Canton de Loiron

Loiron

1 510 hab. (Loironnais), 2 299 ha, chef-lieu de canton de la Mayenne dans l’arrondissement de Laval, 12 km à l’ouest de Laval sur la N 157. Le village est le siège de la société Noz (30 sal.) et de ses nombreuses filiales Futura PGC (30 sal., spécialiste du déstockage), RA (45 sal., négoce de meubles), CFM-Mayenne Prod (conditionnement à façon, 35 sal.), Socad (30 sal., conseil de gestion), Fraac (25 sal., négoce interentreprises), informatique ICS (20 sal.), AJ Packaging (20 sal.), Ascof (20 sal., prospection), qui sont toutes à la même adresse. La population communale augmente depuis le minimum de 1936-1960 (800 hab.) et a gagné 210 hab. de 1999 à 2009. La communauté de communes du pays de Loiron correspond exactement au canton et siège au chef-lieu.

Le canton, étiré du nord au sud le long de la limite de l’Ille-et-Vilaine, a 16 400 hab. (14 400 en 1999), 15 communes, 25 286 ha. Il reste marqué par le bocage et cultive le souvenir de la chouannerie, des mines dans le massif ancien, et des forges associées à des étangs de barrage dans les vallées. Saint-Ouën-des-Toits (1 730 Saint-Ouennais, 2 126 ha) dans l’angle NE, 14 km au NO de Laval, offre un hippodrome et un musée de la Closerie des Poiriers, qui fut la maison de Jean Cottereau, dit Jean Chouan; elle accueille aussi l’entreprise d’installations électriques Elitel (45 sal.); sa population croît aussi depuis les 770 hab. de 1968, et a ajouté 260 hab. entre 1999 et 2009.

Olivet (430 Olivetains, 997 ha dont 395 de bois) est un village fleuri (4 fleurs) entre Saint-Ouen et Le Genest, et a gagné 40 hab. depuis 1999. Son finage inclut un étang de 50 ha et une partie du grand bois de Misedon, partagé avec Port-Brillet, qui fut longtemps la commune la plus peuplée du canton. Le bois de Misedon fut un refuge des chouans, et il est censé abriter la tombe de Jean Chouan, ancien passeur de sel et contrebandier insurgé contre le pouvoir, puis contre la République. Le Genest-Saint-Isle et Saint-Pierre-la-Cour ont dépassé ou atteint les 2 000 hab. depuis 1999.

À 12 km NNO de Loiron, Launay-Villiers (400 Launay-Villersois, 905 ha), qui a 50 hab. de plus qu'en 1999, bénéficie des quatre plans d’eau successifs de la «vallée des étangs», issus des forges qui utilisaient les eaux du Vicoin; l’ensemble forme un site classé de 216 ha sur trois communes. Le Bourgneuf-la-Forêt (1 800 Bourgneuviens, 2 860 ha) est sur la route de Laval à Fougères, et fournissait la chaux aux forges; supermarché U (50 sal.), fabrique de moules Palicot (45 sal.). La population communale s’est accrue de 240 habitants entre 1999 et 2009. Bourgon (630 Bourgonnais, 2 097 ha), à l’extrême NO du canton, 26 km ONO de Laval, dispose d’une base de loisirs sur la Vilaine dans la partie amont du lac de barrage de La Chapelle-Erbrée, juste à la limite du département; elle a gagné 40 hab. depuis 1999.

Plus au sud, La Gravelle (540 Gravelais, 623 ha), autre commune limitrophe, mais traversée par la N 157 et l’A 8, a un gros échangeur autoroutier et une zone d’activités avec quelques petites entreprises, dont Frigo Transports (80 sal.). La Brûlatte (710 Brûlattais, 1 524 ha dont 585 de bois), entre Port-Brillet et Loiron, se tient entre voie ferrée et autoroute; grand bois des Gravelles, étang du Moulin Neuf partagé avec Saint-Pierre-la-Cour, zone d’activités de 160 salariés, avec stockage et conditionnement LBE (35 sal.); la commune a 90 hab. de plus qu'en 1999. Ruillé-le-Gravelais (840 Ruilléens, 1 694 ha), proche de Loiron (2 km à l’ouest), a une menuiserie (Poupin, 60 sal.); la commune a gagné 190 hab. de 1999 à 2009, soit +30%.

Au sud du canton, Beaulieu-sur-Oudon (540 Belloudoniens, 1 973 ha) se signale par un musée de la moisson et l’étang de la Guéhardière et a gagné 130 hab. (+32%) de 1999 à 2009. Un peu plus à l’est, à 16 km OSO de Laval sur le tracé d’une ancienne voie romaine rectiligne (D 32), au bord de l’Oudon, Montjean (980 Montjeannais, 1 975 ha) cache les ruines d’un château féodal à grosse tour, auprès d’un autre étang; maçonnerie Kercret-Logeais (30 sal.). La population de Montjean s’est accrue de 170 hab. entre 1999 et 2009, soit de 21%.


Genest-Saint-Isle (Le)

2 070 hab. (Genestois), 1 859 ha, commune de la Mayenne dans le canton de Loiron, 7 km au NE du chef-lieu et 10 km ONO de Laval sur la voie ferrée Paris-Rennes. Elle résulte d'une fusion de 1972, Saint-Isle ayant alors 90 hab. Elle a accueilli l’abbaye cistercienne de Clermont (1152), dont il reste une grande église du 12e s. et dont le site est classé. La population communale a fluctué entre 800 et 1 100 hab. au cours du 19e s., monté à près de 1 300 à la veille de la guerre de 1914, et n’était que de 780 hab. en 1968; elle a entamé alors une belle croissance sous l’impulsion de Laval, et dépassé les 2 000 hab. entre 1999 et 2009 où elle s’est accrue de 130 hab.

La commune englobe une partie de l’étang d’Olivet et abrite un centre d’élevage d’animaux de laboratoire (Janvier, 200 sal.), un laboratoire de recherche biotechnologique de la firme Porsolt (30 sal.), et une tôlerie STSM (Tôlerie Service Mayennais, 60 sal.), plus une usine de traitement de l’antimoine (Produits chimiques de Lucette, 40 sal.), dernier avatar des mines de la Lucette.

La Lucette

Le premier filon de la mine d'or de la Lucette fut découvert en 1901 par Herrenschmidt qui, attiré par un bloc de pierre observé chez un collectionneur, avait obtenu une concession trois ans auparavant. La mine fonctionna jusqu'en 1934 après avoir fourni 8 700 kg d'or et 42 000 t d'antimoine. Mais l'usine a continué à fonctionner, sur des minerais importés. La société est passée par divers propriétaires, dont à un moment la société Thistle, liée à des aventuriers internationaux des mines et des diamants. Elle a été reprise en 2001 et réformée sous le couvert d'une société minière belge Sudamin. Le fonds états-unien d'investissement Safeguard possède la société Produits chimiques de la Lucette spécialisée dans l'antimoine, tandis qu'une société Mines de la Lucette, qui réalise des investissements dans l'immobilier commercial et industriel et siège à Paris, appartient à MSREF Grillet, elle-même au groupe financier états-unien Morgan Stanley. Les environs ont également montré dans les plis siluriens des ressources en anthracite, mais trop minces pour avoir été exploitées.


Port-Brillet

1 980 hab. (Brillet-Pontains), 810 ha, commune de la Mayenne dans le canton de Loiron, 6 km au NNO du chef-lieu et 18 km ONO de Laval. Le bourg est au bord du Vicoin et sur la voie ferrée Paris-Nantes (gare). La commune ne date que de 1874 et son autonomie a été liée au développement des forges. Ce temps est fini. Il restait dans le bourg même une fonderie sur le site de l’ancienne forge sous le barrage, qui fut reprise en 1882 par la firme sarthoise Chappée et orientée vers les appareils ménagers (groupe Jacob-Delafon puis marque Bécuwe-Thomselle), enfin diversifiée, notamment vers le mobilier urbain, après sa reprise en 1988 par Pebeco (Focast); elle avait encore 85 salariés quand elle a fermé en 2011.

Port-Brillet a un collège public, un centre d’aide par le travail (la Futaie), des étangs et une partie du grand bois de Misedon; menuiserie et charpentes Bignon (110 sal.), ateliers textiles Maille-Création (pulls, 70 sal.) et Synertex (sous-vêtements, 35 sal.). La population de Port-Brillet était de 780 hab. à la création de la commune; elle est montée peu à peu à 2 000 en 1975, et a légèrement baissé ensuite, puis a gagné 100 hab. après 1999.


Saint-Pierre-la-Cour

1 970 hab. (Pierrot-Courtois), 1 569 ha, commune du département de la Mayenne dans le canton de Loiron, à la limite de l’Ille-et-Vilaine, sur la voie ferrée de Paris à Nantes (gare) 4 km à l’ouest de Port-Brillet. Elle a une grosse cimenterie du groupe Lafarge (170 sal.) et une fabrique de chaux (Pigeon, 25 sal.), une chaudronnerie (Mabris, 35 sal.), installations électriques Grimoux (20 sal.), travaux publics Foucher (FTPB, 65 sal.); plus une collégiale du 13e siècle avec musée archéologique, un collège catholique, des courses de chevaux. La population communale a plafonné en 1975, un peu diminué ensuite mais a augmenté de 310 hab. entre 1999 et 2009.