Canton de Rohrbach-lès-Bitche

Rohrbach-lès-Bitche

2 200 hab. (Rohrbachois), 1 328 ha, chef-lieu de canton du département de la Moselle dans l’arrondissement de Sarreguemines, 14 km au SE de celle-ci sur la N 62; un collège public, quelques vergers de pommiers, avec syndicat arboricole; supermarché U (90 sal.), boulangerie Gérard (20 sal.); travaux publics Jung Léon (35 sal.), transports Paul Heid (25 sal.) et ambulances Jung Gross (55 sal.). Le nom de la commune de Rohrbach a été complété en 1930; la population était alors d’un millier d’habitants et a crû d’abord dans les années 1930, puis de 1950 à 1980 surtout. La communauté de communes de Rohrbach-lès-Bitche unit 9 communes (10 000 hab.) et siège dans la ville.

Le canton a 16 100 (15 600 en 1999), 15 communes, 18 218 ha dont 3 674 de bois; il est limitrophe du Bas-Rhin et divisé en deux ensembles: à l’ouest le plateau agricole aux horizons nus, à l’est un relief plus haché et boisé, aux franges du pays de Bitche, et dont les communes sont incluses dans le parc régional des Vosges du Nord. La population est croissante depuis 1950. Kalhausen (870 Kalhausiens, 1 352 ha), au SO du canton à 10 km OSO du chef-lieu, touche à la vallée de la Sarre au confluent de l’Eichel, et y conserve une gare, et a gagné 60 hab. de 1999 à 2008. Achen (960 Achenois, 1 212 ha) et Etting (790 Ettingeois, 706 ha), un peu à l’est de Kalhausen dans le petit bassin du ruisseau d’Achen qui descend vers l’Eichel, sont d’aussi gros villages, à population stable, avec abondance de croix. Schmittviller (350 Schmittvillerois, 233 ha), 3 km au SE de la précédente, accueille une entreprise de travaux publics (Dehlinger, 35 sal.), un transporteur (Kimmel, 30 sal.), et s'est accrue de 50 hab. après 1999.

Bining (1 220 Biningeois, 1 591 ha dont 247 de bois), juste au SO de Rohrbach et formant pratiquement avec elle une seule agglomération, propose un musée de la Grange culturelle; boulangerie industrielle Patispain (45 sal.). Gros-Réderching (1 370 Gros-Réderchingeois, 1 573 ha), 5 km au NO de Rohrbach, a une boulangerie-pâtisserie (Schlegel, 30 sal.); la commune a gagné 210 hab. de 1999 à 2008. À Petit-Réderching (1 540 Petit-Réderchingeois, 1 100 ha), 3 km ENE de Rohrbach, qui au contraire a perdu 60 hab. dans le même temps, sont une gare et une fabrique de pièces plastiques pour bâtiment Fermoba-Est du groupe français Franciaflex (140 sal.), un négoce de machines-outils Botek (20 sal.), transport de voyageurs Staub (25 sal.); la population communale était moitié moindre entre les deux guerres, mais elle n’augmente plus (-45 hab. de 1999 à 2004).

À Siersthal (660 Sierstahlois, 1 051 ha dont 463 de bois), 8 km à l’est de Rohrbach dans la haute vallée du Hornbach et au bord de la N 61, ancien fort de Simserhof dans les bois à l’ouest de Bitche, construit pour la ligne Maginot de 1930 à 1938; il est très complexe et bien entendu ne servit pas, mais occupa à sa construction jusqu’à 2 000 ouvriers de jour et de nuit; un musée national des fortifications y a été ouvert; la commune a perdu 40 hab. après 1999. Enchenberg (1 250 Enchenbergeois, 973 ha dont 351 de bois), au sud de Sierstahl, qui à l'inverse a gagné 40 hab., dispose d’une gare sur le plateau. Montbronn (1 710 Montbronnois, 1 499 ha dont 762 de bois), au SO de la précédente, juxtapose deux lignes de maisons sur le plateau entre des vallées très encaissées et boisées; transports Philipp (45 sal.), métallerie EGS (20 sal.); la commune conserve deux petites cristalleries (12 et 16 sal.).

Soucht (1 210 Souchtois, 1 075 ha dont 751 de bois), à l’extrême SE du canton, à 15 km de Rohrbach, est née d’une verrerie établie en 1629, tout près de Meisenthal; elle est devenue ensuite un village de sabotiers et le rappelle dans un musée. Sa population a connu un premier maximum à 1 200 hab. en 1861, un second à 1 320 en 1975; elle a un peu baissé ensuite et elle est restée stable de 1999 à 2008. Ces quatre dernières communes font partie du parc régional, ainsi que Rahling (860 Rahlingeois, 2 130 ha dont 503 de bois) qui est à 8 km au SSO du chef-lieu; Rahling possède un finage relativement étendu, avait absorbé à l’ouest Schmittviller de 1811 à 1846, et avait tendance à perdre des habitants (1 200 en 1861, 880 en 1962), mais vient d’en regagner 60 entre 1999 et 2008.