Canton de Woippy

Woippy

12 700 hab. (Woippyciens), 1 459 ha, chef-lieu de canton du département de la Moselle dans l’arrondissement de Metz-Campagne, en banlieue nord-ouest de Metz dans la plaine de la Moselle. La commune associe de vastes quartiers résidentiels à des zones industrielles au pied de la côte de Meuse, tandis qu’au nord la vallée de la Moselle est trouée de nombreuses et vastes gravières. Elle est traversée par la voie ferrée vers Thionville, qui y déploie au nord une gare de triage jusqu’à Mézières. Le fort Gambetta a été établi dans la plaine, le fort Déroulède un peu plus à l’ouest. La commune avait 2 000 hab. en 1946, 4 000 en 1962, 13 400 en 1975, 14 400 en 1990: sa population s’est un peu tassée récemment.

Dans la commune fonctionnent l’assez grosse fabrique de matériel agricole du groupe allemand Claas (340 sal.); équipements de contrôle Idem Automation (70 sal.); planchers et armatures métalliques Fimurex (60 sal.), métalleries Arcelormittal AutoProcessing (100 sal., ex-Cisatol), Prafer (50 sal.), Procidec (35 sal.), produits réfractaires Daussan (150 sal.); laboratoires Agro-Analyses (40 sal.) et Socotec (25 sal.); constructions Demathieu et Bard (40 sal.) et Elite (25 sal.), plâtrerie Nespola (25 sal.), travaux publics J. Lefebvre (150 sal.) et Eurovia (35 sal.), et location de matériel Demathieu et Bard (70 sal.), installations électriques PK (50 sal.); installations pour spectacles MPM Audiolight (120 sal.); boulangerie À la Gerbe d'Or (25 sal.).

Woippy a accueilli les installations de presse du Républicain lorrain, qui emploient au total 430 personnes, et un hypermarché Auchan (170 sal.). Dans le secteur des services et commerces, gardiennage IPS (50 sal.), nettoyages Carrard (370 sal.) et de l'Ostrevent (NDO, 130 sal.), vidanges Malezieux (80 sal.), collecte de déchets Coved (25 sal.); négoces de boissons Elidis (75 sal.) et Rega (40 sal.), de pièces pour automobiles TPA (75 sal.) et de produits métallurgiques KDI (50 sal.), de plomberie DSC (Cedec, 25 sal.), de matériel de levage Tilly (25 sal.); vente par automates Autobar (20 sal.); formation d'adultes ERTF (20 sal.); hôtel Ibis (20 sal.).

La gare de fret et de triage de Woippy est la plus grande de l’Est de la France et traite jusqu’à 3 000 wagons par jour (400 000 par an). Le groupe FM Logistic y a une plate-forme logistique de 400 emplois; la firme allemande Railion, filiale de la Deutsche Bahn, fait désormais circuler 40 trains par jour entre Woippy et Mannheim. Les entreprises de bâtiment et travaux publics figurent en nombre dans la ville, dont le groupe J. Lefebvre (250 sal.). Une zone franche urbaine de 2003 s’applique aux quartiers de Saint-Éloi et du Pré Génie. Woippy compte deux collèges publics. La commune n’avait que 1 100 hab. en 1876, 1 500 en 1911; son développement est postérieur à la dernière guerre: 2 900 hab. en 1954, 9 100 en 1968 et un maximum de 14 300 (sdc) en 1990; sa population a diminué de 1 200 hab. entre 1999 et 2008. Woippy a eu longtemps un maire socialiste mais la droite a obtenu la majorité en 2001; le maire est François Grosdidier (UMP), également député.

Le canton a 33 100 hab. (33 800 en 1999), 8 communes, 4 657 ha dont 238 de bois et forme un arc à l’ouest et au nord de Metz. La Maxe (860 hab., 755 ha) reste un village au milieu d’un méandre de la Moselle, à l’est de Woippy; tout près passe l’A 31, flanquée de routes et accessible à la limite de Metz; magasin Ikea (250 sal.), gardiennage Securitas (35 sal.). La commune s’est détachée de Woippy en 1867, avec 300 hab.; elle croît lentement depuis 1950. La centrale thermique d’EDF est au sud du village; en 2004, elle a fourni 1 574 GWh au réseau, consommant pour cela 650 000 t de charbon qui lui parviennent par bateau; un grand plan d’eau à l’est du village permet la pratique de la voile.

De l’autre côté de Woippy, la commune de Lorry-lès-Metz (1 480 Lorriots, 609 ha) associe un fragment de plateau cultivé, le talus de la côte de Moselle et un village au pied de la côte, en croissance tranquille et régulière: 620 hab. en 1896 comme en 1954, 820 en 1962, 1 200 en 1975, 1 400 en 1990; Salmon (peinture de bâtiment) y emploie une centiane de personnes. Le ban communal envoie une longue queue vers le NO sur le plateau, le long du territoire de Saulny. La partie méridionale du canton, à l’ouest de Metz, est divisée entre cinq communes de petite surface mais densément peuplées: Plappeville, Le Ban-Saint-Martin, Longeville-lès-Metz, Scy-Chazelles et Moulins-lès-Metz (v. ces noms).


Ban-Saint-Martin (Le)

4 470 hab., 159 ha, commune de la Moselle dans le canton de Woippy, 4 km ONO de Metz; l’habitat est dans la plaine et la commune est riveraine de la Moselle. La voie ferrée et la N 3 se glissent le long de la rive gauche; cité universitaire, un collège public; quelques menus ateliers, bureaux et entrepôts; immobilier Bâtigestion (35 sal.), expertise d'assurances Polyexpert (25 sal.), gardiennage Securiman (50 sal.), manutention Translr (20 sal.). La croissance de la population remonte à l’annexion: 440 hab. en 1863, 1 600 dès 1881, 2 800 en 1906; la commune avait 2 800 hab. en 1954, 3 800 en 1975 et l’augmentation continue modérément (+140 hab. entre 1999 et 2008).


Longeville-lès-Metz

3 930 hab. (Longevillois), 271 ha, commune de la Moselle dans le canton de Woippy, 3 km à l’ouest de Metz sur la rive gauche de la Moselle, que domine assez directement le haut talus de la côte de Moselle, et que suivent la voie ferrée et la N 3. Le territoire, petit et saturé, avait atteint 5 100 hab. en 1962, avant de descendre dès 1975 au niveau actuel. Il est dominé par la pointe du mont Saint-Quentin, qui porte le fort Diou, d’où la vue sur Metz est étendue. Quelques petites entreprises y travaillent: agencement de magasins Flucklinger (70 sal.), vente par correspondance SPCL (Culture Loisirs, 40 sal.), comptabilité Comptalor (30 sal.) et TC Expertise (25 sal.). La commune héberge les installations sportives du FC Metz (50sal.). La commune est passée de 700 hab. en 1866 à 2 200 en 1906, et a culminé à 4 500 en 1954; la population, stable depuis 1980, a diminué de 70 hab. entre 1999 et 2008.


Moulins-lès-Metz

5 200 hab. (Moulinois), 698 ha, commune de la Moselle dans le canton de Woippy, 5 km OSO de Metz, au-delà de Montigny, sur la rive droite de la Moselle. On y voit un vieux pont des années 1600 sur un ancien cours de la Moselle maintenant abandonné; échangeur de l’A 31, voies ferrées et zone industrielle de la Rotonde. La ville a deux collèges publics, plusieurs entreprises dont l’imprimerie de l’Est (65 sal.), et surtout des magasins et entrepôts dont un hypermarché Cora (415 sal.), et des magasins Bricoman (45 sal.), But (25 sal.), Simply (25 sal.), Toys R US (20 sal.) et tout un ensemble logistique avec TFE Metz (130 sal.), STEF-SLD, 95 sal.), Schenker-Joyau (50 sal.), STEF-TFE (50 sal.), Sernam (35 sal.), et le négoce d’électronique Siemens (65 sal.); contrôles et mesures Dekra-Norisko (35 sal.), travaux publics Eiffage ex-Appia (65 sal.), espaces verts DHR (30 sal.). La population, de 950 hab. en 1906 et 2 600 hab. en 1962, a atteint un maximum en 1975 (5 700 hab.); elle a diminué ensuite mais aurait regagné 500 hab. de 1999 à 2008.


Plappeville

2 330 hab. (Plappevillois), 254 ha, commune de la Moselle dans le canton de Woippy, 5 km ONO de Metz; le centre-ville est au pied de la côte, que couronne le fort de Tignomont. La population a crû régulièrement (1 000 hab. vers 1950) mais plafonne et aurait même perdu 100 hab. entre 1999 et 2008; centre d’aide aux handicapés adultes (Alpha).


Scy-Chazelles

2 850 Scygéocastellois, 452 ha, commune de la Moselle dans le canton de Woippy, 5 km à l’ouest de Metz. La réunion des deux habitats date de 1809; leurs noms indiquent une source (scy) et un château (Chazelles vient de castellum). Le village originel principal est sur le flanc méridional du promontoire du mont Saint-Quentin et la commune touche au sud à la rive gauche de la Moselle; le mont est couronné par le fort Gérardin. Chazelles est une ancienne commune, rattachée en 1809. L’église fortifiée de Chazelles abrite la dépouille de Robert Schuman (1866-1963); musée Robert Schuman, établi en 2000 dans la maison qu’il avait achetée en 1926.

Les principales activités sont les négoces de pièces d’automobiles TPA (55 sal.) et de cosmétiques Cap Logistic (20 sal.), un supermarché Carrefour (35 sal.); informatique Osmoz (20 sal.), constructions Eiffage (75 sal.), Voltige (30 sal.) et SMTPF (20 sal., lignes électriques). La commune est issue d’une fusion de 1809; elle avait 570 hab. en 1866, 1 300 dans les années 1900 et 1910; elle est passée à 2 100 en 1968 et sa population s’est mise à croître depuis un creux à 2 000 hab. en 1982 et a gagné 350 hab. de 1999 à 2008