Canton de Barlin

Barlin

7 600 hab. (Barlinois), 618 ha, chef-lieu de canton du Pas-de-Calais dans l’arrondissement de Béthune, 9 km SSO de celle-ci. La ville est juste au nord de la butte et de la forêt d’Olhain. Elle a eu, de la Compagnie de Nœux, les fosses 7 (1889-1968) et 9 (1905-1921) ; celle-ci a subi un grave coup de grisou en 1917 (42 morts). Barlin accueille un collège public et un lycée professionnel public, un supermarché Carrefour (30 sal.), les installations électriques ECA (30 sal.); maçonnerie et bétons Broutin (40 sal.). Sa population est passée de 500 hab. en 1861 à 3 000 en 1900, 10 400 en 1931 ; puis elle a diminué jusqu’en 1975 et s’est ensuite presque stabilisée ; elle a toutefois perdu encore 400 hab. de 1999 à 2010.

Le canton, créé en 1985, a 18 000 hab., 8 communes, 3 001 ha, et s'étend dans la plaine au sud de Béthune. Ruitz (1 600 Ruitelots, 496 ha) est voisine de Barlin à l'ouest; elle a un centre d'aide par le travail, une maison de retraite, un jardin de plantes aromatiques et médicinales; une zone industrielle est installée au nord du finage, avec les usines de transmissions pour automobiles STA (800 sal., filiale à 80% de Renault, le reste au groupe Peugeot), Plastic Omnium Auto Extérieur (280 sal., parechocs et ailes de voitures) transférée de Bruay-la-Buissière en 2007, de peintures d’intérieur PPG (ex-Sigmakalon Euridep, 190 sal., états-unien) ; la carrosserie d’automobiles Huwer (bennes et matériel de nettoyage, 130 sal.) ; l’imprimerie Léonce Deprez (170 sal.) ; moteurs Lenze (45 sal.), plastiques Axipack (80 sal.) et FLO (45 sal.), emballages en bois Dipack (40 sal.), couverture ATZ (45 sal.) ; ingénierie Atesya (30 sal.), maçonnerie Batinor (70 sal.), Artésienne de Fumisterie (100 sal.); nettoyage Envinord (Bacquet, 40 sal.), ordures Sita (30 sal.), publicité Mediapost (75 sal.). La population de Ruitz a augmenté régulièrement de 1870 (440 hab.) à 1990 et baisse légèrement depuis.

Haillicourt occupe l'angle sud-ouest du canton et jouxte Bruay-la-Buissière. Cinq communes de petite taille mais de peuplement dense se partagent la moitié nord du canton, à proximité de Béthune. Gosnay (1 050 Gosnaysiens, 221 ha) est à l'angle nord-ouest, à 5 km au SO de Béthune au bord de la Lawe; les anciennes chartreuses des Hommes et des Dames, créées au 14e s., conservent des bâtiments des 17e-18e s., avec une hôtellerie à la chartreuse des Hommes (Val-Saint-Esprit, 45 sal.) et une Unité d'art sacré du peintre René Ducourant. Des adultes handicapés sont accueillis dans l'ancien moulin sur la Lawe. Gosnay avait 250 hab. en 1881 puis est passée à 1 300 en 1911; elle a culminé à près de 1 700 en 1954 puis a baissé, avant de se stabiliser.

Hesdigneul-lès-Béthune (820 Hesdigneulois, 250 ha) est sa voisine au sud-est, de l'autre côté de la N 41. Elle a un château du 18e s. et une église du 16e s. Elle était simplement nommée Hesdigneul avant 1899; sa population a culminé en 1968 (900 hab.). Vaudricourt (930 Vaudricourtois, 299 ha) est à 3 km SSO de Béthune; son église est en partie du 13e s. (inscrite), son château de 1860 est devenu maison de repos pour oblats. De 350 hab. dans l'entre-deux-guerres, sa population est montée à 900 hab. en 1982, puis est restée à peu près étale.

Drouvin-le-Marais (550 Drouvinois, 212 ha) est à 4 km au sud; «le Marais» a été ajouté à son nom en 1911; la commune a gagné 130 hab. de 1999 à 2010. Houchin (690 Houchinois, 450 ha) est un peu plus au sud, et 3 km au nord du chef-lieu de canton. Elle a eu la fosse 12 de la Compagnie de Nœux, ouverte en 1939 mais aussitôt avortée; sa population ne croît plus depuis 1999.


Haillicourt

5 000 hab. (Haillicourtois), 446 ha, commune du Pas-de-Calais dans le canton de Barlin, 3 km au NO du chef-lieu et 7 km au SO de Béthune, juste à l’est de Bruay-la-Buissière. Elle a eu les puits n°2 bis de la Compagnie de Bruay (1907-1956), 6, 6 bis et 6 ter de la même compagnie (1909-1982). Le 6 ter était devenu après 1951 le principal de la compagnie, sortant 6 000 t/j, assorti de deux lavoirs. L’extraction a été arrêtée en 1979 ; les deux terrils coniques en sont préservés, flanqués de terrils tabulaires et peu à peu couverts par la végétation ensemencée.

La «zone urbaine sensible» et «zone de rénovation urbaine» Salengro et des cités 32 et 32 bis, qui occupe 1 639 ha et contient 24 000 hab., s’étend au nord de la commune et dans les communes voisines de Bruay-la-Buissière et Houdain. La commune accueille un magasin Carrefour (60 sal.) et les transports Horen (25 sal.). Elle n’avait encore que 450 hab. en 1876 puis est lentement parvenue à 1 100 en 1911. Sa forte croissance a eu lieu au lendemain de la guerre de 1914-1918, où elle est montée à 6 100 hab. en 1926 avant de se stabiliser vers 6 000 jusqu’en 1970, elle a perdu un millier d’habitants ensuite, et 120 hab. de 1999 à 2010.