Canton de Fère-Champenoise

Fère-Champenoise

2 360 hab. (Fertons), 6 589 ha, chef-lieu de canton du département de la Marne dans l'arrondissement d'Épernay, 36 km au SO de Châlons-en-Champagne, dans la vallée de la Vaure au milieu des collines de la craie. Cette vaste commune, qui a annexé sa voisine Normée en 1972, mesure 17 km du SO au NE. Le bourg a été ruiné par un incendie en 1756, et refait ensuite selon un nouveau plan; puis à nouveau en 1914, et encore par la guerre de 1940; on y entretient un cimetière national. En grande partie reconstruit après la dernière guerre, puis agrandi, il s'étale sur 70 ha assez aérés de part et d'autre de la petite vallée de la Vaure, affluent de l'Aube coulant vers le SO. On y trouve tous les commerces et services de base, une zone industrielle, un ensemble de silos et d'ateliers avec embranchement ferroviaire, un collège public. La population communale a diminué légèrement après 1975; elle est restée étale après 1999.

Fère-Champenoise est le siège de la communauté de communes du Sud Marnais (13 communes, 5 000 hab.). La ville a eu une bonneterie (Gui) qui a employé jusqu'à 150 personnes vers 1960, une fromagerie, une brasserie, une coopérative de fruits et légumes; mais l'emploi a subi de stricts replis et quelque renouvellement. Les principaux employeurs sont aujourd'hui les silos et entrepôts de Champagne-Céréales, une coopérative de vente de betteraves et surtout Parmentine (Champagne-Pommes de terre) qui trie et vend des pommes de terre (160 et 40 sal.); Endives-Production emploie 60 salariés; Préciculture (110 sal.) fabrique du matériel agricole, Sofrec (70 sal.) des emballages moulés, AGM (Gervais-Mathellier, 30 sal.) des escaliers métalliques; transports Gesthem (25 sal.); mais la chocolaterie Jacquot (60 sal.), qui fut réputée, a fermé en 2008. Le Centre d'économie rurale (comptabilité) a 45 employés à Fère.

Le canton a 5 800 hab., 18 communes et 38 489 ha; limitrophe du département de l'Aube, il est tout entier dans les basses collines de la craie, et traversé d'ouest en est par la N 4. Deux vallées à fond humide s'y marquent à peine, la Somme au nord et la Vaure à l'ouest, qui devient la Superbe en aval. Connantre 1 120 Connantrats, 2 855 ha), à 5 km SO de Fère-Champenoise dans la même vallée, a une fabrique d’escaliers métalliques (ORD Pacemetal, 60 sal.), les transports Blanchet (60 sal.), un négoce de matériel agricole (Martel, 35 sal.) et surtout une grosse sucrerie du groupe Tereos (140 sal.), construite en 1975, qui se flatte d’être «la plus grande du monde»: elle peut traiter 21 500 t de betteraves par jour, produit annuellement 230 000 t de sucre et 200 000 t de pulpes pressées; les apports viennent de 1 700 coopérateurs (25 000 ha).

Au sud de Connantre, Corroy (140 Corroitats, 1 997 ha) se signale par une église classée du 12e s. à curieux clocher latéral, et par la belle ferme de la Colombière (19e s., inscrite). Faux-Fresnay (360 hab., 2 726 ha) associe deux villages distincts dans deux vallons affluents de la Superbe, dont la population dépassa 700 hab. dans les années 1840. Le finage de Gourgançon (170 Gourgançonnais, 2 915 ha), dont le village est 8 km au sud de Fère-Champenoise et possède une église classée du 12e s., s'élève au sud-est au Mont de Bézard, où est apparu un parc de 15 éoliennes (30 MW) dont 7 sont dans dans la commune, le reste étant à Salon (4) et Semoine (4) dans l'Aube. La commune héberge également le parc éolien du Mont de Grignon, au nord-est, qui a 12 hélices (24 MW). Euvy (80 Euvyots, 1 443 ha), 4 km au sud-est de Fère-Champenoise, partage avec Corroy et Fère un parc de 18 éoliennes (35 MW) dont 6 sont sur le territoire d'Euvy, 7 sur celui de Corroy et 5 sur celui de Fère.

Au NO, le mont Août (220 m) émerge de la plaine (qui est à 100 m) comme butte-témoin de la côte d’Île-de-France, dans la commune de Broussy-le-Grand (310 Broussyats, 2 131 ha), qui a une part des marais de Saint-Gond, ainsi que sa voisine Bannes (270 Bannats, 2 333 ha). Broussy a gagné 40 hab. après 1999, Bonnes 60. Au SO du canton de l’autre côté de la Superbe, un ancien grand aérodrome de l’Otan (LFYM) est en sommeil à Marigny (100 Marigniots, 1 173 ha), 13 km au SE de Sézanne; un projet de ferme solaire sur 25 ha, porté par la communauté de communes du Sud Marnais et la société Enfinity sur le terrain d'aviation, semble avoir échoué.

Tout à l’est du cantone, Haussimont (170 Haussimoniots, 1 763 ha), village fleuri (4 fleurs) à 15 km à l’est du chef-lieu dans la vallée de la Somme et proche de la N 4, a une féculerie de pommes de terre (85 sal., un quart de la fécule produite en France), abandonnée par le groupe néerlandais Avece en 2006 mais aussitôt reprise et maintenue par une association des 340 producteurs concernés (Advent-Agri, où le groupe Sphère, spécialiste de sacs d'emballage et de bioplastique, est devenu majoritaire); au nord, la commune contient une fraction des terrains de l’aéroport de Vatry. À Connantray-Vaurefroy (190 Connantriots, 2 883 ha), 5 km à l’est de Fère-Champenoise, issue d’une fusion de 1867, se trouvent de grandes installations closes, qui débordent sur les communes voisines, signalant un vaste camp militaire de stockage de munitions, qui dispose d’un embranchement ferroviaire particulier depuis Fère-Champenoise (8e RMAT, GMU).