Canton de Montigny-lès-Metz

Montigny-lès-Metz

23 300 hab. (Montigniens) dont 550 à part, 670 ha, chef-lieu de canton du département de la Moselle dans l’arrondissement de Metz-Campagne, et de loin la principale commune de banlieue de Metz, au sud-ouest de la préfecture sur la rive droite de la Moselle; fortes emprises ferroviaires avec deux bifurcations. La commune a absorbé celle de Saint-Privat en 1809. Elle avait déjà 24 200 hab. en 1962. Elle est surtout résidentielle et cheminote; toutefois, elle est aussi le siège de la firme de travaux publics Demathieu et Bard, qui emploie 690 personnes; collège et lycée professionnel publics, supermarchés U (60 sal.) et Simply (25), fourniture de chaleur Elyo (40 sal.), génie thermqiue Gocel (50 sal.), réseaux électriques Satelec (35 sal.), espaces verts Godineau (20 sal.); Office public d'HLM (45 sal.), comptabilité Lorex (30 sal.), négoce de pharmacie Serrier (55 sal.); netoyage Acces Clean GM (60 sal.). EDF-ERDF apparaît pour 200 sal., GDF pour 130.

Montigny est également une ville de garnison avec un Centre d’instruction de santé de l’armée de terre au quartier Raffenel-Delarue, un régiment de transmissions (43e RT), une base de l’armée de l’air (BAI) bénéficiant de la proximité de l’aérodrome de Metz-Frescaty à Marly. La croissance de la population a été très soutenue: de 1 000 hab. vers 1830, elle est passée à 3 000 en 1880, 8 500 en 1901, 16 800 en 1936 et a culminé à 24 500 (sdc) en 1968 et en 1975, après un temps de faiblesse; la population totale aurait perdu 1 100 hab. de 1999 à 2003, dont la moitié en raison des modifications de définition de la population comptée à part. La majorité municipale est traditionnellement à droite; le maire est Jean-Luc Bohl, du Nouveau Centre, ancien conseiller général du canton, devenu président de la communauté d'agglomération Metz-Métropole et conseilelr régional.

Le canton a 30 000 hab., 7 communes, 3 630 ha dont 265 de bois. Il est divisé en trois ensembles distincts: 5 petites communes au nord-est de Metz, Montigny à l’opposé et, plus au sud, Augny, dont Montigny est séparée par Moulins-lès-Metz. Au nord-est, seule Saint-Julien-lès-Metz a dépassé 2 000 hab. Mey (240 hab., 191 ha) a gagné 60 hab. après 1999; sur son territoire, traversé par l’A 4, avait été construit le fort Champagne. Mey est séparée de Metz par celle de Vantoux (950 Vantousiens, 245 ha), qui l’enveloppe à l’ouest et au nord et dont le village originel est au bord de la Dame Jeannette, petite rivière qui rejoint la Moselle à Metz; Vantoux a gagné 70 hab. après 1999. Plus au nord, le canton inclut les très petites communes de Chieulles (380 Chieullois, 261 ha) et Vany (350 hab., 310 ha), 8 km NE de Metz; Vany a gagné une centaine d'habitants entre 1999 et 2008 (+40%).


Augny

2 370 hab. (Aunéens), 1 498 ha, commune de la Moselle dans le canton de Montigny-lès-Metz, 7 km au SO du chef-lieu, dont elle est séparée par le ban de Moulins-lès-Metz. La partie occidentale du territoire d'Augny est formée par l'avant-côte de Moselle, séparée de la côte principale par la vallée épigénique de la Moselle; elle est couronnée au sud d'ouvrages militaires formant l'ensemble dit du fort Verdun, et porte un champ de tir au nord dans la forêt domaniale; ces terrains militaires occupent 650 ha. Le talus est longé par l'A 31; la partie orientale de la commune est dans la plaine, et jouxte l'aérodrome de Metz: les installations de la base aérienne 128 sont à Augny.

La petite ville accueille d’assez nombreux établissements de banlieue: menuiserie Briotet (35 sal.), vitrages Deschanet (25 sal.); magasins Decathlon (75 sal.), Boulanger (40 sal.), Kiabi (45 sal.), Darty (25 sal.), surgelés Thiriet (25 sal.); nettoyage Derichebourg (570 sal.), blanchisserie Pierrette (groupe Elis, 45 sal.), plusieurs garages, restaurants Les Trois Brasseurs (30 sal.) et Crocodile (30 sal.). Au nord, une zone industrielle Actisud occupe près de 100 ha, en association avec Jouy-aux-Arches et Moulins-lès-Metz. Augny avait 600 à 700 hab. de 1800 à 1936; sa population totale augmente depuis 1950; elle s'est certes apparemment abaissée de 150 hab. de 1999 à 2008, mais cela est dû à la nouvelle façon de compter les militaires, la population «comptée à part» étant passée de 890 à 45 hab. dans le même temps.


Saint-Julien-lès-Metz

3 090 hab., 455 ha, commune de la Moselle dans le canton de Montigny-lès-Metz, sur la rive droite de la Moselle juste au NE de Metz. Son territoire s’enfonce dans celui de Metz et accueille diverses activités de banlieue: informatique Sage (220 sal.) et Ajilon (60 sal.), ingénierie Ségula (30 sal.), analyses Contrôle et Prévention (20 sal.), comptabilité In Extenso (20 sal.), Bureau Veritas (110 sal.), prise de vues et édition Air Photo (40 sal.); travail temporaire Start People (55 sal.), aide à domicile Solutia (30 sal.). Clémessy emploie 70 salariés (électricité pour bâtiment); nettoyages ISS Abilis (520 sal.) Melzer (25 sal.); publicité Lotus Bleu (35 sal.)

Saint-Julien abrite les archives départementales et le multiplexe de cinéma Kinepolis (40 sal.), discothèque Les Loges (25 sal.), restaurants Paradisio (50 sal.) et Les Moulins Bleus (25 sal.); un supermarché U (65 sal.);; atelier protégé de l’Association des paralysés de France (120 sal., mécanique et électricité), institut médico-éducatif. Le fort Saint-Julien est au nord de la commune. Celle-ci se nommait simplement Saint-Julien avant 1955; elle avait 560 hab. en 1866 puis elle est passée à 1 500 en 1901, 2 000 en 1954; mais elle a perdu 80 hab. après 1999.