Canton de Saint-Just-en-Chaussée

Saint-Just-en-Chaussée

5 600 hab. (Saint-Justois), 1 466 ha, chef-lieu de canton de l’Oise dans l’arrondissement de Clermont, 28 km ENE de Beauvais au carrefour de deux chaussées Brunehaut, près des sources de l’Arré, sous-affluent de l’Oise par la Brêche; un collège public. La ville est le lieu de naissance de Valentin Haüy (1745-1822), fondateur de l’Institution des jeunes aveugles. La population communale a constamment augmenté aux 19e et 20e siècles; elle était de 3 000 hab. en 1954. Saint-Just est le siège de la communauté de communes du Plateau Picard, qui associe 52 communes du canton et de celui de Maignelay-Montigny (28 700 hab.).

La ville a un considérable ensemble industriel, en dépit de quelques fermetures récentes dont Rabourdin (moules, 180 sal. en 2005) et Plastique Forme (150 sal.): cartonnerie Kaysersberg (groupe états-unien DS Smith, 320 sal.); revêtements d'étanchéité Revocoat (160 sal., groupe allemand), ex-Dow Automotiv (États-Unis, 180 et 90 sal.); composants électroniques AQLE (120 sal.); vêtements de sécurité Dispovet (50 sal., groupe Total par Elf), vêtements Marie-Hélène Couture (20 sal.). Plus le traitement de déchets industriels et huiles Chimirec Valrecoise (50 sal.), le traitement d’ordures Gurdebeke (30 sal.) à l’ancienne sucrerie; un centre Leclerc de 85 emplois, négoce de matériel agricole Mansart (20 sal.) et VIM (20 sal.); travaux publics Eiffage (25 sal.).

Le canton a 17 600 hab. (16 500 en 1999), 29 communes, 24 841 ha. Le Plessier-sur-Saint-Just (500 hab., 763 ha), immédiatement à l’est de la ville, a une fabrique d’aliments du bétail (Vitagreen Sogal, 50 sal.). Ravenel (1 150 Ravenelois, 1 161 ha), 5 km ENE du chef-lieu, a gagné 120 hab. après 1999; une fabrique de gants de sécurité et vêtements ignifuges (Gant Maille, 20 sal.), et une église dotée d’un gros clocher à dôme du 16e s., de 45 m de haut. Brunvillers-la-Motte (330 Brunvillois, 650 ha) , 6 km au nord du chef-lieu, a une église classée du 16e s. à haut clocher. Quinquempoix (340 hab., 586 ha), 6 km au nord de Saint-Just, a un centre d’aide par le travail pour déficients visuels et s'est accrue de 80 hab. depuis 1999.

Wavignies (1 110 Wavignisiens, 981 ha), 8 km au NO de Saint-Just, a gagné 120 hab. entre 1999 et 2008; fabrique de matériel électrique Erem (20 sal.), mécanique. Catillon-Fumechon (580 hab., 1 331 ha), à 6 km ONO du chef-lieu, résulte d'une fusion de 1960 mais les deux communes avaient déjà été réunies de 1826 à 1834, dépassant alors les 800 hab.; la population était descendue à 410 hab. en 1982; elle a augmenté de 50 hab. après 1999; église inscrite des 13e, 16e et 18e s.; les deux villages se touchent, Fumechon au nord-ouest de Catillon. Essuiles (540 hab., 1 354 ha), à la pointe SO du canton à 12 km de Saint-Just sur une chaussée Brunehaut, a gagné 60 hab. depuis 1999; elle possède une église du gothique flamboyant et le château Saint-Rimault avec parc, néoclassique (19e s.) sur une base du 14e s.; anciens moulins sur la Brêche. Fournival (490 hab., 1 153 ha), 7 km au SO du chef-lieu, accueille les transports Delavière (20 sal.).

Saint-Remy-en-l’Eau (420 hab., 1 006 ha), 5 km au sud de Saint-Just au bord de l’Arré, a deux châteaux, des 15e et 17e s., ce dernier en brique et pierre et particulièrement harmonieux, avec un parc à l’anglaise du 18e s.; elle aussi a gagné 60 hab. depuis 1999. Lieuvillers (630 hab., 941 ha) est 5 km à l'est de Saint-Remy et s'orne d'un château et a gagné 100 hab. de 1999 à 2008. À l’est du canton, Cressonsacq (440 Cressonsacquois, 653 ha), 12 km au SE de Saint-Just, est le centre d’une spécialité locale d’élevage de canards et de production de foie gras rénovée dans les années 1980; ancienne tour du 15e s., restes d’un prieuré bénédictin; sa population s'est accrue de 50 hab. entre 1999 et 2008. Juste au nord, Pronleroy (420 Prompeloniens, 897 ha) a un château du 17e s.

Rouvillers (260 Rouvillarois, 1 188 ha), 15 km ESE du chef-lieu, s’est vivement opposée au projet d’implantation d’un «troisième aéroport de Paris» qui la visait, ainsi d’ailleurs que sa voisine Grandvillers-aux-Bois (300 hab., 663 ha), et même Moyenneville (610 hab., 719 ha), 16 km à l’est de Saint-Just au bord de l’Aronde, affluent de l’Oise. Desservie par la voie ferrée, Moyenneville a plusieurs négoces agricoles et une petite fabrique d’outillage. Grandvillers est un village proche de Rouvillers et sa commune comporte au nord le hameau de Beaupuits, reste d'une commune intégrée en 1825.


Moyenneville (Somme)

670 hab. (Moyennevillois), 1 412 ha, chef-lieu de canton de la Somme dans l’arrondissement d’Abbeville, 8 km au SO de la ville sur le plateau. Sa population a lentement décliné depuis le début du 19e siècle, où elle dépassait le millier d’habitants; elle a toutefois regagné 40 hab. de 1999 à 2008; constructions métalliques Priez Flament (30 sal.); hameau de Bienfay à l'est, de Bouillancourt à l'ouest. Le territoire est le résultat de la réunion, dans les années 1790, de Moyenneville, Bouillancourt et Mesnil-Trois-Fétus; le nom de cette dernière subsiste dans une grosse ferme au nord-est. La commune est le siège de la communauté de communes du Vimeu Vert, qui rassemble 12 communes et 5 500 hab.

Le canton a 9 300 hab. (8 800 en 1999), 14 communes, 12 148 ha et s’étend dans la partie rurale du Vimeu, à l’exception de sa seule ville, Feuquières-en-Vimeu, à l’extrémité occidentale. À l’autre extrémité passe l’A 28 (un échangeur). Huchenneville (670 Huchennevillois, 1 154 ha) est à l'est de l'autoroute, 8 km au SSO d'Abbeville et 5 km au sud-est de Moyenneville; elle a un château au village et comprend les hameaux de Limercourt au sud-ouest, Caumont au sud-est, Villers-sur-Mareuil au nord, tous pourvus d'un château, et Inval à l'est: il s'agit là d'anciens villages réunis après 1790. Le vallon de Frosme sert d'axe à la commune, en direction de la Somme. Béhen (460 Béhennois, 983 ha), 2 km au sude Moyenneville, a une église inscrite du 15e s.; son finage est traversé par l'A 26, qui y offre une aire de repos et un accès; la commune contient à l'est le hameau de Boencourt (église inscrite du 16e s.) et au sud-est celui des Alleux; châteaux de Béhen au village, de Bainast (18e s.) au sud avec un grand parc, manoir des Alleux (16e-17e s.). La commune avait réuni après 1790 celles de Boencourt et de Bainast-les-Alleux.

Hors de l’agriculture, les travailleurs du canton s’emploient surtout dans le Vimeu industriel et à Abbeville. Chépy (1 320 hab., 735 ha), 8 km à l’ouest du chef-lieu et à l'est de Feuquières, conserve une forge Decayeux (120 sal.) et le cartonage Hernas (25 sal.) mais a perdu en 2001 sa grosse fabrique de cycles (Sachs devenu Ircos) et tend à être une commune-dortoir; elle a reçu en 2003 deux éoliennes Enercon (4 MW) de la société Innovent. Tours-en-Vimeu (880 hab., 1 119 ha), au sud-est de Chépy, comprend dans son finage les hameaux de Corroy, Hamicourt, Houdent et Longuemort, rassemblés après 1790 en une seule commune: «en Vimeu» date de 1886.

Miannay (630 hab., 881 ha), 4 km au NO de Moyenneville sur la route d'Abbeville à Eu, accueille les travaux publics Boinet (35 sal.); le village a pour annexe au nord le hameau de Lambercourt, intégré après 1790. Cahon (220 Cahonnais, 704 ha), au nord de Miannay, est la seule commune du canton à empiéter sur la vallée de la Somme au hameau de Gouy, 10 km au NO d'Abbeville. Quesnoy-le-Montant (580 Quercytains, 704 ha), à l'ouest des précédentes, est desservie par la voie ferrée d'Abbeville a Eu (une gare) et abrite la boulangerie Fréville (25 sal.); son territoire s'est formé dans les années 1790 par la réunion du Montant à l'est, Frireulle et Campagne au sud-ouest, Hymneville au sud, qui tous subsistent comme hameaux; mais Frireulle est de nos jours dans la commune plus méridionale d'Acheux-en-Vimeu (520 Achéens, 1 233 ha); Acheux («en Vimeu» depuis 1892) comprend également les hameaux de Frières et Zoteux au nord du village.

Tout au sud du canton, le territoire de Saint-Maxent (400 Maxentais, 638 ha), sur la route de Blangy à Abbeville (D 928), s'enfonce en coin dans le territoire du canton de Gamaches au sud de l'A 28; la commune a restauré un ancien moulin à vent carré en bois, contient au sud-ouest de grosses installations agricoles coopératives, a reçu au sud un parc de 5 éoliennes (10 MW) de la Longue Épine, ouvert en 2006 pour Repower, et partage à l'est avec Doudelainville et Fresne-Tilloloy (cantons d'Oisemont et de Gamaches), le parc de 5 éoliennes du Fonds de Fresnes (10 MW, société Theolia), de 2006 aussi.