tiers en pinot meunier et 28% en pinot noir (375 exploitants). La partie septentrionale et orientale du canton, dans la plaine crayeuse, a pour axe la vallée de la Suippe, jadis foyer d'industrie textile.

En aval, Auménancourt (900 hab., 1 282 ha), 4 km au nord de Bourgogne, eut des filatures à Pontgivart mais n'est plus qu'un centre de services à l'agriculture (travaux, semences, aviculture) et une banlieue d'habitation; sa population a gagné 200 hab. (+29%) entre 1999 et 2008. Boult-sur-Suippe (1 600 Bouquins, 1 975 ha), 16 km NNE de Reims au passage d'une ancienne voie romaine, a eu aussi une filature et conserve de son passé industrieux nombre de commerces, services et petites entreprises; église romane classée; la population a fait un saut de 900 à 1 360 hab. entre 1982 et 1999 et a encore gagné 240 hab. après. En amont, se succèdent trois gros villages de tradition industrielle. Bazancourt et Warmeriville sont les plus peuplés.

Entre les deux, Isles-sur-Suippe (810 Islois, 1 239 ha) est au passage de la route de Charleville (N 51, à 4 voies) et rassemble une coopérative agricole, une minoterie et plusieurs entreprises, dont ACI (ex-Hyméca, grues mobiles, 60 sal.) et Afica (Affinage de Champagne-Ardenne, alliages de cuivre, 50 sal.), ce qui en fait une petite annexe industrielle de Reims. La commune a gagné 140 hab. de 1999 à 2008. Entre la Suippe et Reims, la Champagne crayeuse est particulièrement peu accidentée et bien cultivée. À Pomacle (350 hab., 1 119 ha), 15 km NE de Reims, se trouvent les laboratoires d'Agro-Industrie R&D (ARD, 80 sal.) associant un centre de compétence, des recherches et quelques fabrications, et de Soliance (parfums et cosmétiques, 55 sal.), tous deux du même groupe que la sucrerie de Bazancourt et travaillant sur les dérivés des productions agricoles régionales.

Caurel (660 Caurellois, 979 ha), 10 km au NE de Reims, a des activités agro-alimentaires: un gros abattoir de volailles des Éleveurs de la Champagne (Synavi, groupe Sipa, 180 emplois); une coopérative agricole et viticole, des silos de Champagne-Céréales; la population a gagné 60 hab. entre 1999 et 2008. Un peu plus loin de Reims (12 km), Lavannes (590 Lavannois, 1 777 ha) s'entoure d'un boulevard de ceinture et a des entrepôts agricoles; église classée des 12e-13e s. La commune a gagné 140 hab. de 1999 à 2008. Le canton compte également, au SO, Witry-lès-Reims. La communauté de communes de la plaine de Bourgogne ne réunit que 6 communes (7 700 hab.) et siège à Witry-lès-Reims.


Bazancourt

2 000 hab. (Bazancourtois), 1 164 ha, commune du département de la Marne dans le canton de Bourgogne, dans la vallée de la Suippe à la traversée de la voie ferrée de Reims à Charleville, 20 km au NE de Reims. Sa vie a été longtemps rythmée par la grande filature Lelarge, fondée en 1806 par Jobert-Lucas dans l'ancien château abbatial, fermée en 1956, encore reprise puis définitivement arrêtée en 1988. En 1914-1918, le village a servi de base allemande à 10 km du front. Le centre ancien, de forme à peu près carrée, est sur la rive droite de la Suippe et arbore une église classée des 11e-12e s. On y trouve tous les commerces et services de base, un collège public, un centre médico-psycho-pédagogique.

Outre un certain nombre de petites entreprises, dont les transports Wagner et Bollefois (25 sal.) et les travaux publics Viellard (25 sal.), Bazancourt se distingue par la présence de deux gros employeurs: la fabrique de coffres-forts Gunnebo (ex-Fichet-Bauche, 200 sal. emplois, à une entreprise suédoise) et systèmes de sécurité du même groupe (25 sal.) et un très gros complexe agro-industriel juxtaposant plusieurs entités: la Sucrerie coopérative (Cristal Union, 300 emplois) et ses bassins de décantation; les installations du groupe Champagne-Céréales, avec des silos et l’usine de son ancienne filiale Chamtor, maintenant au groupe allemand Pfeifer-Langen (200 sal., dérivés des céréales comme l’amidon, traitement de la chicorée); déshydratation de la luzerne, pisciculture.

Bazancourt est le siège de Luzerne de Champagne, société constituée en 2002, groupant 800 adhérents qui cultivent 8 800 ha de luzerne (130 000 t/an) et emploie 85 salariés sur les trois sites de Bazancourt, Reims et Pontfaverger. Enfin Bazancourt fait partie des grandes opérations de production d’éthanol, à partir de blé, de maïs et de betteraves, sous la marque Cristanol (60% Cristal-Union, 35% Champagne-céréales et 5% Chamtor), inscrit pour 280 000 t/an (ou 3 Mhl) et employant 100 personnes depuis 2007. Après une décroissance à la fin du 19e siècle, a population communale augmente lentement mais régulièrement depuis 1900 (1 000 hab.). Bazancourt est le siège de la communauté de communes de la Vallée de la Suippe, qui réunit 7 communes (7 900 hab.).


Warmeriville

2 180 hab. (Warmerivillois), 2 325 ha, commune du département de la Marne dans le canton de Bourgogne, 18 km NE de Reims. On y voit encore, dans un parc, la filature du Val-des-Bois, créée en 1840 et qui apporta quelque notoriété à Warmeriville, alors que son propriétaire Léon Harmel (1829-1915) en avait fait un modèle d’organisation paternaliste, sociale et chrétienne; elle a occupé jusqu’à 700 personnes, mais elle est fermée depuis longtemps. La bourgade, liée aux activités rémoises, a plusieurs ateliers dont les peintures Chaigneau (25 sal.), les commerces et services de base, plusieurs coopératives agricoles, des silos, un hippodrome; analyses médicales CS BTP 51 (20 sal.). La population communale a crû depuis le minimum de 1975 (1 240 hab.); mais elle avait atteint 2 400 hab. vers 1890.


Witry-lès-Reims

4 760 hab. (Witryats), 1 649 ha, commune du département de la Marne dans le canton de Bourgogne, 7 km au NE de Reims, banlieue industrielle et ouvrière avec un grand ensemble de pavillons et de petits collectifs. Elle a un collège public, plusieurs artisans et petites entreprises. Trelleborg-Vickers (groupe britannique Draftex) fabrique des articles en élastomère (170 et 65 sal.); construction aéronautique Secan, du groupe Allied Signal (30 sal.), installations thermiques Missenard Quint (40 sal.), peinture Murs Peints (25 sal.); transports Struby (85 sal.), distribution de médicaments OCP (50 sal.), centrale d'achats BT Lec (groupe Leclerc, 100 sal.), supermarché Carrefour (50 sal.), transports Struby (100 sal.).

Au sud, le finage soigneusement labouré monte sur les premières pentes du mont de Berru, où l’on voit les restes d’un ancien fort détruit, position allemande en 1914-1918. La ville a été en très forte croissance entre 1975 (1 800 hab.) et 1982 (4 700) et n’a guère changé depuis, puis a gagné 100 hab. entre 1999 et 2008. La commune est le siège de la communauté de communes de la plaine de Bourgogne (6 communes, 7 700 hab.).