Canton d'Iholdy

Iholdy

470 hab. (Iholdiars), 2 163 ha, chef-lieu de canton des Pyrénées-Atlantiques dans l’arrondissement de Bayonne à 45 km SE de la ville, en Basse-Navarre. La commune a eu plus de 1 000 hab. au début du 19ee siècle, et encore 700 dans les années 1930; mais elle semble avoir atteint son minimum en 1999 et a repris 50 hab. en 2008. Le village est aux sources de la Joyeuse, qui descend vers Saint-Palais au nord-est et s'orne d'un petit étang; le château d’Olce (1664) est au sud du village; le hameau d'Hiribeherea est à l'est au long de la Joyeuse, avec le moulin d'Olce. Le finage monte au sud jusqu'au sommet du Hochahandy (571 m). Iholdy est le siège de la communauté de communes d’Iholdi-Ostibarre, qui réunit 13 communes (3 600 hab.) et associe à Iholdy le petit pays d’Ostabaret, tous deux écrits en forme basque.

Le canton a 4 400 hab. (4 100 hab. en 1999), 14 communes, 24 580 ha dont 3 748 de bois; étiré du NO au SE, il est divisé par le relief en plusieurs bassins qui ne communiquent guère entre eux, en un lieu de divergence des eaux. La population de la plupart des communes diminue encore, et était double au milieu du 19e siècle. Au NE d’Iholdy, Armendarits (390 hab., 1 727 ha), dont le nom évoque le «rocher de la montagne aux chèvres», est aux sources de la Béhobikoerreka, qui devient en aval le Laharanne ou Lihoury et ne rejoint la Bidouze qu’à Bidache. Une poussière d'habitations s'éparpille sur les collines, dont le château de Jauréguia à l'est (17e s.); le site archéologique d’Elhigna (camp protohistorique) culmine à 349 m sur une butte à l'est du finage.

Hélette (700 Heletars, 2 345 ha), 7 km ONO d’Iholdy, considéré comme «village de caractère», est aux sources d’une autre Joyeuse, qui file vers le nord et rejoint l’Adour après avoir longé La Bastide-Clairence; il s’y tient des foires aux pottoks, ces chevaux qui ressemblent à ceux des gravures préhistoriques et qui vivent libres dans la montagne, mais que l’on capture au printemps. Une fromagerie propose un musée à l'ouest du village. Le finage atteint au nord le pic de Garralda (470 m) et culmine à 551 m au sud-ouest sur le massif de Soylandotchipi, partie rientale du Baygoura. La commune a gagné 70 hab. de 1999 à 2007.

Irissarry (890 Irissaritars, 2 639 ha dont 245 de bois), 6 km au SO d’Iholdy, est dans la haute vallée du Lakako, qui rejoint la Nive au sud-ouest; ancienne commanderie (17e s.) au village, que double à l'est, au carrefour des routes, le hameau de Zelhai; la population s'est accrue de 150 habitants entre 1999 et 2008. Suhescun (200 Suhuskundars, 1 183 ha) est un peu plus haut encore dans le bassin du Lakako; belles fermes des 16e et 17e s.; le relief s'élève à l'est, où le camp protohistorique d'Harribeltza a été trouvé à 522 m à la limite du finage. Derrière ces reliefs nus que domine le Hochahandy, la commune de Lantabat (300 Landibartars, 2 886 ha dont 452 de bois) disperse ses maisons dans un bassin presque fermé, que draine le ruisseau de Saint-Martin vers la Joyeuse d’Iholdy. Son principal hameau est Behaune, au nord-est non loin du confluent; chapelle du 12e s. à Saint-Martin, cimetière basque. Au sud, le relief culmine à 543 m au Pagaburu.

De l’autre côté d’une autre crête, la moitié sud-est du canton est dans le bassin de la haute Bidouze, qui sort du massif des Arbailles. Son cours commence par une grotte puis un profond défilé, à la pointe sud de la commune de Saint-Just-Ibarre (290 Donaixtars-Ibartars, 3 003 ha dont 1 172 de bois), dont le finage culmine à 1 178 m au pic de Zabozé et résulte d’une fusion de 1841. À l'ouest, le pic de Belchou monte à 1 130 m et domine de 300 m une dépression fermée. Le centre villageois, au bord de la Bidouze dans une vallée élargie, est au pied du col d’Osquich (392 m) qui mène à Mauléon, à 19 km à l’ENE. Saint-Just a un collège privé et une ancienne chapelle de Saint-Jacques; fermes et chapelles anciennes. Ibarre est maintenant un hameau dans un grand vallon affluent de rive gauche drainé par l'Hosta. Hosta (80 Hoztars, 1 708 ha dont 533 de bois) s’isole à 11 km au SO de Saint-Just-Ibarre, dans un large bassin presque fermé de la partie supérieure de ce vallon, dominée par le Belchou à l'est mais dont la pointe sud traverse le Zabozé. Son nom serait à l’origine de celui de la contrée d’Ostabaret, ou du moins aurait la même origine; elle avait plus de 300 hab. dans les années 1880, encore 200 en 1954.

Ibarrolle (100 Ibarrolars, 887 ha) est au nord-ouest de Saint-Juste dans la large vallée du ruisseau de Laminosine, qui rejoint à l'est la Bidouze. La D 120 emprunte la vallée. Son finage culmine au sud au Nethe (764 m), au nord à l'Orgamendy (639 m); belles maisons basques du 17e s. Bunus (140 Bunuztars, 660 ha) est sur la rive droite de la Bidouze. Son finage a une partie de la plaine et s'étend surtout sur les reliefs à l'est (531 m au Gainzale). Larceveau-Arros-Cibits (400 Larzabaldars-Arroztars-Zibiztars, 1 808 ha), qui est à 16 km au NE de Saint-Jean-Pied-de-Port, étend son finage un peu plus au nord dans la plaine de la Bidouze, élargie en recevant de l'ouest la vallée drainée par l'Artikaïteko, qu'emprunte la D 933 de Saint-Palais à Saint-Jean-Pied-de-Port; elle a une laiterie du groupe Lactalis (110 sal.); sa population s’est mieux maintenue que celle des autres communes. Larceveau, côté nord, s’est unie à Arros-Cibits en 1842; le hameau de Cibits lui fait face au sud de l'autre côté de l'Artikaïteko; Arros est sur la rive droite de la Bidouze au confluent. Juste au-dessus de Larceveau, un camp protohistorique avec enceinte sur le Gazteluzahar (472 m) est à cheval sur les limites communales de Lantabat et d'Ostabat; queques belles fermes anciennes (14e au 18e s.).

À 12 km ESE d’Iholdy au centre du canton, Ostabat-Asme (200 Izurars-Azmetars, 1 526 ha dont 472 de bois) domine le cours de la Bidouze, qui y dessine deux beaux méandres. Ce fut un point de rencontre de trois routes de Compostelle convergeant vers Roncevaux, dont l’une correspond à la D 933, une autre passant plus à l’est par le col d’Osquich; le village est le siège du syndicat de l’AOC fromagère Ossau-Iraty.; château de Laxague (14e s.) au sud-ouest. D'Asme, commune absorbée en 1841, reste un petit hameau au sud-ouest. La population s'est abaissée de 40 hab. entre 1999 et 2008. Juxue (250 Jutsitars, 1 517 ha) est juste au sud-est, au sud de la Bidouze. Son finage monte au sud au Mehalçu (648 m). Arhansus (75 Arhantsustars, 532 ha) est la commune la plus orientale du canton; son village est juste à l'est d'Ostabat mais sur les collines de droite de la Bidouze: petite église à clocher-mur du 15e s. Un camp protohistorique a été trouvé au sud-est, à la limite du finage de Juxue, au Gastelusare (361 m) juste au-dessus du col d'Ethenée.