Canton de Sézanne

Sézanne

5 400 hab. (Sézannais), 2 282 ha dont 406 de bois, chef-lieu de canton du département de la Marne dans l'arrondissement d'Épernay, 44 km au sud de celle-ci. C'est la principale ville du sud-ouest du département de la Marne, située dans un vaste amphithéâtre de la côte d'Île-de-France au passage de la N 4. Le bourg ancien, cité dès 937, forme une vague ellipse E-O, entourée de boulevards à la place des anciennes murailles, mais Sézanne avait depuis longtemps débordé en tous sens de son ancien corset, bénéficiant d'une urbanisation assez aérée quoique fort confuse. Écoles et installations sportives occupent de vastes espaces au nord, tandis que l'industrie et les entrepôts se sont rassemblés et étalés en plaine.

Le bourg a participé jadis aux foires de Champagne, jusqu'à la fin du 12e s., et n'a pas cessé depuis d'exercer de solides fonctions de chef-lieu local; il avait d'ailleurs déjà plus de 4 000 habitants au début du 19e siècle et a varié entre 5 000 et 6 200 hab. (sdc) pendant tout le 20e s., avec toutefois une tendance à la baisse depuis 1975; elle a perdu 300 hab. de 1999 à 2008. On trouve à Sézanne un collège et deux lycées publics, dont un professionnel, un hôpital local (15 lits) et une maison de retraite; commerces et entrepôts de produits agricoles, un hypermarché Leclerc (140 sal.) et même 205 ha de vignes d'AOC champagne.

Le pôle industriel est mené par BBGR, du groupe Essilor, qui fabrique des lunettes et qui est issu d'une ancienne initiative locale: l'artisan Berthiot y tournait déjà des verres en 1836 et sa production a acquis une grande réputation dans les années 1870; la firme est devenue Benoist-Berthiot, en 1875, et en conserve les initiales dans son sigle; elle emploie 360 personnes. Ensuite viennent Johnson & Johnson, spécialisé dans l’hygiène (protections périodiques internes, 220 sal.), et Lafarge pour les produits réfractaires (Calderys, 110 sal.), dont l’exploitation remonte aux années 1870. Feralco (100 sal.) fabrique des casiers et étagères métalliques pour magasins, ATS (70 sal.) travaille et découpe les tôles, Sabea fait de sfers à béton (20 sal.); transports Rosier Sotraco (35 sal.) et Clément (35 sal.), travail temporaire Adecco (95 sal.), gardiennage Cynoprotect (120 sal.).

Bien que Sézanne ait été ravagée par un grave incendie en 1632, il reste de son passé et de son cadre des éléments d'attrait touristique: grande collégiale, église du 16e s. à tour carrée, cloître et chapelle du 16e à l'hôpital; puits, maisons anciennes, remparts et point de vue au mail des Cordeliers, un centre de loisirs, un aérodrome. La communauté de communes des Coteaux sézannais associe 20 communes (9 100 hab.). La région Blancs et Sézannais est une subdivision du Vignble de Champagne, formée de 55 communes pour 3 700 exploitations et 5 800 ha, à forte dominante de chardonnay); le terroir n°13 porte le nom de Sézannais; il compte12 communes, 1 441 ha de vignes d'AOC, 700 exploitants et forme la partie la plus méridionale du vignoble de la côte d'Île-de-France, jusqu'à Villenauxe. Barbonne-Fayel et Sézanne en sont les deux principales communes viticoles.

Le canton a 10 100 hab. (10 300 en 1999), 23 communes et 28 229 ha; il s'étend surtout dans la plaine crayeuse, drainée vers l'Aube: à l'ouest il mord sur le plateau de Brie, qui porte au SO la forêt de Traconne, et qui au nord domine les marais de Saint-Gond. La petite Oyes (85 Oyats, 769 ha) est le site de l'abbaye dite de Saint-Gond, établie par les bénédictins dès le 7e s., rebaptisée en 959 du nom de son fondateur, puis transformée en prieuré en 1342; il en reste une ferme-château, entourée de douves; la commune a aussi 16 ha de vignes AOC sur la côte. Mondement-Montgivroux (50 Mondementais, 737 ha dont 236 de bois), 10 km NNE de Sézanne sur la côte, se repère de loin, par un énorme monument en béton de 32 m de haut élevé en 1951 et qui commémore la grande bataille de la Marne, dont elle fut un haut lieu; point de vue, musée de la bataille de la Marne, 7 ha de vignes.

Plus près de Sézanne, Broyes (410 Broyens, 1 524 ha dont 370 de bois) est le principal village viticole de la côte, cultivant 135 ha de vignes d'AOC champagne; château des Pucelles au village juste au-dessus de la corniche (17e s., mairie), carrières à proximité. Ancien petit centre de tonnellerie, Broyes fut le siège d'une puissante châtellenie et conserve quelques restes de l'ancien château fort et d'un prieuré de chartreux; le nom, Brigas en 813, évoque le gaulois briga, forteresse. Tout le reste du canton est dans la plaine de craie. Au SO de Sézanne, Barbonne-Fayel (510 Barbonnots, 2 435 ha dont 812 de bois), à 8 km, enceinte de boulevards circulaires, est une commune viticole (258 ha AOC, deux tiers en chardonnay) avec des commerces et des services, et des silos. Juste au sud, Fontaine-Denis-Nuisy (250 Fontenats, 1 317 ha dont 470 de bois), qui résulte d'une fusion ancienne (1846), est une autre commune viticole (118 ha AOC, 90 exploitants) au pied de la côte et des bois de Traconne, comme Barbonne.

Tout à l'est du canton, Pleurs (800 Pleuriots, 1 672 ha dont 268 de bois), 12 km ESE de Sézanne dans la vallée humide de la Vaure, a une usine de déshydratation, quelques commerçants et artisans; elle a été siège d'une baronnie, devenue marquisat en 1661; il en reste au village un château du 14e s. remanié au 17e ; église en partie classée; maison de retraite privée. La commune a gagné 70 hab. de 1999 à 2008; son nom, Plaiotrum en 1052, associerait les radicaux gaulois plavio évoquant un fond marécageux, et durum, désignant une forteresse: ce serait en somme le Fort des Marais, rien à voir avec sa voisine Gaye (570 Gayons, 2 113 ha), qui est dans un vallon affluent et plus proche de Sézanne (8 km) et qui ne manque jamais de lui être associée par contraste et dont le nom (Wadia dans les anciens textes) viendrait d'un patronyme germanique, ou peut-être d'un gué; Gaye a perdu la fromagerie du Moulin de Gaye (groupe Lactalis), qui avait encore 80 sal. en 2005. Linthes (120 hab., 903 ha), 9 km à l'est de Sézanne sur la N 4, accueille les transports Jungblut (25 sal.)