Cantons d'Hazebrouck

Hazebrouck

22 100 hab. (Hazebrouckois) dont 520 à part, 2 620 ha, chef-lieu de canton du département du Nord dans l'arrondissement de Dunkerque, 45 km SSE de celle-ci. Le nom évoquerait un marais aux lièvres. Hazebrouck est devenue un centre ferroviaire, au croisement des voies de Lille à Dunkerque et de Calais à Armentières. Les canaux d'Hazebrouck relient la ville à la Lys, d'une part à Thiennes par le canal de Nieppe, d'autre part à Merville par le canal de Préaven et la Bourre canalisée (v. Morbecque). La N 42 traversait la ville, mais a été détournée en une large rocade.

La ville a un grand hôtel de ville, un palais de justice et le théâtre de l'Orphéon, du 19e s., une église du 15e s. à trois nefs et un grand jardin public. Elle propose un musée des augustins dans l'ancien couvent des 17e et 19e s., avec les géants de la ville, ainsi qu'un musée municipal d'arts et traditions et un musée des vins de Bordeaux. L'espace Flandres, inauguré en 1990, présente tout un ensemble de spectacles. La ville est dotée de deux collèges publics et un privé, deux lycées publics dont un professionnel, deux lycées privés dont un professionnel, plus un Institut agricole privé. Elle a un centre hospitalier (260 lits dont 80 médicaux), un institut médico-éducatif (55 places), deux centres d'aide par le travail et des maisons de retraite. Mais le tribunal de grande instance a été supprimé en 2011.

Hazebrouck avait 7 500 hab. vers 1850, 13 300 en 1901; elle a atteint 20 000 hab. vers 1980, a crû modérément ensuite et sa population semble s'être à peu près stabilisée. Les estimations pour 2006 lui attribuent toutefois 500 hab. de moins qu'en 1999. L'«unité urbaine» serait de 20 200 hab., l'«aire urbaine» de 26 200 hab. Le maire est Jean-Pierre Allossery, socialiste, également conseiller général du canton d'Hazebrouck-Nord et vice-président du Conseil général.

Les principaux employeurs privés sont la restauration collective Dupont (350 sal.) puis les confections féminines Lener Cordier (155 sal.), les vérandas Clover (150 sal.), le sciage Senelar Larson (60 sal.) ; mobilier Décospar (60 sal.), fonderie d’acier des Fonderies du Nord (35 sal.), mécanique Soder (40 sal.), menuiserie métallique Metalbat (40 sal.), imprimerie La Presse Flamande (L'Indicateur des Flandres, 40 sal.), abattoir public et viandes Soviba (35 sal.). Hazebrouck a deux hypermarchés Carrefour (140 sal.) et Leclerc (150 sal.), un Super-U (65 sal.), négoces de matériaux Spriet (35 sal.) et Masson (25 sal.), de matériel agricole F1 (35 sal.) ; analyses et essais Silliker (70 sal.), comptabilité SFECF (25 sal.), travail temporaire Adecco (170 sal.), formation d’adultes Arpège (40 sal.) ; constructions Ramery (110 sal.) et Maisons Hauts France (30 sal.), plâtrerie Module (40 sal.), finitions de bâtiment Lionet (35 sal.); transports Duchêne (35 sal.). EDF et ERDF signalent 95 salariés.

Les 2 cantons ont 39 400 hab., 17 communes, 20 966 ha dont 2 538 de bois. Ils sont limitrophes du Pas-de-Calais et s'appuient au sud sur la Lys, à l'ouest sur le canal de Neuffossé. Les communes les plus peuplées sont Renescure à l'ouest et Morbecque au sud-est. Caëstre (1 850 Caëstrois), 1 020 ha), au nord-est à 6 km du chef-lieu, est sur la route de Cassel à Bailleul, qui succède à une chaussée romaine. Son nom évoque un camp militaire (castrum) de la colonisation romaine. Le village fut le site d'une commanderie de templiers; il accueille les constructions Soflacobat (45 sal.) et les espaces verts Jarbeau (50 sal.). La population a crû depuis les 1 100 hab. des années 1960, gagnant 140 hab. de 1999 à 2010, et Caëstre avait eu plus de 1 700 hab. vers 1850.

Trois petites communes se serrent le long de la N 42 à l'est d'Hazebrouck et au sud de Caëstre: d'ouest en est Borre (580 Borrois, 596 ha), Pradelles (370 Pradellois, 327 ha) et Strazeele (780 Strazeelois, 469 ha). Elles sont traversées au nord par la ligne ferroviaire à grande vitesse de Lille à Calais et, au sud, par la voie ferrée de Saint-Omer à Armentières. Borre croît un peu depuis le minimum de 1975 (420 hab.) mais avait eu 800 hab. au 19e s.; la commune accueille une grosse fabrique de plastiques (Gosselin, 320 sal.), créée en 1965, qui fournit notamment des produits pour laboratoires et qui est passée en 2007 sous l'autorité du groupe d'investissement CDC Capital de la Caisse des Dépôts puis en 2010 au group états-unien Corning. Pradelles a presque doublé sa population de 1999 à 2010.

La motte féodale de Strazeele a délivré quelques restes archéologiques; la commune a une gare à l'angle sud-est au hameau d'Ingeland, et abrite le haras des Rooses; son nom évoque l'ancienne chaussée romaine (stra, la route) de Cassel à Estaires. Strazeele («le hameau de la chaussée»), dont le nombre d'habitants n’avait guère changé en deux siècles, mais qui a crû de 90 hab. après 1999, a plusieurs entreprises notables : menuiserie Clover (80 sal.), constructions Jean Buchert (55 sal.) et Catteau (50 sal.), mécanique Wiel (25 sal.) ; collecte de déchets Veolia (80 sal.).

L'ancienne voie romaine d'Isbergues à Cassel sert de limite occidentale à Hondeghem (950 Hondeghemois, 1 260 ha), qui est à 5 km au nord d'Hazebrouck, et Wallon-Cappel (930 Wallon-Cappellois, 544 ha), qui est à 4 km à l'ouest du chef-lieu, sur la N 42. Hondeghem a eu plus de 1 400 hab. au 19e s., mais croît depuis le minimum de 1968 (670 hab.), alors que la population de Wallon-Cappel est restée très stable (900 hab. en 2007); la commune est le siège du gros groupement de producteurs de porcs des Monts de Flandre GPPMF, dont les produits sont bien entendu vendus sous la marque Ch'ti Porc.

Entre la voie romaine et Renescure sont plusieurs petites communes, qui toutes furent plus peuplées au 19e s. qu'aujourd'hui. Staple (690 Staplois, 997 ha) est à 8 km ONO d'Hazebrouck et avait 1 200 hab. au début du 19e s., puis a gardé le même niveau de population depuis les années 1930, et a gagné récemment 60 hab. (1999-2010). Elle a une chaudronnerie Saveto (45 sal.) et une église-halle à trois nefs. Sercus (420 Sercussois, 498 ha) à 6 km OSO, a aussi une hallekerque, dont le clocher est classé.

Ebblinghem (670 Ebblinghemois, 920 ha) et Lynde (700 Lyndois, 907 ha) sont un peu plus loin, à une dizaine de kilomètres d'Hazebrouck; Ebblinghem s'est accrue de 110 hab. entre 1999 et 2010; elle est le siège de la communauté de communes de l’Houtland, qui réunit 7 communes et 6 900 hab.; Lynde a gagné une centaine d'habitants après 1999.

Boëseghem (800 Boëseghémois, 708 ha) est également à l'ouest de la voie romaine, qui fixe sa limite orientale, et touche au sud à la plaine de la Lys. Son habitat est double, le hameau des Ciseaux doublant au nord le village principal. Le groupe de danse original des Pacotins et Pacotines, né d'une amicale laïque, poursuit la diffusion des danses flamandes. La plupart de ces communes ont récemment accru leur population. Blaringhem a dépassé les 2 000 hab.

À l'est de la voie romaine et au sud d'Hazebrouck sont encore deux communes, limitrophes du grand finage de Morbecque. Thiennes (810 Thiennois, 754 ha) est la plus méridionale, à la confluence du canal d'Hazebrouck et de la Lys, qui fixe sa limite sud. Son habitat se prolonge en rue vers le sud-ouest par le hameau de Tannay; elle a une gare sur la voie de Dunkerque à Lille.

Steenbecque (1 800 Steenbecquois, 1 196 ha), dont le nom évoque une rivière caillouteuse, ou plus probablement la rivière de la chaussée (romaine), est à 7 km SSO d'Hazebrouck et a aussi une gare ferroviaire, et deux anciennes brasseries sauvegardées, une hallekerque à trois nefs. Héritières d'une usine de 1905, la fabriques d'essieux Colaert (130 sal.) est passée au groupe italien ADR (Radrizzani), tandis que Colaert Ressorts, acquise par le suédois Necks, a fermé en 2009. Steenbecque a aussi un abattage de viandes de volailles et lapins (Vandevoorde Lionor, 150 sal.), issue d’une société familiale locale de 1899, un fabricant de vérands (Direct Véranda, 35 sal.), et une maison de retraite. Le nombre d’habitants était supérieur à 2 000 au début du 19e s. et a connu son minimum vers 1 450 hab. de 1946 à 1980, avant de croître légèrement; elle a gagné 120 hab. de 1999 à 2010. Le village est le siège de la communauté de communes de la Voie Romaine, qui rassemble 4 communes et 6 000 hab.


Blaringhem

2 050 hab. (Blaringhemois), 1 823 ha, commune du département du Nord dans le canton d’Hazebrouck, à 12 km OSO du chef-lieu. Le bourg est au bord du canal de Neuffossé, que son finage déborde un peu vers l’ouest où il atteint le cours de la Melde. La commune s’est dotée d’une zone industrielle et accueille une usine de la verrerie Arc International (570 sal.); Baudelet (150 sal.) se partage entre nettoyage urbain (45 sal.), transports (45 sal.) et négoce de métaux (40 sal.); négoce de matériaux Plage (70 sal.). Sa population est en nette augmentation depuis le minimum de 1962 (moins de 1 400 hab., contre 1 900 en 1881) et a gagné 240 hab. de 1999 à 2010.


Morbecque

2 700 hab. (Morbecquois) dont 200 à part, 4 434 ha dont 2 538 de bois, commune du département du Nord dans le canton d'Hazebrouck-Sud, 3 km au SSO de la ville. Le nom désigne un ruisseau boueux. La commune va au nord-ouest jusqu'à la voie romaine de Cassel à Isbergues et, au sud, englobe la plus grande partie de la forêt domaniale de Nieppe, étendue sur 2 538 ha. La Motte-au-Bois est un hameau de clairière au bord du canal, absorbé dès 1790, qui conserve un château du 17e s., succédant à un château fort des comtes de Flandre, jadis entouré d'une étoile de douves. Le château de la Motte-au-Bois accueille l'Institut aéronautique Amaury de la Grange, centre d'apprentissage et de formation privé créé en 1962, avec école de pilotage sur avions de ligne, qui utilise l'aérodrome de Merville-Calonne où il dispose en propre de plus de trente monomoteurs et de simulateurs. Le canal de Hazebrouck à la Lys traverse toute la commune; il se nomme canal de la Nieppe entre Thiennes et la Motte-au-Bois, canal d'Hazebrouck entre cette ville et la Motte-au-Bois. Il est complété au sud-est de la Motte-au-Bois par le canal de Préaven, qui mène à la Bourre, rivière canalisée qui atteint la Lys à Merville. Le bourg de Morbecque a une mairie du 17e s., église du 13e s., maison de retraite. Une base de plein-air-nature des Éclaireurs et Éclaireuses de France est installée au hameau du Parc, sur 6 ha. Morbecque avait 4 000 hab. au tout début du 19e s., et s'est dépeuplée ensuite jusqu'à un minimum de 2 000 en 1960, puis sa population s'est mise à croître lentement.


Renescure

100 hab. (Renescurois), 1 893 ha, commune du département du Nord dans le canton d’Hazebrouck-Nord. Le beau et original donjon du château féodal de la Clye (15e s.) est occupé par la mairie. Le château renaissance de Zuthove (1472) a été réaménagé en 1880 en style troubadour. La commune a aussi le château Lesaffre, du 19e s. Une ancienne voie romaine menant à Cassel vers le nord-est, réduite à l’état de sentier, fixe la limite orientale de la commune. La société Bonduelle est installée un peu au nord à la Crosse, sur le site de l’ancienne abbaye de Woestyne. Elle comprend Bonduelle Conserve International (460 sal.), Bonduelle Forais Traiteur (50 sal.) et Bonduelle Développement (30 sal.). Deux entreprises de transports sont proches : Blanquart (170 sal.), Croquelois (65 sal.). Renescure a crû entre le début du 19e s. (1 500 hab.) et la fin (2 200 hab.) puis est descendue à un palier vers 1 600 hab. entre 1920 et 1960 ; elle a crû ensuite jusqu’en 1990 (2 200 hab.), puis a perdu des habitants.