Canton d'Auxi-le-Château

Auxi-le-Château

2 950 hab. (Auxilois), 2 708 ha dont 598 de bois, chef-lieu de canton du Pas-de-Calais dans l'arrondissement d'Arras, 54 km OSO de la préfecture. La ville est sur la rive droite de l'Authie, où elle a longtemps tenu un rôle de place frontalière, au point d'être divisée en deux par le fleuve et la frontière trois siècles durant (13e au 16e s.). Considérée comme «village de charme», elle offre une église du 16e s., classée et connue pour son orgue du 18e s., et un musée d'arts et traditions, mais son château a disparu. Son finage s'étend des deux côtés du fleuve, avec quelques bois du côté du nord. Il contient vers l'ouest les deux gros hameaux de la Neuville et Lannoy.

Auxi est un gros marché rural de tradition, et fut naguère un centre d'industrie de la chaussure, puis d'objets de cuisine émaillés dans l'usine d'origine belge Aubecq; mais celle-ci s'est reconvertie en 1993 dans les pièces pour automobiles au sein du groupe Sofedit, et a finalement intégré Thyssenkrupp en 2003; sous le nom Tech-Form, elle emploie 170 salariés. La ville héberge aussi un Intermarché (45 sal.) et un collège public, une maison de retraite; la commune contient la réserve naturelle (6 ha) de la Pâture des Mille Trous. Sa population n'a pas beaucoup varié en deux siècles et a connu son maximum en 1975 (3 200 hab. sdc); elle baisse lentement depuis. Auxi est le siège de la communauté de communes de l'Auxillois, qui rassemble 16 communes et 5 300 hab.

Le canton a 11 400 hab., 26 communes, 20 636 ha dont 1 803 de bois. Il comprend quelques-unes des plus petites communes du département. Deux villages sont dans la vallée de l'Authie avec des finages débordant au sud. Beauvoir-Wavans (400 Beauvoirois, 949 ha) est en amont, 3 km SSE du chef-lieu, et s'orne du château Ducas (1780); charpentes Coquart (45 sal.) et Beauvoir Bâtiment (40 sal.). La commune est issue d'une fusion récente: Wavans, devenue Wavans-sur-l'Authie en 1948, a fusionné en 1973 avec Beauvoir-Rivière, qui avait alors 180 hab.; la population n'a guère changé depuis.

Willencourt (150 Willencourtois, 245 ha) est en aval à 2 500 m d'Auxi, avec un château. Vers l'aval, trois autres villages sont dans la vallée de l'Authie, mais leurs finages se cantonnent au nord du fleuve. Le Ponchel (230 Ponchelois, 468 ha) est à 5 km ONO d'Auxi, Gennes-Ivergny (130 Gennois, 1 098 ha) à 7 km (manoir des 17e-18e s.), Tollent (90 hab., 431 ha) à 10 km au débouché d'un vallon.

Quatre autres communes complètent la partie occidentale du canton, mais dans les collines. Fontaine-l'Étalon (130 Fontainois, 398 ha) est à la pointe nord-ouest à 11 km NNO du chef-lieu.Quœux-Haut-Maînil (260 Quœusiens, 1 201 ha) associe deux villages à 9 km au nord d'Auxi, fusionnés en 1972, et dont le déclin démographique se poursuit. Haravesnes (50 Haravesnois, 240 ha) est à 7 km au nord du chef-lieu; elle avait 180 hab. au milieu du 19e s. et sa population n'a pas cessé de diminuer jusqu'en 1999. Vaulx (80 Valois, 492 ha) est à 5 km NNO, à la tête du vallon qui descend vers Le Ponchel. Elle a une chapelle du 17e s. (inscrite) et un château du 18e s., et a connu la même évolution, à partir des 400 hab. de 1851.

Six communes occupent le milieu du canton dans les vallons qui accidentent le plateau. Buire-au-Bois (220 Buirois, 1 181 ha dont 180 de bois) est à 4 km au NE d'Auxi, et son finage, un peu plus étendu que celui de ses voisines, englobe le gros hameau de Bachimont au nord-ouest, absorbé vers 1790, qui contient un château du 18e s. avec parc. La commune a eu jusqu'à 830 hab. dans la première moitié du 19e s., et n'a pas cessé de se dépeupler depuis. Rougefay (90 hab., 386 ha) est 2 km plus loin vers le nord-est, Nœux-lès-Auxi (180 Nœuxois, 626 ha) se tapit au fond du vallon qui débouche à Beauvoir-Wavans, à 6 km ENE d'Auxi. Elle se nomma jadis Nœux, puis Nœux-lès-Boffles, avant de prendre son nouveau nom en 1927. Elle contient un château de 1806 avec parc, et la réserve naturelle des Riez du mont de Boffles.

Boffles (50 Bofflois, 327 ha) est à 8 km au NE d'Auxi. Fortel-en-Artois (220 Fortelois, 589 ha) et Vacquerie-le-Boucq (80 hab., 330 ha) sont 3 km plus loin vers le nord-est et dessinent ensemble une rue continue sur plus de 2 km. Tous ces villages ont perdu plus de la moitié de leur population depuis les années 1850; certains se dépeuplent encore, mais Boffles a gagné une quinzaine d’habitants entre 1999 et 2010, et Fortel-en-Artois une soixantaine. Fortel a complété son nom en 1924..

Trois communes forment le sud-est du canton. La plus étendue et la plus peuplée est Bonnières (680 Bonnièrois, 2 376 ha), 12 km ENE du chef-lieu, dont les trois rues esquissent un gros triangle au milieu du finage et qui comprend aussi, un peu vers l'est, le hameau de Beauvoir. ; constructions Devillers (50 sal.). Bonnières a eu 1 100 hab. dans la première moitié du 19e s. et a décliné jusqu'en 1999 (620 hab.).Villers-l'Hôpital (270 hab., 840 ha), qui a eu jadis jusqu'à 800 hab., est un peu plus près d'Auxi, 8 km à l'est. Canteleux (17 Cantelésiens, 340 ha) est un minuscule village à l'angle sud-est du canton, avancé dans le département de la Somme et très mal relié à Auxi mais longé par la route de Doullens à Saint-Pol-sur-Ternoise (D 916); il eut jadis plus de 100 hab.

Tous les villages au nord-est du canton sont dans la vallée de la Canche et ont des finages perpendiculaires à son cours, montant sur les collines de part et d'autre. Ils se sont un peu moins dépeuplés que les précédents. Le plus oriental, et donc en amont, est Bouret-sur-Canche (250 Bourétiens, 487 ha), 2 km à l'est de Frévent, qui est le gros bourg local, plus peuplé que le chef-lieu du canton, 15 km au NE de celui-ci et à 13 km au sud de Saint-Pol-sur-Ternoise. Bouret, par exception, voit sa population croître un peu depuis 1975 et a gagné 40 hab. de 1999 à 2010. Suivent à l'ouest Ligny-sur-Canche (200 hab., 717 ha), puis Boubers-sur-Canche (620 Boubérois, 923 ha dont 168 de bois), plus peuplée, fleurie (quatre fleurs), qui a un château avec parc, un parc éolien de 5 mâts (les Campagnes, 8,4 MW), une grande ferme horticole. Sa population s'est mieux maintenue que chez ses voisines.

À 8 km ONO de Frévent et 13 km NNE d'Auxi, Monchel-sur-Canche (90 Monchelois, 506 ha) et Conchy-sur-Canche (190 Conchiaquois, 983 ha), sur la rive droite du fleuve, ne font qu'une seule petite agglomération, qui accueille un parc de 5 éoliennes dit des Tambours (8,4 MW); pisciculture à Monchel. Aubrometz (140 Aubromessins, 272 ha) est toute proche en aval, mais sur la rive gauche.


Frévent

3 900 hab. (Fréventins), 1 523 ha, commune du Pas-de-Calais dans le canton d'Auxi-le-Château, 15 km ENE du chef-lieu dans la vallée de la Canche. Elle sert de bourg-centre à tout un ensemble de communes de la vallée de la Canche et de ses abords, avec un collège public et un privé. D'une ancienne abbaye cistercienne de Cercamp fondée en 1137 subsiste un grand bâtiment de 1740 dit château de Cercamp et un parc des 12e et 16e s. Frévent est «station verte de vacances» et a de nombreux autres attraits: une église du 16e s., une motte féodale avec quelques restes castraux du 13e s., un moulin-musée Winterberger, un musée d'archéologie Ducatel, une ferme aux Oiseaux avec jardin paysager; base aérienne ULM; maison de retraite.

Les principales activités sont une fabrique d’emballages plastiques Artea (Somater, 45 sal.) et un négoce de quincaillerie Beauferquin (40 sal.) . La commune, qui a absorbé Rollepot en 1790, avait 2 300 hab. au début du 19e s., et sa population a crû jusqu’en 1906 (4 800 hab.) ; elle est retombée à 4 000 hab. dans les années 1930, a connu un bref essor ensuite jusqu’en 1968 (4 500 hab.) et sa population se réduit depuis (-150 hab. de 1999 à 2010).Elle est le siège de la communauté de communes de la région de Frévent, qui associe 12 communes et 6 500 hab.