Canton de Juzennecourt

Juzennecourt

200 hab. (Juzennecourtois), 1 187 ha dont 568 de bois, chef-lieu de canton de la Haute-Marne dans l’arrondissement de Chaumont, 18 km au NO de la préfecture sur le plateau, près des sources de la Blaise; musée du bois. Le village n’a jamais été bien gros pour un chef-lieu, mais avait tout de même 330 hab. en 1886; le creux a été atteint en 1982, à 135 hab.

Le canton a 2 900 hab., 15 communes et 27 267 ha dont 11 796 de bois; il est limitrophe du département de l’Aube. Au nord et à l’ouest de Juzennecourt s’étalent les grandes forêts des Dhuits et de l’Étoile. Au nord-ouest se tient Colombey-les-Deux-Églises. Au nord de Colombey, Rizaucourt-Buchey (120 Rizaucourtois,1 507 ha dont 471 de bois) est également bénéficiaire depuis 1972 de l’AOC champagne (33 ha de vignes); la commune vient d’une fusion de 1973, qui n’avait guère changé sa population, alors inférieure à 110 hab., contre 300 en 1876.

Tout au sud du canton apparaît la vallée de l’Aujon et de son affluent le Brauzé, où sont Vaudrémont (115 Vaudrémontais, 1 039 ha dont 367 de bois) et son château des 16e et 18e s., ainsi que Maranville (470 Maranvillois, 1 242 ha dont 711 de bois), 14 km au SO du chef-lieu et 16 km au SE de Bar-sur-Aube, en bordure du département de l’Aube dans la vallée de l’Aujon; gare, ancienne tradition de tournerie sur bois qui subsiste dans l’usine Edmé Lacroix (40 sal.) et les meubles Chabert-Marillier (55 sal.).


Colombey-les-Deux-Églises

690 hab. (Colombéens), 7 363 ha dont 2 546 de bois, commune de la Haute-Marne dans le canton de Juzennecourt, 9 km au nord-ouest du chef-lieu, limitrophe du département de l’Aube, 15 km à l’est de Bar-sur-Aube. Elle est surtout célèbre pour abriter le manoir de la Boisserie, acquis par le général de Gaulle qui est enterré au cimetière du village; le mémorial qui lui a été consacré sur les hauteurs, marqué par une gigantesque croix de Lorraine de 43,5 m de haut et 1 500 tonnes, en granit rose de Bretagne, édifiée en 1972; le musée ouvert en 2006; l’ensemble entraîne visites et pèlerinages.

Le finage de Colombey s’étend au nord dans un paysage ouvert, où Colombey a annexé en 1972 pas moins de 7 communes: Biernes, Blaise, Champcourt, Harricourt, Lavilleneuve-aux-Fresnes, Pratz et Argentolles; ce dernier village est l’un des deux à avoir bénéficié en 1972 d’une extension de l’AOC champagne, ce qui lui vaut un musée de la vigne et du vin, le cellier Saint-Vincent et 39 ha de vignes d’appellation. La partie méridionale du finage de Colombey est sur le plateau boisé de la forêt domaniale des Dhuits. La commune a reçu le collège public cantonal; elle avait moins de 400 hab. entre 1921 et 1975; la fusion l’a hissée à 720, mais la population a diminué jusqu'en 1999.