Cantons de Tourcoing

Tourcoing

92 600 hab. (Tourquennois) dont 800 à part, 1 519 ha, chef-lieu de canton du département du Nord dans l'arrondissement de Lille, 16 km au nord-est de la préfecture. La commune atteint au nord-est la frontière de la Belgique, qui la sépare de Mouscron, et touche au sud au territoire de Roubaix. Tout au nord-est près de la frontière ont pris place le centre hospitalier et le cimetière principal, ainsi que des équipements de sports. Les voies ferrées entourent la ville à l'ouest et au sud, l'A 22 la frôle à l'ouest mais ses échangeurs sont hors de la commune; le métro (ligne 2) et un tramway (ligne T) viennent de Lille par le sud.

Le territoire communal est divisé en quinze quartiers. Il envoie une queue vers le SSO dans le quartier du Blanc Seau, de part et d'autre du canal de Roubaix et de la voie rapide vers Lille, où il sépare Roubaix de Marcq-en-Barœul. Du sud, le canal de Roubaix envoie une branche vers le centre-ville; la tour du centre d'affaires Mercure est proche de la confluence. Un boulevard périphérique englobe la moitié centrale du territoire. Le quartier de la Blanche Porte est à l'ouest du centre, le Parc Clemenceau au nord-ouest à Bellencontre (14 ha), un jardin botanique de 1917 à l'est. Le grand ensemble de la Bourgogne, au nord-est, proche de la frontière, est une «zone urbaine sensible» et une «zone de rénovation urbaine» de 102 ha et 9 900 hab. Celui du Pont Rompu, au nord-ouest, est également «zone urbaine sensible» et «zone de rénovation urbaine» et compte 2 100 hab. (30 ha). En outre, au sud à la limite de Roubaix, le quartier Épidème fait partie de la grande «zone urbaine sensible» de Roubaix-Nord. Épidème et la Bourgogne sont inclus dans la zone franche urbaine de Roubaix-Tourcoing, qui s'étend sur 537 ha et groupe 86 600 hab.

La ville est fleurie (quatre fleurs) et de très larges aménagements ont remodelé le centre-ville. Tourcoing affiche un musée Verlaine et un musée des Beaux-Arts, deux théâtres, la scène de l'Atelier lyrique et la scène de musique actuelle le Grand Mix, le centre culturel de l'ancien hospice d'Havré («Maison Folie») et un Centre d'histoire locale. Elle dispose d'un tribunal d'instance. Elle accueille cinq collèges publics et sept privés, six lycées publics dont trois professionnels, quatre lycées privés dont deux professionnels. La ville a une École régionale supérieure d'expression plastique (Ersep) et le spectaculaire Studio national des arts contemporains du Fresnoy plus le Centre régional des ressources audiovisuelles (Crrav), un IUT de l'université Lille-III, un Cueep (Centre-Université-Économie d'éducation permanente) de l'USTL de Villeneuve-d'Ascq spécialisé dans les nouvelles technologies du tertiaire et le traitement de l'image. Elle a aussi un Centre européen de formation aux métiers de l'alimentaire (Cefma, centre d'apprentissage) et des centres d'apprentissage des métiers du textile. Le centre hospitalier dispose de 430 lits médicaux, 970 en tout. Le domaine de la santé comporte aussi les cliniques Val de Lys (Komar, 110 sal., 65 lits) et de la Victoire (Lille Septentrion, 120 sal., 55 lits), un institut médico-éducatif (105 places), deux instituts de rééducation psychologique, des maisons de retraite.

Le principal établissement industriel est la fabrique d’appareils médicaux Maco (600 sal., transfusion, perfusion et masques, thérapie cellulaire), qui a une autre usine à Mouvaux, plus deux en Tunisie et en Pologn, et qui relève du groupe Mulliez. Le secteur textile est représenté par le peignage de laine Dumortier (75 sal.), les matelas Jacquart (60 sal.), les tapis et moquettes Flipo (75 sal.), une filature UTTI (70 sal.), le Textile de la Thiérache (50 sal.), le linge P. Dubost (45 sal.), auxquels s’ajoute une usine de machines pour l’industrie textile Asselin-Thibeau (110 sal., groupe NSC Schlumberger). Le secteur de la production comporte également la confiserie-chocolaterie Verquin (120 sal.), les huileries-maïseries Dumortier (55 sal.), la bicuiterie France-Cake (45 sal.) et la charcuterie Lucidarme (45 sal.), les emballages plastiques Malip (55 sal.), les filtres en papier Melitta (55 sal.); quicaillerie Westaflex (50 sal.), imprimerie Senecaut (40 sal.).

Les autres secteurs comprennent la production d'électricité TR2S (90 sal.), les installations électriques Satelec (Fayat-Genest, 170 sal.) et Aximum (95 sal.), les sociétés de services STC (50 sal., comptabilité), Altereos (230 sal.), Sopra (80 sal., informatique). Le grand commerce est présent avec les magasins Auchan (100 sal.), Leroy-Merlin (110 sal.), Cyrillus (habillement, 100 sal.), Brico-Dépôt (70 sal.), Boulanger (60 sal.), Somewhere (habillement, 55 sal.), Intermarché (55 sal.), Carrefour (50 sal.), Match (50 et 45 sal.), Kreabel (meubles, 50 sal.), Spodis (chaussure, 45 sal.) et un ensemble de firmes de vente par correspondance : La Blanche Porte (1 040 sal., groupe des Trois Suisses), Sadas (Vert Baudet, 410 sal., groupe de La Redoute-PPR), La Redoute (150 sal.), Willemse (jardinerie, 75 sal.), les Trois Suisses (50 sal.).

Tourcoing accueille également les constructions Semver (70 sal.) ; les routages Diam (250 sal.) et MDO (45 sal.), les transports Coolens (45 sal.) et TNT (40 sal.); publicité Adrexo (150 sal.), Radio Contact FM (55 sal.); ERDF (60 sal.); restauration collective Sobrie (50 sal.) et ARS (45 sal.), aide à domicile Proxiservices (55 sal.), centre d'appels Clictel (40 sal.).

Tourcoing avait 12 000 hab. au début du 19e s., 27 600 en 1851, 79 000 en 1901. Sa population a culminé à 102 200 hab. en 1975 puis a diminué; elle aurait perdu un millier d'habitants de 1999 à 2006. La municipalité a une majorité de gauche; le maire est Michel-François Delannoy (socialiste), également conseiller général et premier vice-président de la communauté urbaine de Lille métropole (LMCU). Les trois cantons de Tourcoing groupent 161 600 hab., 7 communes, 6 684 ha. Les six autres communes sont Bousbecque, Halluin, Linselles, Mouvaux, Neuville-en-Ferrain et Roncq.


Bousbecque

4 750 hab. (Bousbecquois), 644 ha, commune du département du Nord dans le canton de Tourcoing-Nord, 9 km au NO du chef-lieu. Le nom évoque un ruisseau du bois. La ville est à la frontière belge, sur la rive droite de la Lys, et n’a pas de vis-à-vis en Belgique. Ancien centre de toile de lin, elle a pour principaux employeurs la papeterie d'articles de toilette Wepa Lille (groupe allemand, 300 sal., ex-Dalle Hygiène revendu par l'italien Kartogroup) et la papeterie Ahlstrom (finlandais, issu de Dalle Hygiène, 130 sal., papiers sulfurisés), plus les plastiques Wipak Gryspeert (220 sal.) du groupe finlandais Wihuri; tissage Delannoy (60 sal.), panneaux de carton Berry Décor (40 sal.), magasin Intermarché (30 sal.) ; centre d’aide par le travail, maison de retraite. La commune conserve un manoir du 16e s. où vécut Auger de Bousbecque (1522-1592), naturaliste, ambassadeur et bibliothécaire de l’empereur d’Autriche. La commune poursuit une longue croissance : 1 900 hab. vers 1850, 3 000 en 1900, un palier jusque dans les années 1960 (3 200 hab.) puis un nouvel essor, dont un gain de 550 hab. entre 1999 et 2010.


Halluin

20 400 hab. (Halluinois), 1 256 ha, commune du département du Nord dans le canton de Tourcoing-Nord, 7 km au NNO du chef-lieu. La ville est à la frontière, sur la rive droite de la Lys, au passage de la N 17, face à la belge Menen, qui est deux fois plus peuplée. De long temps ville ouvrière, Halluin fut jadis surnommée «la Rouge»; elle est passée du parti communiste au parti socialiste, le maire étant Jean-Luc Deroo. Sa population a fortement augmenté au cours du 19e s., passant de 3 000 hab. vers 1820 à 16 600 en 1901; tombée à 13 300 hab. en 1936 comme en 1954, elle remonte depuis et a dépassé en 1983 son ancien maximum; elle aurait gagné 1 300 habitants supplémentaires de 1999 à 2010.

La ville offre un grand Jardin de la Paix (7 ha), une église rénovée à très beaux vitraux modernes, des sculptures contemporaines de Suzy Lieppe sur la rocade de contournement, un moulin restauré du 19e s.; arboretum et jardins du parc du Manoir aux Loups (1933), espace naturel du Colbras (Kluit Put) dans une carrière réaménagée, étang de pêche de la Tuilerie, centre équestre de la Cense Manoir dans des bâtiments du 15e s.; les vastes bâtiments de la ferme du Mont Saint-Jean, devenus municipaux, abritent un centre d'éducation à l'environnement et à la ruralité, et des expositions et réunions. Un port de plaisance de 17 ha est sur la Lys canalisée. Halluin a un collège public et un privé, un lycée professionnel public, une maison de retraite.

Les principaux établissements sont une métallerie Provost (120 sal., rayonnages), la biscuiterie Pidy (75 sal.) et une fabrique de colorants Cappelle Pigments (65 sal., belge), l’imprimerie DB Print (Douriez-Bataille, 55 sal.). Dans le textile subsistent les ateliers Bonduel (50 sal.), Customagic (35 sal.), Eurogriffe (30 sal.), Lemaître Demeestere (30 sal.), les linges et tissus Sylvie Thiriez (TCP, 45 sal.), le conseil CDT (Canapé Déhoussable de Tourcoing, 30 sal.). Dans d'autres secteurs, ateliers de sièges Kok (45 sal.), plastiques Galloo (40 sal.), cartonnerie Antalis (groupe Arjomari-Wiggins, 30 sal.), présentoirs Elpe (35 sal.).

Dans le secteur tertiaire et le bâtiment se distinguent la gestion immobilière HLM Notre Logis (60 sal.), les supermarchés Match (65 sal.) et Intermarché (60 sal.), des négoces d'œufs et volailles (Galline Frais, 50 sal.) et de fournitures (Sclessen, 45 sal.); travaux publics Dubrolle-Gauthier (35 sal.), récupération d'épaves Galloo (45 sal.), traitement de déchets Valnor (60 sal.), transports Mi&M (Militzer et Munch, 60 sal.) et entreposage Néolog (35 sal.). Le centre de tri Triselec, qui emploie 200 salariés et traite plus de 100 000 t/an, est géré par une société d’économie mixte de la communauté urbaine de Lille (LMCU) ; l’usine a été victime d’un grave incendie en octobre 2008.


Linselles

8 400 hab., 1 171 ha, commune du département du Nord dans le canton de Tourcoing-Nord, 7 km à l’ouest du chef-lieu. Elle conserve un château à douves et la ferme d’Hautevalle (1714). Elle a un collège public et un privé, un institut médico-éducatif (50 places), un centre d’aide par le travail.

La ville était de tradition textile et préserve les bâtiments d’un ancien tissage Masurel puis Boussac; mais il ne reste plus guère en activité que la bonneterie Dupé (70 sal.) et les Tricots Duger (mais au-dessous de 20 sal.) depuis qu'en 2011 la Confection de la Lys (130 sal. en 2005) s'est repliée à Estaires. Le principal établissement est actuellement l’imprimerie D’Haussy (210 sal.) du groupe Eppe, la fabrique de couches SCA Hygiene Products (310 sal. en 2005), filiale du suédois Svenska Cellulosa, ayant aussi fermé en 2011.

Linselles accueille également le routage TD (45 sal.), la menuiserie Hus (45 sal.), la maçonnerie Judez (45 sal.), les finitions de bâtiment Normovie (40 sal.), les services funèbres Remory (25 sal.) et les voyages Delahoutre (25 sal.) et un supermarché Simply (40 sal.). L'entreprise Archéopole (60 sal.), installée en 2009, est le premier opérateur privé de fouilles préventives en France. La commune avait 3 600 hab. au milieu du 19e s., 4 800 en 1900 et n’a pas cessé de croître depuis. Elle a encore gagné 410 hab. de 1999 à 2010.


Mouvaux

13 800 hab. (Mouvallois) dont 190 à part, 417 ha, commune du département du Nord dans le canton de Tourcoing-Sud, 4 km au SO du chef-lieu. Elle offre un parc public de 12 ha et le château du Haumont (ou Haut-Mont), ancienne propriété de la famille Masurel, une petite chapelle des Malades de 1680, classée, et de belles maisons de maître sur le «boulevard» dû à Alfred Mongy (N 350), inauguré en 1909 et que suit le tramway Lille-Tourcoing. Le canal de Roubaix limite au sud-est la commune. Sa population a passé les 2 000 hab. en 1841 et atteint 8 000 hab. en 1910 ; elle a culminé à 13 600 hab. en 1990 avant de perdre quelques habitants ; elle en aurait regagné 410 de 1999 à 2010. Le maire est Eric Durand (UMP).

Mouvaux accueille l’usine de produits pharmaceutiques MacoPharma (680 sal., poches à sang et perfusions), créée en 1977, plus la reliure LFI (Les Façonnables, 140 sal.), les ateliers de lingerie Elan (100 sal.), les emballages industriels Sein (45 sal.), les hydrocarbures et lubrifiants Sadaps-Bardahl (45 sal.); taille de pierres Sansone (30 sal.), traiteur Caquant (40 sal.); supermarché Simply (50 sal.), négoce de textiles Subrenat (80 sal.)conditionnement à façon Condi Services (55 sal.), coiffure Vog (30 sal.). Mouvaux héberge aussi un site majeur du nettoyage Derichebourg (420 sal.), produit de la fusion de CFF Recycling et Penauille Polyservices en 2007.


Neuville-en-Ferrain

10 200 hab. (Neuvillois), 618 ha, commune du département du Nord dans le canton de Tourcoing-NE, juste au nord du chef-lieu, à la frontière belge. Son apparition date des 11e-12e s., comme l'indique son nom. Elle fut une ancienne commune de tissages et accueille des échangeurs de l'A 22. Elle a un collège public et un privé, un centre d'aide par le travail, une maison de retraite et s'orne d'un jardin du Labyrinthe (19e s.), propose des festivals de la Biographie et de la Magie, de théâtre et de chorales, et propose une spécialité de craquelin. La commune a eu 2 000 hab. en 1831, 4 200 vers 1900 et encore en 1962, puis a crû vivement et culminé à 9 900 hab. en 1990, avant de reperdre un peu, et s'est encore accrue de 600 hab. entre 1999 et 2010. Le maire est Gérard Codron (sans étiquette).

Elle offre un assez large éventail d’activités. Le textile reste présent avec Tissavel (220 sal., fourrures synthétiques, groupe belge Tyver), Luxaflex (130 sal., stores, états-unien), Dounor (150 sal., non tissés synthétiques), FDN (Nical, 25 sal.), le négoce d’habillement XMF (Xanaka, 130 sal.), du même groupe. Les autres branches sont représentées par les cosmétiques des Laboratoires Sarbec (250 sal.), la métallerie Provost (180 sal., rayonnages métalliques et cloisons grillagées), les bateaux de plaisance Wauquiez (35 sal., devenue filiale de Bénéteau), chocolaterie-confiserie Verquin (50 sal.), 95 sal.), matériel médical Maco (40 sal.), sièges Mousse du Nord (Matnor, 50 sal.), imprimerie Deschamps (40 sal.), décolletage Callewaert (40 sal.) ; négoces de surgelés Gel Service (110 sal.), de fournitures pour le commerce DAV (65 sal.) et pour la grande cuisine EPGC (40 sal.) ; vente par correspondance de produits domestiques Bernard (170 sal.) ; transports Grimonprez (360 sal.) et Faiveley (120 sal.).


Roncq

13 000 hab. (Roncquois) dont 190 à part, 1 059 ha, commune du département du Nord dans le canton de Tourcoing-Nord, 4 km au nord-ouest du chef-lieu sur la N 17. Elle contient plusieurs châteaux d'industriels, des 18e et 19e s., dont le château Lagache, devenu Tiberghien, puis centre culturel municipal. Elle a un collège public et un privé, une maison de retraite, une clinique (Saint-Roch, 50 sal., 30 lits) et une maternité (15 lits). La ville a eu 3 000 hab. en 1830, 6 700 vers 1895; après un palier, sa population a crû de nouveau, et augmenté de 230 hab. entre 1999 et 2010. La municipalité a une majorité de droite depuis 1983 ; le maire est Vincent Ledoux, UDI, enseignant.

La limite communale s’appuie à l’est sur l’A 22, qui sépare Roncq de Tourcoing tout en les unissant par un échangeur commun, accompagné d’un Centre international de transport sur 50 ha. La commune accueille de nombreux garages et des entreprises de transports, dont Ziegler (200 sal.), DBV (60 sal.), Dentressangle (60 sal.), Delquignies (50 sal.), Transbenelux (45 sal.), Gondrand (35 sal.), Roussel (30 sal.), Locqueneux (30 sal.); transports par cars Notcar (30 sal.). S'y ajoutent les négoces et entreposages de fournitures de ménage Cades (Amadeus, 110 sal.) et de fournitures industrielels Brady (140 sal.), de fournitures alimentaires Riga (120 sal.) et pharmaceutiquesArjo (35 sal.), le conditionnement d'aliments pour animaux Sadaf (45 sal.).

Dans les fabrications se signalent les composants électroniques Eolane (220 sal.), la chocolaterie Chocmod (110 sal.), la carrosserie d’automobiles Turbos-Hoet-Bizien (70 sal.), les machines pour le textile Wittendal (35 sal.), les tapis et moquettes Catry (35 sal.), la Ferronnerie Roncquoise (30 sal.); ingénierie GEA Happel (80 sal.). Dans les commerces et services, Roncq a aussi un hypermarché Auchan (840 sal.) et des magasins Decathlon (60 sal.), Kiabi (50 sal.),; nettoyage urbain Esterra (440 sal.), publicité Mediapost (70 sal.).