Canton de la Roche-Bernard

Roche-Bernard (La)

770 hab. (Rochois), 43 ha, chef-lieu de canton du Morbihan dans l'arrondissement de Vannes, 34 km à l'ESE de Vannes. Le bourg, «petite cité de caractère», est à la limite du département de Loire-Atlantique et sur la rive gauche (orientale) de la Vilaine. C'est le type même de la bourgade de pont, voire de tête de pont, sur la grande route de Nantes à Vannes et Brest, nantie d'un château qui gardait le passage (Basses-Fosses, 16e-17e s., avec musée de la Vilaine maritime) et de maisons anciennes qui donnent de l'attrait au centre-ville; hôpital local (120 sal., 11 lits), collège privé.

Le finage communal est minuscule; il est néanmoins censé contenir un port de plaisance de 560 places, dont 450 à ponton; un camping, deux hôtels. Le pont du bourg, qui franchit la Vilaine à 55 m au-dessus du lit, a été doublé en 1996 par le nouveau pont du Morbihan, autoroutier, long de près de 400 m et à altitude comparable (50 m). La population communale est restée longtemps autour de 1 000 hab. mais a diminué entre 1975 et 1990 et a encore perdu 50 hab. après 1999. Le bourg est le siège de la communauté de communes de La Roche-Bernard, qui groupe 4 communes (8 500 hab., 13 400 ha).

Le canton a 14 700 hab. (12 400 en 1999), 8 communes, 21 739 ha dont 2 476 de bois; très allongé d'ouest en est le long de la limite de la Loire-Atlantique, il comporte trois parties distinctes. Au nord-ouest, sur la rive droite de la Vilaine, le territoire de la commune de Marzan (1 930 Marzanais, 3 384 ha dont 372 de bois), traversé par la grande route, s'interpose entre les cantons de Muzillac et de Questembert; on y trouve un un pâtissier-traiteur (Patissnack, 40 sal.) et les constructions métalliques Ryo (30 sal.). La population, assez stable depuis 1920, a gagné 200 hab. de 1999 à 2008.

Au NE, sur la rive gauche, Nivillac et Saint-Dolay se partagent la plus grande partie de l'espace, dont l'extrémité orientale relève toutefois de Théhillac (530 Théhillacois, 1 446 ha dont 349 de bois), dont le bourg est aux abords du confluent de la Vilaine et de l'Isaac, et dont la population est stable; au sud, bois de Lezay et étang du Rocher (26 ha). Ces communes forment avec La Roche-Bernard une «station verte de vacances» de Basse-Vilaine. Au SO, toujours rive droite, le canton borde l'estuaire jusqu'à la mer, par Férel, Camoël et Pénestin.


Férel

2 830 hab. (Férelais), 2 890 ha dont 401 de bois, commune du Morbihan dans le canton de La Roche-Bernard, 6 km au SO du chef-lieu; son finage va de la Vilaine à la limite de la Loire-Atlantique; la population est croissante depuis 1962 (1 560 hab.) et s'est augmentée de 740 hab. entre 1999 et 2008, soit +36%; maison de retraite (55 sal.). La commune de Camoël (850 hab., 1 433 ha), 4 km à l’ouest de Férel, également en progrès (+180 hab. dans le même temps), a les mêmes rivages et fait face à Arzal, avec laquelle elle partage le barrage sur la Vilaine; le large port de plaisance d'Arzal-Camoël offre 1 080 places, dont 970 à ponton. Camoël a 38% de résidences secondaires et un camping, un hôtel.


Nivillac

4 020 hab. (Nivillacois), 5 548 ha dont 446 de bois, commune du Morbihan dans le canton de La Roche-Bernard, 3 km au NE; son grand finage borde la Vilaine, rive gauche, sur 12 km. Le bourg, village fleuri (3 fleurs), a un centre socio-culturel, siège de la GNDB (Garde Notre-Dame-des-Blés), association catholique fournissant musiques et majorettes; Intermarché (45 sal.) et Bricomarché (20 sal.), formation d’adultes IFOPSE (55 sal.). La commune avait 3 600 hab. en 1911 et sa population s’était abaissée à 2 700 en 1954; elle a augmenté jusqu’en 1975, a peu changé ensuite mais a gagné plus de 700 hab. entre 1999 et 2008 (+22%).


Pénestin

1 890 hab. (Pénestinois), 2 169 ha, commune du Morbihan dans le canton de La Roche-Bernard, 18 km à l’OSO sur le littoral de la baie de la Vilaine et la rive gauche de l'estuaire; on prononce Pénétin. C’est, en limite de la Loire-Atlantique et ainsi en quasi-enclave morbihannaise, comme un petit bout du monde en coin de la presqu'île de Guérande, avec quelques pêcheurs et surtout une station balnéaire restée familiale, disposant de plages et de côtes rocheuses à la fois sur l’océan et sur l’estuaire, où le petit port de Tréhiguier pêche la civelle et la moule.

Pénestin a un musée de la mytiliculture, un supermarché Carrefour (25 sal.); au bas du bourg se trouve la Mine d’Or, petit ensemble de villas dont le nom vient d’une mine exploitée localement au 19e s. et jusqu’en 1924; les Phéniciens auraient jadis extrait de l’argent dans les parages. La population communale augmente depuis 1962 (1 000 hab.) et a gagné 330 hab. de 1999 à 2008 (+21%). La commune a plus de 2 000 résidences secondaires (67% du parc), 9 campings (1 600 places) mais aucun de luxe, et deux petits hôtels.


Saint-Dolay

2 250 hab. (Dolaysiens), 4 826 ha dont 648 de bois, commune du Morbihan dans le canton de La Roche-Bernard, 12 km ENE, dont le territoire étendu va de la rive gauche de la Vilaine à la limite du parc naturel régional de Brière en Loire-Atlantique, où le village de Burin, entouré d'étangs dont celui de Kernévy, qui appartient au département et a été aménagé en «jardin d'Eden», est tout près de Missillac; chapelle Sainte-Anne (15e-16e s., classée) au nord-ouest, domaine départemental de la Corodais au nord du bourg, avec arboretum, et marais de Roho ou du Bézo en contrebas; travaux publics Lemée (55 sal.). La population communale a diminué entre les années 1890 à 1914, où elle se tenait à 2 900 hab., et les années 1950; elle s'est maintenue ensuite, et a augmenté de 230 hab. entre 1999 et 2008.