Canton de Badonviller

Badonviller

1 620 hab. (Badonvillois), 2 195 ha dont 1 603 de bois, chef-lieu de canton de la Meurthe-et-Moselle dans l'arrondissement de Lunéville, 36 km ESE de celle-ci au pied des reliefs du grès vosgien. Elle a un collège public et de petits ateliers (bois), une plomberie (Jacques, 20 sal.); nécropole nationale issue des combats d'août 1914, musée de la faïencerie. La faïencerie de Badonviller, créée à partir de Pexonne en 1897 et fermée en 1990, contribua à la fortune de la famille Fenal, qui réussit ensuite à intégrer l'essentiel des faïenceries lorraines (groupe FSDV). La commune s'étend dans les bois de la forêt domaniale des Étieux et occupe les rives amont du lac de barrage de Pierre Percée; sur la presqu'île du rocher aux Corbeaux a été aménagé un parc d'aventures; un atelier d'électronique (ARE 2000, 50 sal.), plomberie J. Philippe (20 sal.). La population communale était de 2 400 hab. vers 1850, et a oscillé autour de 2 000 jusqu'en 1970, avant de se mettre à décliner assez sensiblement; mais elle a repris 90 hab. de 1999 à 2008. La communauté de communes du Badonvillois siège au village et compte 10 communes (3 000 hab.).

Le canton a 3 200 hab. (3 000 en 1999), 12 communes, 12 100 ha; il est limitrophe des départements du Bas-Rhin et des Vosges. À 12 km ESE de Badonviller, le village de Bionville (140 Bionvillois,, 1 214 ha dont 1 013 de bois) est le seul dans la vallée de la Plaine; son territoire est surtout occupé par le puissant front de côte du grès vosgien, qui monte à 720 m au NE, au-delà du roc du Taurupt. En aval, l'écomusée de la Hallière présente une scierie vosgienne à haut fer sur la Plaine, à cheval sur la limite de la commune de Celles-sur-Plaine (Vosges). Pierre-Percée (100 hab., 993 ha dont 894 de bois) est un village perché sur le revers du plateau de grès, 7 km au SE de Badonviller dans les bois. Son paysage a été bouleversé par la création du lac de barrage, parfois encore appelé du Vieux Pré, dont l'exutoire se dirige vers la Plaine, et dont le plan d'eau très ramifié occupe 350 ha, permettant de nombreuses activités nautiques. Le territoire communal descend sur le front de côte du grès jusqu'à la rive droite de la Plaine, et partage ainsi avec Celles-sur-Plaine le lac de la Plaine, équipé d'une base de loisirs.

Pexonne (400 hab., 1 343 ha dont 350 de bois), 3 km au SO de Badonviller, fut le premier village de faïenciers, dès 1720; son usine était passée aux Fenal dès 1828, et occupait 370 ouvriers en 1887, avant d'être abandonnée dix ans plus tard au profit d'une nouvelle installation à Badonviller. La commune atteint au SE la rive du lac de Pierre Percée, où a été aménagé un observatoire ornithologique; sa population était montée à 1 200 hab. en 1901 et diminue depuis. La commune de Neufmaisons (250 hab., 2 163 ha dont 1 921 de bois), 6 km au SO du chef-lieu, qui a gagné 70 hab. de 1999 à 2008, a une partie de plaine avec le bois de Viombois, qui abrite un monument de la Résistance, et monte au sud-est sur les hauts reliefs du revers de la côte du grès, dans la forêt domaniale des Reclos; la limite communale suit, au pied de la côte, la rive droite de la Plaine.