Canton de Mauron

Mauron

3 300 hab. (Mauronnais), 6 723 ha dont 414 de bois, chef-lieu de canton du Morbihan dans l’arrondissement de Vannes, 69 km au NE de la préfecture, mais 20 km au NE de Ploërmel et environ à 50 km de Rennes. Le bourg a un collège public et un privé, et quelques petites entreprises, dont un atelier de chaudronnerie pour l’industrie agro-alimentaire (Armor-Inox, 45 sal.) et un atelier de confection (Brocéliande, 35 sal.); restauration collective Océane (60 sal.); bétons Thébault (40 sal.), couverture Briéro (25 sal.); supermarché U (40 sal.), maison de retraite (35 sal.). Un parc éolien de 5 machines Gamesa de 90 m a été mis en service en 2009 (10 MW, 25 GWh) au nord, à la limite d'Illifaut. La commune a perdu des habitants entre 1890 (4 500) et 1968 (3 200) et s’est stabilisée ensuite.

Le canton a 5 800 hab. (5 500 en 1999), 7 communes, 14 976 ha dont 1 352 de bois. Il est limitrophe des Côtes-d’Armor et de l’Ille-et-Vilaine, où il dessine une avancée au NO de la forêt de Paimpont, jusqu’au château de Comper, par la commune de Concoret (790 hab., 1 576 ha), 7 km à l’est du chef-lieu, qui a une entreprise de travaux publics Pompéi (45 sal.) et a gagné 130 hab. de 1999 à 2008. Il est traversé par la vallée de l’Yvel, qui descend vers le SO en direction de l’Oust. La minuscule Saint-Léry (190 Léritins, 158 ha), 2 km à l’est de Mauron à la limite de l’Ille-et-Vilaine, a reçu un abattoir-fabrique de charcuterie (Kermené du groupe E. Leclerc, 180 sal.) et une usine de traitement de surfaces SATS (100 sal.); elle a un joli village de schiste blond, avec une belle église des 15e-16e s. et le château du Loû (17e et 19e s.).

Au sud du canton se tient Néant-sur-Yvel (1 000 Néantais, 3 230 ha dont 414 de bois) dont le curieux nom, simplement Néant avant 1947, n’est pas expliqué mais rapporté à un nom de personne, plusieurs Néant figurant dans les lieux-dits voisins. Au nord de la commune est le château du Bois de la Roche, du début du 16e s., qui héberge un centre naturiste; transports Bernard André (35 sal.); la commune avait près de 1 600 hab. en 1900, mais elle en a regagné 120 entre 1999 et 2008. La petite Tréhorenteuc (110 Tréhorentais, 542 ha), à l'orée de la forêt de Paimpont, se tient dans un vallon affluent de l'Yvel où la publicité se plaît à voir le «Val sans retour» des légendes de Brocéliande; l'église, en partie du 17e s. mais largement du 20e s., mêle légendes arthuriennes et chrétiennes dans ses décors; la commune est classée au titre du «patrimoine rural de Bretagne».

La communauté de communes de Mauron-en-Brocéliande correspond au canton, siège au chef-lieu et se veut un pôle de développement sur la route de Lorient à Rennes, sous l'impulsion de Jean-Marie Desgrées du Loû, châtelain à Saint-Léry, cofondateur d'Ouest-France et ancien pdg du Courrier de l'Ouest (1935-2004), en aménageant des zones d'activités et en créant une «voie verte» vers Questembert.