Canton de Thèze

Thèze

820 hab. (Thézois), 793 ha, chef-lieu de canton des Pyrénées-Atlantiques dans l’arrondissement de Pau, à 22 km au nord de la préfecture, allongé sur une crête de collines dominant le Luy de France; maisons anciennes, dont des maisons nobles (château de Fanget, 17e s.). Le village, en légère croissance depuis 1975 (345 hab.), et qui a gagné 110 hab. de 1999 à 2008, est le siège de la communauté de communes de Thèze, qui unit 18 communes (4 800 hab.). Le Louts a sa source au sud deu finage et coule à l'est sur le plateau sans encore s'encaisser.

Le canton a 6 200 hab. (5 400 en 1999) pour 19 communes sur 13 550 ha, dans les vallées et collines divergeant du plateau de Ger, dont celle du Luy de France. Il est traversé par la route de Pau à Aire-sur-l’Adour (N 134) et va l'être par l'autoroute Bordeaux-Pau. Lème (150 hab., 672 ha), 3 km au NO de Thèze sur le rebord du plateau qui domine à l'ouest la vallée du Luy par un versant très raide; haras. À l'est le Louts esquisse un léger vallon; la limite orientale du finage suit le vieux chemin de la Poutge. Garlède-Mondebat (200 hab., 865 ha) est juste à l'est sur l'autre rebord du plateau, au-dessus de la large vallée encaissée du Gabas, dont le cours fixe la limite orientale du finage; Mondebat est un hameau un peu plus au nord; leur réunion est de 1844. Pouliacq (36 hab., 341 ha) suit vers le nord, sur un site comparable, à 7 km au nord de Thèze où elle est la commune la plus septentrionale du canton.

Lalonquette (290 hab., 532 ha) est juste à l'est de Thèze sur le même plateau, mais celui-ci est érodé par le Tauzie, affluent de gauche du Gabas, ce dont profite la N 134; et la vallée du Gabas est moins encaissée qu'en aval. Claracq (230 hab., 987 ha) est plus à l'est, sur une butte dominant le versant raide du Gabas, qu'escalade la N 134; son territoire atteint à l'est la vallée du Gabassot, qui s'incise dans le plateau. Carrère (180 hab., 661 ha) est une commune d'habitat totalement dispersé au sud de Claracq, traversée par la D 42; son finage est contenu entre le cours du Gabas en contrebas à l'ouest, et celui du Gabassot sur le plateau à l'est; un tumulus au centre; gros élevage avicole au nord à Laconqueste; la mairie est dans la partie nord de la commune au bord de la D 42. La commune a eu 370 hab. en 1866, 140 au minimum de 1968.

Miossens-Lanusse (200 hab., 916 ha) est au sud-est de Thèse; son centre, formé à Miossens de plusieurs groupes de maisons, est à 5 km SE du chef-lieu sur le rebord du plateau qui domine la vallée du Gabas, comme Lalonquette et Garlède; Lanusse, qui lui a été réunie en 1841, n'est guère représentée que par une église au nord. Auriac (260 hab., 523 ha) est 4 km SE de Thèze et ses maisons se dispersent sur le plateau au-dessus de la vallée du Luy, dans laquelle descend abruptement la N 134.

Lasclaveries (270 hab.) est plus au sud, à 7 km SE de Thèze, occupe la largeur du plateau, rétréci vers l'amont. Sévignacq (680 hab., 1 743 ha), à 10 km SE de Thèze, est de l'autre côté de la vallée du Gabas au-dessus du versant raide de droite, avec une église du 12e s.; son le rétrécissement des éléments de plateau lui permet d'étaler son finage du plateau de Thèze au cours du Lasset à l'est: elle est la seule commune traversée par la vallée du Gabas; centre de traitement de déchets au nord-ouest. Elle a gagné 70 hab. de 1999 à 2008.

Navailles-Angos (1 400 hab., 1 422 ha), issue d’une fusion de 1845, est la commune la plus méridionale et ainsi la plus proche de Pau, à 14 km au nord de la préfecture. Elle est aussi devenue la commune la plus peuplée du canton; elle avait 540 hab. en 1954, et a atteint le millier en 1985; elle a gagné 140 hab. après 1999. Le village est sur une croupe que traverse juste au nord la N 134; Angos est nettement plus au nord , également en hauteur; leur réunion est de 1845. Le finage est limité à l'est par la vallée encaissée du Balaing, barrée au nord par le grand lac du Balaing (40 ha) juste sous Angos. Au sud, le finage atteint le cours du Gées, et s'attribue ainsi la moitié du grand lac de Serres-Castet; un lotissement a pris place sur la crête à Cambol.

Astis (300 hab., 316 ha) est sur le plateau entre Balaing et Luy, au passage de la N 134, et a aussi reçu un lotissement. Argelos (270 hab., 601 ha), à 5 km au sud de Thèze et au nord d'Astis, occupe la pointe du plateau dessinée par la confluence du Balaing et du Luy, et a sa part de leurs plaines alluviales, ainsi que la moitié du lac de Balaing; site gallo-romain de Labarthe au nord. Sa population s'est accrue de 50 hab. après 1999. Dourny (270 hab., 639 ha dont 246 de bois), 6 km au SO de Thèze, se tient sur une crête au nord de Navailles-Angos, empruntée par la D 40; elle a gagné 80 hab. de 1999 à 2008. Son château est sur un promontoire à l'est, au-dessus de la large vallée du Balaing. La commune contient à l'ouest le vallon encaissé du Rioumayou, qui le sépare de sa voisine Bournos.

Bournos (320 hab., 574 ha) est juste à l'ouest, mais sur une étroite crête, suivvie par la D 206 entre les vallons profonds du Rioumayou et de l'Aubiosse au sud-ouest, du Gez au nord-ouest; au fond de ce dernier gît un lac collinaire. La population de la commune a augmenté de 60 hab. entre 1999 et 2007. Aubin (250 hab., 584 ha) a également gagné 60 hab. durant cette période; elle est sur le versant droit de l'Aubiosse, 10 km OSO de Thèze. C'est la seule commune du canton dont le finage aille, au sud-ouest, jusqu'à la plaine du Gave de Pau, descendant sur la hute terrasse et atteignant le cours de l'autre Luy, le Luy de Béarn.

Deux communes occupent la vallée du Luy à l'ouest et au pied de Thèze. Viven (180 hab., 363 ha) est à 4 km SO de Thèze au pied du versant gauche, et son finage atteint à l'est le confluent du Luy de France et du Balaing au moulin de Larrieu; château de Lamarche sur un promontoire au sud-ouest. La D 40 court sur la crête à l'ouest, et passe au nord par Auga (150 hab., 403 ha), dont le village se tient sur un replat au-dessus de la plaine du Luy, 3 km ONO de Thèze.