Canton de Domèvre-en-Haye

Domèvre-en-Haye

460 hab., 846 ha dont 310 de bois, chef-lieu de canton de la Meurthe-et-Moselle dans l’arrondissement de Toul, 18 km NNE de la ville. Il est le siège de la communauté de communes des Côtes en Haye, qui groupe 9 communes (1 400 hab.); espace de loisirs avec club naturiste. Cette petite commune n’a jamais dépassé 430 hab.; elle était tombée à 180 en 1975 et poursuit sa remontée: elle a gagné une centaine d'habitants de 1999 à 2008. Elle est le siège de la communauté de communes des Côtes en Haye, qui associe 9 communes (1 700 hab.).

Le canton a 13 400 hab. (13 200 en 1999), 27 communes, 26 883 ha dont 8 929 de bois; il est limitrophe du département de la Meuse à l’ouest, où il atteint la Woëvre dans la forêt de la Reine; le reste est sur le plateau de Haye, traversé par la vallée de l’Esch, qui s’enfonce de plus en profondément vers l’est en direction de la Moselle, jusqu’à Pont-à-Mousson. La plus grande partie des bois de la Reine, entourant plusieurs étangs dont le plus vaste est l’étang Romé (52 ha), est dans la commune de Royaumeix (340 hab., 2 157 ha dont 1 425 de bois), dont le village est à 13 km au nord de Toul; la commune a un finage très contourné, nanti d'un vaste secteur de la forêt de la Reine à l'ouest; elle a gagné une cinquantaine d'habitants après 1999.

Le reste de la forêt relève d'Ansauville (90 hab., 697 ha dont 177 de bois), Hamonville (100 Hamonvillois, 668 ha dont 126 de bois) et surtout de Mandres-aux-Quatre-Tours (180 hab., 1 024 dont 420 de bois), toutes trois au nord, dans le haute vallée de l'Esch, et toutes pourvues d'étangs. Mandres avait 440 hab. vers 1850 et son église est inscrite. Beaumont (70 Sambumontais, 311 ha), un peu au-delà sur la D 958, ancienne N 58 de Saint-Dizier à Metz, accueille la scierie Ciolli (25 sal.).

Au nord-est du canton, le relief vigoureux des Hauts de Moselle, creusé par l’Esche, laisse voir des gouffres et a mérité le nom de «Petite Suisse lorraine»; il se partage entre une demi-douzaine de petites communes. Gézoncourt (170 hab., 534 ha dont 223 de bois), au nord-est du canton 7 km à l'ouest de Dieulouard, au fond d'un méandre encaissé de l'Esch, a une église inscrite. Martincourt (90 hab., 1 066 ha dont 402 de bois), 5 km NNE de Domèvre, également en fond de vallée, y est dominée par les restes du château féodal de Pierrefort, devenu une ferme. Manonville (250 Manonvillois, 943 ha dont 246 de bois), 2 km au NO du chef-lieu sur le plateau, a un château médiéval à grosses tours rondes au village, et a gagné 40 hab. de 1999 à 2008. Noviant-aux-Prés (260 Noviantais, 1 119 ha), un peu plus au nord-ouest, a une nécropole nationale; elle n'avait que 180 hab. en 1999 (et le double un siècle auparavant).

À Rosières-en-Haye (230 hab., 1 074 ha), 7 km au SE du chef-lieu, une base de l’Otan, dénommée aérodrome de Toul-Rosières, a abrité la base militaire aérienne 136; elle est à moins de 20 km de la ville de Toul et l'aérodrome (code LFSL) a deux pistes en dur (2 400 m). Mais la base a été désaffectée, et son emprise sert de support à une opération hors normes: l'installation de ce qui doit être la plus puissante centrale solaire du monde en 2012. EDF y pose, sur 364 des 522 ha de la base, 1 800 000 panneaux photovoltaïques fournis par la firme états-unienne First Solar, pour un coût de l'ordre de 500 M€; la puissance attendue est de 143 MW, le chantier occupe 600 à 800 personnes. La commune a 70 hab. de moins qu'en 1999, mais en raison de l'effacement de la population comptée à part.

Avrainville (250 Avrainvillois, 973 ha dont 300 de bois), à l'ouest de l'aérodrome, accueille un négoce de produits chimiques pour l'agriculture Estagri (20 sal.) et s'est accrue de 80 hab. depuis 1999. Andilly (290 Andillois, 712 ha), plus à l'ouest à 9 km SO du chef-lieu, proche de Royaumeix, a un cimetière militaire allemand et a gagné 60 hab. depuis 1999.

Villey-Saint-Étienne (1 090 Goniches, 1 729 ha dont 500 de bois), 11 km au NE de Toul, est la commune la plus méridionale du canton, sur la rive gauche de la Moselle. Le fort du Vieux Canton, dans les bois, participait à la ceinture de défense de Toul; la papeterie Kimberly Clark (papier d’hygiène et ouate cellulosique) emploie 510 sal. Le village est le siège de la communauté de communes de Hazelle (5 communes), dont les bureaux sont toutefois à Francheville (290 Franchevillois, 1 099 ha), 4 km à l’ouest. Un bois de Hazelle est dans la commune de Villey. La partie sud-orientale du canton est en dehors du parc régional de Lorraine, et a une curieuse forme, due au rattachement des deux communes urbaines de Liverdun et de Velaine-en-Haye, qui sont de l’autre côté de la Moselle.


Liverdun

6 000 hab. (Liverdunois), 2 523 ha dont 1 610 de bois, commune de Meurthe-et-Moselle dans le canton de Domèvre-en-Haye, 16 km au NE de Toul. La ville occupe un beau site de méandre encaissé de la Moselle, sur la rive gauche, transformé en place forte dès l'époque romaine, et bien entendu au Moyen Âge; elle a quelques restes de fortifications, dont une porte de ville et deux tours de l'ancien château, une église romano-gothique du 12e s., des maisons anciennes. Mais elle a perdu ses industries, dont l'ancienne confiturerie Lerebourg, de 1920, fermée peu après son intégration par Danone en 1989, et une fonderie de Pont-à-Mousson.

Un artisan maintient une ancienne tradition de madeleines datant de 1870. La ville a un collège public, un Intermarché (25 sal.), un centre d'aide par le travail; produits réfractaires Pousse (35 sal.), négoce alimentaire Supergroup (Chenel Tesch, 65 sal.); forêt communale au sud sur le plateau, cité de logements au nord (Toulaire), issue d'un lotissement pour l'armée américaine. La ville avait 1 800 hab. en 1900, 2 300 en 1936 et a poursuivi sa progression jusqu'en 1990; puis elle a perdu quelques habitants dans les années 1990, et 400 entre 1999 et 2008.


Velaine-en-Haye

1 560 hab. (Velainois) dont 110 à part, 1 787 ha dont 1 158 de bois, commune de Meurthe-et-Moselle dans le canton de Domèvre-en-Haye. Le bourg est à 10 km ENE de Toul. La N 4 et l’A 31 passent au sud du village; un échangeur donne accès au grand parc de loisirs de Haye (220 ha) établi dans la forêt, et assorti d’un musée de l’automobile. L’ensemble a été aménagé dans les années 1970 sur le site d’une base concédée en 1951 à l’armée des États-Unis dans le cadre des accords de l’Otan, et qu’elle a occupée jusqu’en 1967. Le zoo de Haye, ouvert un peu à l’est, a été fermé dans les années 1990. La commune accueille un institut médico-éducatif. La population communale n’atteignait pas 300 hab. en 1954; elle a crû surtout depuis 1970, mais semble plafoner: elle aurait perdu 40 hab. de 1999 à 2008.

Velaine est devenue un centre logistique et a ses principaux emplois dans les transports, avec les entreprises Quil (280 sal.), Sotrama (140 sal.), Transfret (50 sal.), Schlichting (30 sal.), TEM (30 sal.), Samada (20 sal.). Parmi les autres activités se distingue l’imprimerie de sérigraphie Serica (105 sal.); métallerie d’aluminium Cetal (20 sal.), emballages en bois SCIE Mat (20 sal.); imprimerie Utim (20 sal.); informatique Axe (25 sal.). Velaine abrite aussi plusieurs entreprises de négoce dont Publi-Cadeaux (25 sal.), la distribution vétérinaire Centravet (25 sal.) et le matériel médical Air Products Healthcare (20 sal.), et de bâtiment comme la Sogea (35 sal., travaux publics), GTI (30 sal., isolation), Grennevo (25 sal., construction) et les espaces verts Brio (45 sal.) et ISS (55 sal.); nettoyage Sin & Stes (600 sal.). Le club sportif ASP Nancy-Lorraine y a ses installations (105 sal.).