Canton de Leforest

Leforest

7 200 hab. (Leforestois), 622 ha, chef-lieu de canton du Pas-de-Calais dans l’arrondissement de Lens, 18 km à l’est de Lens. La commune dessine une proéminence dans le département du Nord, qui l’entoure sur trois côtés. Elle conserve des cités minières des anciennes fosses de la Compagnie de l’Escarpelle, n°2 (Douay, 1850-1914, puis puits d’aérage jusqu’en 1968), n°6 (1883-1936) et n°10 (1926, fermée en 1973). Elle a un collège public et un institut médico-éducatif, et une gare sur la voie de Lille à Douai.

Elle accueille les travaux publics de l’Artois (45 sal.), les constructions LB (45 sal.), et une minoterie (25 sal.). La ville avait atteint les 2 000 hab. en 1896, puis s’est accrue jusqu’à un maximum de 8 050 hab. en 1975, avant de perdre 1 300 habitants. Mais elle vient d’en gagner 500 entre 1999 et 2010. Le canton, créé en 1973, a 23 400 hab., 4 communes, 2 683 ha. Les trois autres communes sont Évin-Malmaison, Dourges et Courcelles-lès-Lens.


Courcelles-lès-Lens

6 200 hab. (Courcellois), 556 ha, commune du Pas-de-Calais dans le canton de Leforest, 4 km au sud-ouest du chef-lieu. Son territoire est borné au nord par le canal de la Deûle et traversé par la N 43 et par l’A 21. La ville a eu des cités minières et deux puits de l’ancienne fosse 7 de la Compagnie de l’Escarpelle, frappée par un coup de grisou qui fit 9 morts en 1929. Elle a un collège public, une base nautique et une halte nautique avec fête de l’Eau dans l’ancienne gare d’eau réaménagée, maison de retraite médicalisée (45 sal.).

L'activité a été très affectée en 2003 par la fermeture brutale de l’usine Metaleurop (groupe Glencore) partagée avec Noyelles-Godault. La commune accueille une métallerie (Defrancq, 40 sal.) et une menuiserie (Sapiso, 45 sal.), un magasin Auchan (150 sal.), un Intermarché (25 sal.), un centre Leclerc de location de voitures (35 sal.), les constructions Moretti (75 sal.) et les carrelages et revêtements Ardeco (35 sal.). La commune avait 750 hab. au milieu du 19e s., et croît depuis les années 1880. Sa population a atteint 2 800 hab. en 1911, 5 400 en 1954, et a culminé à 6 300 hab. en 1990, mais elle a perdu des habitants au cours des années 1990 avant de se stabiliser.


Dourges

5 700 hab. (Dourgeois), 1 048 ha, commune du Pas-de-Calais dans le canton de Leforest, 6 km à l'ouest du chef-lieu et 14 km à l'est de Lens. Elle est remarquablement placée au grand carrefour A 1-A 21 et au bord du canal Dunkerque-Escaut, avec une gare du chemin de fer de Lens à Lille complétée par un terminal de transport combiné. C'est pourquoi elle a été choisie comme site d'une vaste plate-forme multimodale de 300 ha Delta 3, inaugurée en décembre 2003, associant voies navigable, routière et ferroviaire et dotée de 333 000 m2 d'entrepôts. Elle pourrait s'étendre sur 120 ha supplémentaires; elle est réputée induire un millier d'emplois en 2008, mais qui ne sont pas tous dans la zone.

Decathlon (75 sal.) doit y établir un centre logistique de 300 emplois, la Fnac Éveil et Jeux créant un entrepôt de 50 sal. (170 au moment de Noël). Les autres entreprises sont les enseignes DT Sign (85 sal.), un négoce d’équipements électriques Rexel (100 sal.), les finitions de bâtiment Ezio Cuccharo (40 sal.), la métallerie Semi (35 sal.) ; transports DHL (230 sal.), Logistique France (75 sal.), Gefco (25 sal.), Dachser (25 sal.); construction de voies ferrées Colas Rail (110 sal.). La commune a un collège public et abrite un cimetière allemand. Elle avait 1 000 hab. au milieu du 19e s., est montée à 3 000 en 1911 et jusqu’à 5 700 en 1968 ; ensuite elle a faibli un peu, puis repris, enfin stagné depuis 1999.


Évin-Malmaison

4 600 hab. (Évinois), 457 ha, commune du Pas-de-Calais dans le canton de Leforest, 3 km à l'ouest du chef-lieu. Elle a une gare sur la ligne de Lille à Douai, des cités minières liées à l'ancienne fosse 8 (1913-1961) de la Compagnie des mines de Dourges, profonde de 704 m; elle conserve un grand chevalement venu d'Auchel, et un terril. Le canal de la Deûle longe son territoire au sud et le sépare de Noyelles-Godault et de Courcelles-lès-Lens. La commune n'avait que 900 hab. au milieu du 19e s., puis a entamé une croissance durable à partir de 1885; toutefois, sa population a plafonné à 4 900 hab. en 1990. La fermeture de Metaleurop en 2003 l'a fortement affectée comme ses deux voisines, et sa population diminue depuis. Elle a encore perdu près de 200 hab. de 1999 à 2010.