Canton de Stiring-Wendel

Stiring-Wendel

12 500 hab. (Stiringeois), 360 ha, chef-lieu de canton du département de la Moselle dans l’arrondissement de Forbach, juste au nord-est de Forbach, à la frontière allemande. Elle eut une usine sidérurgique des Wendel de 1846 à 1897, et n’est devenue commune qu’en 1857, détachée du finage de Forbach. Elle est rapidement devenue une ville de charbonnages, peuplée de 2 600 hab. à sa naissance, 4 800 en 1911; elle a eu plus de 15 000 hab. dans les années 1960 et sa population diminue depuis; elle a encore perdu 760 hab. entre 1999 et 2008. Le maire est Jean-Claude Holtz, divers droite, également conseiller général.

La commune a été créée en 1857 à partir de Forbach et porte le nom d ela puissante famille d'industriels. Le puits et la cité Stéphanie datent de l’après-guerre, comme le quartier du Habsterdick. Quelques aménagements récents font évoluer l’aspect urbain, comme une coulée verte et la construction d’un nouvel ensemble administratif incluant l’hôtel de ville en 1995. La ville a un collège public; boucherie Zielinger (30 sal.), métallerie CMM (25 sal.); supermarché Champion (25 sal.), négoces de pièces d’automobiles (APS Berwald, 35 sal.), de machines pour l'industrie Noell Reggiane (30 sal.), de cosmétiques KPSS (25 sal.), aide à domicile Mieux Vivre Chez Soi (20 sal.), transports Asimex, Anterist et Scneider (40 sal.). L’autoroute A 32 passe au sud de la commune.

Le canton, créé en 1984, a 30 000 hab. (30 800 en 1999), 8 communes, 3 594 ha dont 642 de bois; il s’étend en arc, le long de la frontière, au nord et à l’est de Forbach; il englobe Petite-Rosselle et Schœneck au nord, Spicheren et Alsting à l’est, et une fraction de Forbach. Les deux autres communes sont au sud Etzling (1 170 Etzlingeois, 494 ha) et Kerbach (1 210 Kerbachois, 445 ha). La première avait été réunie à la seconde en 1812; elle s’en est séparée en 1896, avec 540 hab.; elle n’en avait encore que 560 en 1954 et croît depuis, mais n’a gagné que 20 hab. de 1999 à 2004. Kerbach avait également absorbé Behren-lès-Forbach, qui en est sortie en 1925, la laissant à 360 hab. seulement; sa population a fortement augmenté ensuite et s'est encore accrue de 100 hab. après 1999.


Alsting

2 760 hab., 573 ha, commune de la Moselle dans le canton de Stiring-Wendel, 6 km au SE du chef-lieu. Frontalière, elle jouxte le finage de Sarrebruck et occupe le vallon du Simbach qui descend vers la Sarre; elle inclut au sud-est le village de Zinzing, où a été dressée une stèle de la 70e division d'infanterie des États-Unis. La population communale était de 870 hab. en 1866, 1 100 en 1911, 1 400 en 1954 et n'a cessé de croître, passant le cap des 2 000 hab. en 1975 (+60 hab. entre 1999 et 2008).


Petite-Rosselle

6 760 hab. (Rossellois), 505 ha, commune de la Moselle dans le canton de Striring-Wendel, 7 km ONO du chef-lieu, au nord de Forbach. La commune s’inscrit dans une avancée de la frontière sur la rive droite de la Rosselle, à l’orée des bois de Saint-Arnual. Elle fut un fief des De Wendel, dont plusieurs cités évoquent le nom, et se nomma Kleinrosseln aux temps allemands. Un musée de la mine s’efforce de faire revivre le passé, mais la grande époque du charbon est déjà lointaine: la commune avait déjà près de 7 000 habitants en 1910 (contre 1 300 en 1866), plus de 8 000 en 1946, et a plafonné en 1962 à 9 000; elle a perdu 90 hab. de 1999 à 2008. Les quatre puits de mine, propriété De Wendel, avaient été ouverts en 1857, 1862, 1867 et 1882. La ville est surtout résidentielle et n’a pas d’entreprise industrielle, mais compte beaucoup de travailleurs frontaliers; un collège public, centre d’aide par le travail; rénovation de meubles (Confort Service, 20 sal.), bâtiment Eisenbarth (35 sal.) et Screg-Est (40 sal.), supermarché Match (20 sal.).


Schœneck

2 790 hab. (Schœneckois), 406 ha dont 205 de bois, commune de la Moselle dans le canton de Stiring-Wendel, juste au nord du chef-lieu. Le «beau coin», c’est son nom, tient en effet un angle de la frontière, tout près de Sarrebruck. Elle a eu une mine de houille. Elle abrite un lycée polyvalent régional public, mais n’a que peu d’entreprises: fabrication d’équipements de stockage Stockam (45 sal.), meunerie et produits alimentaires surgelés Mix Food (MFS, 40 sal.), boulangerie Bakeline (20 sal.). La commune avait été réunie à Forbach en 1811 et s’en est détachée en 1927, forte de 1 500 hab.; elle en a eu 2 500 en 1954 et en 1982.


Spicheren

3 300 hab. (Spicherenois), 811 ha, commune de la Moselle dans le canton de Stiring-Wendel, 4 km à l’est de la ville; la commune est frontalière et voisine de Sarrebruck; le bourg est à la tête du vallon du Simbach, qui descend vers la Sarre. Son nom viendrait du latin spicarium, grenier à blé. En 1870, les troupes allemandes y gagnèrent leur première bataille, le 6 août. La ville a un supermarché Simply (50 sal.); boulangerie Russo (20 sal.), négoce de produits d'entretien Auto K Herpe (30 sal.), nettoyage Caronet (190 sal.); restaurant Woll (20 sal.). La fabrique de compteurs d'eau Zenner a quitté la commune en 2007 «pour se délocaliser en Europe de l’Est, alors que la Commune s’était largement investie pour que cette entreprise […] ait un maximum d’aides de toutes les instances françaises (Etat, Région, F.I.B.M.,…» (délibérations du Conseil municipal, 10 octobre 2007). La population a crû depuis 1900, la plus forte augmentation étant des années 1950; elle est restée stable après 1999.