Canton de Guérigny

Guérigny

2 600 hab., 729 ha dont 370 de bois, chef-lieu de canton du département de la Nièvre dans l’arrondissement de Nevers, 13 km au NNE de la préfecture, à la confluence des deux Nièvres. C’est un ancien lieu de forge, dont il reste quelques traces et un marteau-pilon, et qui a longtemps fabriqué des chaînes et ancres de marine; mais il ne lui reste guère qu’un atelier de la Compagnie des engrenages (50 sal.), annexe de celui de Fourchambault; un collège public, un Ecomarché (25 sal.); matériel d elevage (Câblerie et Corderie de Bourgogne (25 sal.), menuiserie Lagoutte (20 sal.), engrenages Messian (20 sal.). La population avait atteint 3 800 hab. en 1901 et a diminué ensuite; elle est assez égale depuis 1975. Guérigny est le siège de la communauté de communes des Bertranges à la Nièvre, qui associe 5 communes (6 400 hab.).

Le canton a 15 600 hab. (16 300 en 1999), 8 communes et 18 913 ha dont 9 038 de bois; très boisé, étendu sur les bas plateaux d’argiles à chailles, il inclut cependant à l’ouest la banlieue nivernaise de Varennes-Vauzelles. Dans la vallée de la Nièvre, 4 km au sud de Guérigny, Urzy (1 900 hab., 2 341 ha dont 1 109 de bois), petite banlieue résidentielle de Nevers, conserve le château des Évêques de Nevers (15e-17e s.) et abrite un foyer d’enfants autistes (institut médico-éducatif); constructions NTB (40 sal.); sa population a crû de 1975 (1 040 hab.) à 1999, mais a perdu quelques habitants ensuite.

Au nord de Guérigny à 4 km dans la vallée de la Nièvre d’Arzembouy, Poiseux (340 hab., 3 020 ha dont 2 030 de bois) contient la plus grande partie de la forêt de Guérigny; plusieurs châteaux du 18e s., ancienne chapelle de Poisson (16e s., restaurée) au bord de la Nièvre. Poiseux et ses voisines de l’est du canton, Nolay (370 hab., 4 304 ha dont 2 419 de bois), à 14 km de Guérigny et 7 de Prémery, Balleray (210 hab., 1 068 ha dont 1 021 de bois), 7 km à l’est de Guérigny, et Ourouër (340 hab., 2 176 ha dont 733 de bois), 4 km au SE de Balleray, ont formé la plus petite intercommunalité du département de la Nièvre, rassemblant 1 200 personnes sous le nom flatteur de «communauté de communes le Bon Pays».


Varennes-Vauzelles

9 700 hab. (Vauzelliens) dont 300 à part, 3 399 ha dont 578 de bois, commune du département de la Nièvre dans le canton de Guérigny, en continuité avec l’agglomération de Nevers côté nord, sur la N 7; collège public, établissement public de cure avec maison de retraite, institut médico-éducatif.. Son développement date de l’installation des ateliers de maintenance du chemin de fer par le PLM en 1911, qui lui a valu une cité-jardin originale et bien conçue, le bourg s’étoffant ensuite nettement plus au nord. Mais la principale croissance est postérieure: la commune avait 2 000 hab. en 1870 et 1 500 en 1911, 4 200 en 1936, 6 400 en 1962, 10 000 (sdc) en 1982 et sa population a diminué de 400 habitants entre 1990 et 1999, de 800 entre 1999 et 2008.

Son territoire abrite d’assez nombreuses entreprises, surtout de service, caractérisiques des banlieues: centre commercial avec Intermarché (80 sal.), Brico-Dépôt (90 sal.) magasains Bricomarché (45 sal.), But (45 sal.), Conforama (35 sal.), Botanic (30 sal.), négoces de vêtements de la marque Plus (Textilot, 360 sal.), de matériaux Barillet (25 sal.); garages, transports Malissard (60 sal.), Chautard (30 sal.); ingénierie Sertip (40 sal.), recouvrement de créances (Justitia, 35 sal.); une petite fabrique de motos (France Équipement, 35 sal.); nettoyages APS (100 sal.), Safen (60 sal.), gardiennage APGS (30 sal.); imprégnation des bois RCH (50 sal.), génie thermique et électrique Geneol (40 sal.), Gallois (35 sal.) et Trindade (30 sal.), peinture Mailharro (30 sal.), revêtements DSP (25 sal.); travaux publics Tracyl (40 sal.) et Routière du Centre (25 sal.). Elle abrite aussi un dépôt de matériel militaire aéronautique de la DGA.