Canton de Gourin

Gourin

4 300 hab. (Gourinois) dont 320 à part, 7 412 ha dont 464 de bois, chef-lieu de canton du Morbihan dans l'arrondissement de Pontivy, 56 km à l'ouest de Pontivy et 43 km au NE de Quimper, au pied des Montagnes Noires. Le nom, Gorvrein à l'origine, désignerait une hauteur et un certain Wraen; le finage monte au nord-est dans les Montagnes Noires, rehaussées de chapelles et du bois de Conveau. Le bourg est un solide centre de services avec une clinique (80 emplois) et une grosse conserverie de légumes Ardo ((360 sal.), groupe belge avec participation du groupe breton Triskalia, un supermarché Leclerc (75 sal.); réseaux Toulgoat (35 sal.) et travaux publics Brûlé-Weickert (30 sal.) et Barazer (25 sal.). II joue aussi sur le tourisme et l'animation.

La commune abrite un lycée agricole catholique et des établissements secondaires à internat, collèges public et privé, lycée privé. Le château de Tronjoly (à ne pas confondre avec celui de Cléder), apparu en 1768 mais entièrement rebâti à la fin du 19e s. après un incendie, a un parc botanique et abrite des festivités et maintes expositions, notamment de marionnettes; bel enclos paroissial des 15e et 17e s., chapelle du 16e s. Mais la population communale a culminé en 1931 à près de 6 000 hab. et diminue depuis; elle a perdu 500 hab. entre 1999 et 2008. Gourin est le siège de la communauté de communes du Pays du Roi Morvan, formée par le canton de Gourin et ceux de Guémené-sur-Scorff et du Faouët et qui réunit 21 communes, 25 500 hab. et 76 300 ha.

Le canton a 8 500 hab. (8 900 en 1999), 5 communes, 25 506 ha dont 1 800 de bois; très étiré d'ouest en est le long des Montagnes Noires sur plus de 30 km, il est limitrophe des Côtes-d'Armor et du Finistère. Il correspond à un ancien petit pays cornouaillais mais que la Révolution a préféré rattacher au Morbihan, où il reste un peu à part et a fait figure de pays vaguement «barbare». Il a été très frappé par la dépopulation après le milieu du 19e s., et a fourni beaucoup d'émigrants vers les Amériques; c'est pourquoi une reproduction de la statue de la Liberté figure sur la place centrale de Gourin. Certains d'entre eux ont réinvesti dans le pays, encore parfois considéré comme un peu reculé, mais qui a activement participé à la rénovation récente de l'agriculture.

La principale commune hors du chef-lieu est Langonnet, qui tient tout le centre-est du canton. Plouray (1 130 Plouraysiens, 3 909 ha dont 492 de bois), 17 km à l'est de Gourin, Plorae en breton, a une usine de volailles du groupe Doux (150 sal.); église des 15e et 17e s. Les deux autres communes sont Le Saint (680 hab., 3 103 ha) au sud, dont le nom est lié à saint Guénolé et qui est bordée à l'ouest par le cours encaissé de l'Inam, affluent de l'Ellé, à l'est par un autre profond vallon, et Roudouallec (730 hab., 2 482 ha) à l'extrême ouest, dont le bourg est un village-rue à la limite du Finistère. Roudouallec a reçu en 2008 un parc de 7 éoliennes Enercon de 53 m (5,6 MW, 14 GWh).


Langonnet

2 000 hab. (Langonnetais), 8 540 ha dont 637 de bois, commune du Morbihan dans le canton de Gourin, à 11 km au SE du chef-lieu au-dessus de l'Ellé. Son très vaste finage dépasse au nord la crête des Montagnes Noires, qui y culmine à 286 m. Le nom vient d'un saint gallois; l'église du bourg, des 12e et 17e s., est issue d'un monastère bénédictin; celle de la Trinité, 7 km au nord dans la montagne avec une belle fontaine, également d'origine abbatiale et très décorée, date du 16e s. À l'est du bourg, cachée dans la petite vallée de l'Aër, affluent de gauche de l'Ellé, subsiste une ancienne abbaye cistercienne de 1136, dont le cloître et la plupart des restes sont du 18e s. Enfin, à l'ouest du bourg, se voient la chapelle (17e s.) et la fontaine de Restangoasguen. La commune a peu d'entreprises: seule émerge une crêperie (Lebreton, 55 sal.); sa population avait atteint 4 800 hab. en 1936 et n'a cessé de diminuer depuis, passant légèrement au-dessous de 3 000 hab. en 1962 et de 2 000 en 1999, avant de se stabiliser.