Cantons de Boulogne-sur-Mer

Boulogne-sur-Mer

45 800 hab. (Boulonnais) dont 740 à part, 842 ha, sous-préfecture du Pas-de-Calais. La ville est sur la côte de la Manche, à l'estuaire de la Liane. Elle a le label de «ville d'art et d'histoire» et fut la Bolonia romaine, probablement proche du port d'Itius à partir duquel Jules César pensait envahir la Grande-Bretagne. Elle a été détruite aux trois quarts en 1939-1944. Elle conserve néanmoins une Ville Haute, ceinte d'une muraille rectangulaire de 400 m sur 300 m percée de quatre portes monumentales, lointaine héritière du camp romain.

À l'intérieur, se tiennent l'hôtel de ville du 18e s. et un beffroi de 47 m remontant au 12e s., le palais de justice, la basilique à dôme du 19e s. sur une large crypte, la bibliothèque et plusieurs hôtels anciens. À l'angle nord-est, séparé de ce quadrilatère par une douve, se dresse le château comtal, tassé en rond et flanqué de hautes tours rondes, qui abrite un musée après avoir servi de prison. La muraille est entourée d'espaces verts, près desquels ont pris place le musée d'histoire naturelle et le musée San Martin (libérateur de l'Amérique latine). De là, descend vers la Liane la Grand-Rue, en direction du sud-ouest. La gare est un peu à l'ouest de la Ville Haute, sous laquelle la voie ferrée passe en tunnel.

La ville, fleurie (quatre fleurs), a dû être en grande partie reconstruite après 1945, sous la direction et sur les plans de Pierre Vivien. L'estuaire de la Liane sur la rive gauche dans le quartier de Capécure, où aboutit la Nationale 1, a été l'objet de vastes aménagements portuaires avec gare maritime, gare des marées pour le poisson, les grands bassins Loubet et Napoléon pour la pêche et la longue digue Carnot (3 250 m) protégeant l'avant-port, ainsi que le casino du groupe Partouche (90 sal.). Les installations portuaires sont restées dans la commune de Boulogne au moment de la séparation d'Outreau et du Portel, qui serrent de près ce quartier.

Sur la plage rive droite, au nord de l'estuaire, Boulogne abrite le Centre national de la Mer Nausicaa (160 sal.) qui comporte 36 aquariums et bassins et un observatoire sous-marin et un centre de recherche scientifique, et reçoit 600 000 visiteurs par an. Un musée de la pêche est dans la maison de la Beurière, sur la falaise morte dominant les jardins de Nausicaa et nommée «l'Rok» par les marins; calvaire des Marins. La colonne de la Grande Armée (1841, 54 m de haut) et le monument de la Légion d'honneur sont à Wimille mais près de la limite nord de la commune. Celle-ci offre compte 11 hôtels (380 chambres) dont un de luxe (35 chambres). Le grand ensemble du Chemin Vert, au NE de la commune, est habité par 7 000 personnes (45 ha).

Boulogne a un centre hospitalier de 1 100 lits (dont 530 médicaux), un institut d'éducation motrice, des maisons de retraite, et accueille un tribunal de grande instance. L'enseignement y est équipé de trois collèges publics et trois privés, cinq lycées publics dont deux professionnels (un maritime), un lycée privé. L'Université du Littoral de la Côte d'Opale (Ulco) dont le siège est à Dunkerque et qui a été ouverte en 1992, tient à Boulogne un site en plusieurs lieux, dont les trois centres universitaires Pierre Bertrand, Saint-Louis et du Musée rive droite, et celui de Capécure sur la rive gauche. Elle offre un IUT de biotechnologies et bioindustries avec diplômes de génie biologique, deust des produits et techniques de la mer et du littoral; des licences en Droit et administration publique, langues étrangères, lettres modernes, histoire, sports et activités physiques, des licences professionnelles d'agro-alimentaire, d'économie appliquée, gestion, management, hôtellerie et tourisme, patrimoine culturel, administration de la santé; des mastères des procédés agro-alimentaires et halieutiques, de droit privé, des affaires et du littoral, de gestion, d'administration des entreprises, de lettres et langues, des espaces littoraux (culture et histoire). Boulogne accueille notamment une Maison de la recherche en sciences humaines, une Maison de la recherche en environnement naturel.

Le port de pêche reste le premier de France, avec 150 navires dont douze grands chalutiers et trois surgélateurs de haute mer, et 36 000 t de pêche fraîche (76 M€) à la criée des halles de marée; le lieu noir et le merlan l’emportent largement en poids, devant le harend et le maquereau, mais viennent en valeur derrière la sole, le rouget et l’encornet; s'y ajoutent 9 000 t de poissons con gelés en mer. Toutefois, une bonne moitié est fournie par le port d’Étaples. La ville est surtout un grand centre d’industrie du poisson. Dans l’ensemble, les industries du port traitent annuellement 380 000 t de poisson.

Elles comprennent de nombreux opérateurs : l’armement Comptoir de pêches de l’Europe du Nord (Euronor, 190 sal.), qui associe depuis 2006 les armements Le Garrec et Nord-Pêcheries ; Les Chalutiers Boulonnais (45 sal.); Pêcheries des Hauts de Franbce (Starfish, 25 sal.); Findus (200 sal.), d’origine suédoise mais passée au fonds d’investissement britannique Lion Capital ; négoces et préparations de poisson Capitaine Houat (140 sal., filiale d’Intermarché), Crusta d’Oc (140 sal.), Norway Seafoods (Viviers Marins, 90 sal.), Sofranor (75 sal.), Maes (Cuisine du Détroit, 70 sal.), Frais Embal (55 sal.), JCDavid (50 sal.), JP Marée (50 sal.), Océan Délices (45 sal.), Demarne (45 sal.), Régal Marée (45 sal.), Boulogne Prestations Filetage (40 sal.), Franck Filets (40 sal.), Corrue & Deseille (40 sal.), Delabli (40 sal.), Les Sirènes Boulonnaises (40 sal.), Chanade Marée (35 sal.), Bourgain (35 sal.) , et de nombreuses autres petites entreprises de moins de 30 sal.; coopérative des Pêcheurs d’Étaples (Cemeop, 75 sal.) avec restaurant (35 sal.). La principale entreprise reste la fabrique d'aliments pour animaux de compagnie Continentale de Nutrition (900 sal. en quatre unités), fondée en 1959 par Jean-Pierre Delpiere et qui a une autre unité à Wimille; mécanique et constructions navales Socarenam (100 sal.), transports STEF (240 sal.) et Copromer (180 sal.).

Boulogne a été également un port de voyageurs, mais épisodique ; Speedferries a été liquidée à la fin de 2008 sans trouver de repreneur ; l’armement Louis Dreyfus a relancé la ligne de Douvres en 2010 pendfant quelques mois puis a rapidement abandonné. Le port de commerce n'enregistre plus guère que 150 000 t/an. Le port de plaisance offre 470 places en trois sites : 150 places dans l’avant-port, 150 dans le bassin Napoléon (à écluse), 190 dans le bassin Frédéric Sauvage sur la Liane (à écluse).

Boulogne a aussi une usine connue des crayons Conté (320 sal.), Nicolas Conté ayant, à la demande de Carnot, inventé le crayon à mine de graphite et argile en 1794 pendant le blocus ; le groupe Bic en est propriétaire depuis 1979. Les autres établissements notables sont ceux des entreprises de travail temporaire Adecco (640 sal.), Manpower (240 sal.), Synergie (110 sal.), Crit (50 sal.), IBS (40 sal.) ; service des eaux Veolia (150 sal.); maçonnerie Norlit (60 sal.), chauffage Dalkia (35 sal.); Banque de France (35 sal.), Société Générale (45 sal.), Caisse d'Épargne (40 sal.), hôtel Hamiot (40 sal.) et restaurant la Matelote (35 sal.), club de sport USBCO (Boulogne-Côte d'Opale, 40 sal.), gardiennages Côte Opale Sécurité (COS, 125 sal.), Loomis (35 sal.). La Sncf déclare 750 sal. Mais l’étroitesse du territoire communal reporte en banlieue de nombreuses activités, notamment les centres commerciaux, à l’exception d’un Intermarché (35 sal.) et de petits Carrefour (20 sal.) et Casino (25 sal.).

La commune de Boulogne a connu une forte croissance entre 1821 (17 000 hab.) et 1861 (35 000 hab.), un peu ralentie ensuite ; elle a atteint 50 000 hab. en 1902, plafonné à 55 000 en 1921 ; après avoir retrouvé 49 300 hab. au cours des années 1960, elle a perdu des habitants, encore 1 700 de 1999 à 2010. Le maire de Boulogne, Frédéric Cuvillier, socialiste, maître de conférences en droit, également député, devenu inistre en 2012, a dû céder sa place à Mireille Hingrez-Céréda, socialiste, professeur de lettres. Boulogne-sur-Mer est le siège de la communauté d'agglomération du Boulonnais, qui rassemble 22 communes et 122 800 hab. L'«unité urbaine» Insee serait de 89 200 hab., l'«aire urbaine» de 133 600 hab., entre celles de Dunkerque et de Calais. L'arrondissement a 162 600 hab., 8 cantons, 75 communes, 64 039 ha.

Les 3 cantons de Boulogne-sur-Mer ont 61 400 hab., 10 communes, 10 283 ha dont 2 728 de bois; mais une partie de la commune relève du canton du Portel. La forêt domaniale de Boulogne occupe 2 000 ha. Boulogne est entourée d'une série de communes de plus de 2 000 hab., au nord Wimereux et Wimille, à l'est Saint-Martin-Boulogne, à l'ouest et au sud-ouest Le Portel, Outreau et Équihen-Plage; au sud, Saint-Léonard est dans le canton de Samer. Quatre petites communes complètent les cantons de Boulogne au nord-est, toutes dans le parc régional. Pittefaux (120 Pittefeltiens, 242 ha) est à 8 km NE de la ville et n'avait pas 60 hab. en 1962, mais a retrouvé le niveau qu'elle avait atteint 1840. Elle contient le mont de Colembert (115 m), le château de Souverain Moulin (17e s.) sur le Wimereux, plusieurs manoirs.

Pernes-lès-Boulogne (490 Pernois, 776 ha dont 176 de bois) est à 9 km ENE de Boulogne sur la rive gauche du Wimereux; elle s'orne des châteaux du Grand Fouquehove (20e s.), de Mépas (17e s.), et de manoirs dont celui de Godincthun au sud-ouest; sa population varie assez peu.Conteville-lès-Boulogne (480 Contevillois, 210 ha), également sur le Wimereux juste en amont, n'a qu'un minuscule finage à l'orée de la forêt domaniale de Boulogne, mais sa population croît depuis les 210 hab. de 1975; châteaux de Conteval (18e s.), de Bournonville (18e s.), centre équestre.

La Capelle-lès-Boulogne (1 560 Capellois, 650 ha dont 306 de bois) est à 8 km à l'est de Boulogne, au-delà de Saint-Martin-Boulogne, sur la route de Saint-Omer (N 42) et englobe à l'est la partie septentrionale de la forêt de Boulogne. La commune a été créée en 1949 en détachant de Baincthun les hameaux de La Capelle et de Huplandre, avec 880 hab.; sa population a crû sensiblement, mais vient de se stabiliser; beaux jardins et parc arboré de Conteval.

Baincthun (1 400 Baincthunois, 2 669 ha dont 1 764 de bois) est une commune relativement très étendue et d'habitat dispersé à 8 km ESE de Boulogne, traversée par la route de Desvres, ancienne voie romaine vers Thérouanne. Son finage englobe à l'est la presque totalité de la forêt domaniale de Boulogne, où le relief monte à 134 m. Le château d'Ordre (18e s.) est au hameau de Maquinghen au nord, avec un parc. La commune a udes carrières. Elle a eu 2 000 hab. en 1866; sa population est tombée à 1 000 hab. après la séparation de La Capelle, puis a repris une certaine croissance depuis 1985; elle a gagné 170 hab. entre 1999 et 2010. Échinghen (390 Échinghenois, 584 ha) est une petite commune dans un vallon affluent de la Liane, 4 km au sud-est de Boulogne, longée à l'ouest par l'A 16, dont elle partage un échangeur avec Saint-Martin-Boulogne; sa population croît depuis les 210 hab. de 1975.


Saint-Martin-Boulogne

11 500 hab. (Saint-Martinois) dont 320 à part, 1 315 ha, commune du Pas-de-Calais dans le canton Sud de Boulogne-sur-Mer, juste à l'est du chef-lieu. Le finage cerne la ville de Boulogne, de la rive droite de la Liane au sud-ouest, aux abords de la Colonne de la Grande Armée au nord-ouest, et culmine au mont Lambert. Le finage est traversé par l'autoroute A 16, qui contourne Boulogne, et y a trois échangeurs, notamment avec les routes de Saint-Omer et de Desvres. La ville est fleurie (trois fleurs) et ses alentours conservent de grosses fermes anciennes, notamment celle du Moulin l'Abbé (14e s., avec tour) et de Bédouâtre (17e-18e s.), ainsi que le château du Denacre (18e s.) et le jardin de la Caucherie (18e s.). Elle s'est dotée d'un espace culturel Georges Brassens, et d'une mairie annexe au sud à Ostrehove. Elle dispose d'un collège et d'un lycée privés, du centre médical et chirurgical de Boulogne (320 sal., 210 lits), d'une maison de retraite.

L'activité est essentiellement tertiaire. Un gros centre commercial au nord-est sur la route de Saint-Omer s’est formé autour d’un hypermarché Auchan (470 sal.), avec des magasins Leroy-Merlin (100 sal.), Decathlon (75 sal.), Brico-Dépôt (75 sal.), Boulanger (65 sal.), Conforama (40 sal.), Metro (30 sal.), deux supermarchés Carrefour (25 et 25 sal.) ; négoces de biens ménagers Socoldis (45 sal.) et CDM (Centrale des Multiples, 35 sal.), de boissons CGM (Comptoir des Grandes Marques, 30 sal.) ; comptabilité Experial (40 sal.), assurances Autofirst (95 sal.); maçonnerie Sacob (55 sal.), nettoyage Onet (130 sal.), réseaux et canalisations Sade (60 sal.), travaux publics Colas (55 sal.), ingénierie Voirie, Routes et Réseaux (30 sal.); conditionnement Toner Services (45 sal.), centre d’appels Armatis (500 sal.), services à la personne 02 Côte d'Opale (35 sal.); autocars Moleux et Roussel (35 sal.). EDF-ERDF affiche 1 290 salariés, la distribution de gaz GDF 350; gestion d'installations de sports Vert Marine (35 sal.). La population communale a atteint 2 000 hab. en 1851, 5 000 en 1900 ; elle a culminé à 12 300 hab. en 1975 et fluctué ensuite, perdant 350 hab. de 1999 à 2010. Le maire est Christian Bailly, socialiste.


Wimereux

7 600 hab. (Wimereusiens) dont 170 à part, 771 ha, commune du Pas-de-Calais dans le canton NO de Boulogne-sur-Mer, juste au nord du chef-lieu sur la côte. Son centre est à 5 km de celui de Boulogne à l'embouchure du Wimereux. Station balnéaire lancée au milieu du 19e siècle comme hameau de Wimille, elle est devenue une commune en 1899. Elle avait 1 100 hab. en 1901, 2 500 dans les années 1930, 3 700 en 1954 et elle poursuit sa croissance. Elle affiche 1 100 résidences secondaires (26% des logements) et 380 places de camping (trois terrains) mais seulement 80 chambres d’hôtel (cinq hôtels dont l'Atlantic, 35 sal.).

Elle a perdu son ancien casino, remplacé par une Maison de la recherche en environnement naturel, créée en 1998 par l'Université du littoral Côte d'Opale. Ville fleurie (trois fleurs), elle laisse voir son architecture de la Belle Époque et des débuts du 20e s., les jardins de la baie Saint-Jean, sa digue de mer. Le finage communal va au nord jusqu'à l'embouchure de la Slack et conserve le château d'Honvault (13e au 20e s.) et le fort de la Crèche en mer (1803) et les ruines du fort de Croÿ (18e s.). Elle a une entreprise de peinture (PVR, 40 sal.) et une maison de retraite.

La commune offre un camping municipal (160 places), un golf et accueille une station marine de l'université de Lille. Celle-ci est l'héritière d'un laboratoire de zoologie marine qui remonte à 1900 et d'un institut de biologie maritime à la pointe aux Oies, où subsiste une forêt fossile; les premières recherches y datent de 1874 et l'institut a été ouvert en 1899; détruit pendant la dernière guerre, il a été rouvert en 1960 comme Institut de biologie maritime et régionale de Wimereux et transformé en 1981 en Station marine de Wimereux pour élargir son champ à l'océanographie, avec plus de 50 personnes.


Wimille

4 300 hab. (Wimillois), 2 224 ha, commune du Pas-de-Calais dans le canton NE de Boulogne-sur-Mer, 6 km NNE du chef-lieu. La commune est traversée par le Wimereux et va au nord jusqu'à la rive gauche de la Slack. Elle est parcourue dans l'autre sens, du sud au nord, par l'autoroute A 16. Son nom viendrait d'un moulin sur la Wims, petit fleuve devenu depuis le Wimereux, et la prononciation est donc en principe oui-mil. Elle est incluse dans le parc régional mais ne touche pas au littoral depuis que son ancienne section de Wimereux est devenue indépendante en 1899. Elle avait 2 400 hab. en 1931, 4 000 en 1960 et a poursuivi sa croissance jusqu'en 1968, a un peu fluctué ensuite, puis a perdu 460 hab. entre 1999 et 2010.

Elle propose à la visite le vallon du Denacre avec cascades et ombrages, une ancienne fontaine du 17e s. (inscrite), les châteaux de Lozembrune (18e et 19e s., parc de 14 ha), du Denacre (18e s.), la Croix, les Pipots et Houlouve, la colonne de la Grande Armée à la limite de la commune de Boulogne, commencée en 1804 et achevée seulement en 1821. C'est à Wimille que Pilâtre de Rozier fit en 1785 une ascension en ballon de plus de 1 000 m, qui lui fut fatale et que commémore un monument.

La ville est dotée d’un collège public, d’un institut médico-éducatif (65 places), d’une maison de retraite. Elle a une gare, et d’assez grandes usines de conserves de poisson Gelmer 280 sal., au groupe international d’origine islandaise Icelandic) et Conegan (100 sal.), d'aliments pour animaux de compagnie Continentale de Nutrition (150 sal.) ; menuiserie métallique Delattre (80 sal.), imprimerie Debusschere (30 sal.) ; supermarchés Carrefour (45 et 35 sal.), constructions Ramery (50 sal.).