Canton de Montaner

Montaner

470 hab., 1 913 ha dont 311 de bois, chef-lieu de canton des Pyrénées-Atlantiques, dans l’arrondissement de Pau, 40 km à l’ENE de Pau au nord du plateau de Ger. La commune est à 18 km NNO de Tarbes, à la limite des Hautes-Pyrénées de deux côtés à la fois; elle abrite sur un promontoire les restes d’un château de Gaston Fébus (1380), à enceinte quasi circulaire et orgueilleux donjon de briques carré de 40 m de haut. Le petit village est dans la vallée du Lys Daban mais le finage associe les trois vallées du Lys Darré, du Lys Daban et, à l'est, de la Luzerte, et ainsi trois pouges issues du plateau de Ger; l'habitat se disperse sur les reliefs et en fond de vallée, surtout celle du Lys Darré à l'ouest, plus large que les autres. La Rouquière est un petit lotissement sur le plateau au NNE du village. Au sud-ouest, le finage de Montaner participe au grand lac de barrage du Louet, qui s'étend sur 60 ha et stocke 2,3 Mm3. La population, qui était encore de 790 hab. en 1876, était lentement tombée à 380 en 1975 et a un peu repris.

Le canton, le plus oriental du département, coincé entre la limite du département des Hautes-Pyrénées et ses enclaves, a 2 500 hab. (15 communes) et 10 670 ha dont 2 000 de bois. Il correspond au petit pays du Montanérès, associé au Vic-Bilh dans les promotions touristiques et gastronomiques, et maintenant fort bien cultivé, surtout en maïs, en dépit du relief assez accidenté et des cailloutis du cône de Ger. Le relief au sud a encore la forme du plateau de cailloutis de Ger, puis se divise vers le nord en un éventail de vallées profondes et de crêtes étroites ou pouges, que suivent les routes. D'ouest en est, le canton est ainsi traversé d'ouest en est par les valléés du Petit Lées et du Grand Lées, du Louet Darré et du Louet Daban (Darré signifie derrière, donc de l'ouest, Daban devant, donc à l'est), du Layza, du Lys Darré et du Lys Daban, de la Luzerte.

Montaner en est la commune la plus orientale. Trois communes sont au sud. La plus méridionale est Aast, tout entière sur le plateau de Ger. Ponson-Dessus (260 hab., 1 077 ha) est 6 km au SSO de Montaner; ses maisons dominent le versant gauche de la haute vallée du Lys Darré; le finage s'étend vers le sud dans les bois, où a été aménagé un étang de barrage; transports Laporte (50 sal.) et Hourquet (20 sal.). Ponson-Debat-Pouts (90 hab., 572 ha dont 200 de bois) est juste au nord de la précédente, voisine de Montaner au sud-ouest; son finage a une assez large portion de plateau entre les vallées du Lys Darré et du Louet Daban, celle-ci étant occupée par un très grand lac de barrage partagé avec Escaunets à l'ouest (Hautes-Pyrénées) et la pointe sud-occidentale de Montaner. La commune est issue d'une fusion de 1845; Pouts est sur un promontoire de ce plateau au-dessus du Lys Darré, avec la mairie; Ponson-Debat est dans la vallée au pied, avec l'église et le cimetière.

Cinq communes sont au nord-est du canton. Casteide-Doat (140 hab., 534 ha) accroche se smaisons en terrain accidenté juste au nord de Montaner, sur le versant gauche du Lys Daban, entamé par des vallons profonds; motte féodale; Doat est au pied, dans la vallée. Leur réunion est du milieu du 19e s. Lamayou (190 hab., 951 ha dont 254 de bois) est à 6 km NNO de Montaner, sur le plateau qu'entaillent vers l'ouest la vallée du Layza, à l'est un large vallon descendant vers la vallée du Lys; motte féodale à Mongascon; le finage comprend à l'ouest une partie de la pouge entre Louet Daban et Layza, où est le hameau de Peyraube, qui a église et cimetière; un autre habitat avec une église ruinée est à Lalye, au nord-ouest dans la vallée du Layza.

Castéra-Loubix (50 hab., 343 ha) se tient à 9 km au nord-ouest de Montaner sur la pouge entre Louet et Layza, que parcourt la D 202; Loubix conserve quelques maisons sur le versant raide occidental, au-dessus du Louet; leur réunion est de 1845. Labatut (160 hab., 844 ha dont 274 de bois), au nord de Castéra, aligne ses maisons sur une croupe de la pouge entre Layza et Louet, qui se termine au nord-ouest par le château de Navailles (16e s.), au-dessus du Louet. Le finage comprend un secteur de la vallée du Layza et de des reliefs boisés à l'est, où est aussi un bois de Navailles. Monségur (140 hab., 284 ha) est à la pointe septentrionale du canton, dans la continuité de l'habitat de Labatut sur la même pouge que suit la D 202, mais son petit finage se limite à ce relief.

Trois communes composent la partie nord-occidentale du canton. Bentayou-Sérée (120 hab., 26 ha), à 10 km au NO de Montaner, contient le confluent du Louet Darré et du Louet Daban qui donne naissance au Louet; ses quelques maisons sont sur le versant gauche de la vallée, Sérée un peu plus bas et plus au nord que Bentayou, qui a une motte féodale; leur réunion est de 1845; la commune bénéficie de la D 47 sur la crête occidentale. Maure (110 hab., 359 ha), juste au sud, disperse ses maisons sur le versant gauche du Louet Darré; le pech de Maure, à l'est, est une butte allongée qui sépare Maure de Viellepinte et monte à 333 m, mais dont la plus grande partie appartient à Viellpinte. À l'ouest le finage monte sur le plateau où s'aligne la D 47, qui passe par le hameau de Berthoumieu. Pontiacq-Viellepinte (120 hab., 698 ha) 4 km à l'ouest de Montaner, est issue d'une fusion de 1844; les maisons de Pontiacq s'alignent sur la pouge qui domine la vallée du Louet Daban, avec le château de Minvielle, tandis que Viellepinte est au fond de celle-ci, au nord-ouest. Vers l'est, le plateau est vallonné par la tête du Layza.

Trois autres communes sont séparées du reste du canton par l'enclave haut-pyrénéenne de Séron. Baleix (130 Baleichois, 647 ha) est à 14 km ONO de Montaner et autant ENE de Morlaas. Le village disperse ses maisons dans la plaine, juste à l'ouest du confluent du Grand et du Petit Lées, mais le finage s'étend à l'ouest sur le plateau des landes de Capsus autour du hameau de Balespouey. Sedze-Maubecq (200 hab., 761 ha) est au sud de Baleix, sur la pouge entre le Petit Léesà l'ouest et le Grand Lées à l'est; les deux communes ont été réunies en 1845. Maubecq subsiste comme dernier hameau vers le nord, avec une motte féodale de l'un des anciens châteaux de la vicomté du Vic-Bilh. Bédeille (200 hab., 385 ha) est à l'est, entourée de trois côtés par l'enclave. Ses maisons s'alignent que la pouge entre le Grand Lées à l'ouest et le Louet Darré à l'est; halle, motte féodale.


Aast

180 hab. (Aastais), 475 ha, commune des Pyrénées-Atlantiques, à l’extrême sud du canton de Montaner sur le plateau de Ger, 27 km à l’est de Pau et 17 km de Tarbes, traversée par le Louet Daban; on prononce as, presque a(n)s; l'habitat y est totalement dispersé. C’est la première des communes de France… dans l’ordre alphabétique. La population, qui n'a jamais dépassé 240 hab. depuis plus de deux siècles, a repris depuis 1975, où elle était descendue à 115 hab. http://www.aast.free.fr