Canton de Mauléon-Barousse

Mauléon-Barousse

120 hab. (Mauléonnais), 549 ha dont 185 de bois, chef-lieu de canton des Hautes-Pyrénées dans l’arrondissement de Bagnères-de-Bigorre, 27 km au SO de Saint-Gaudens, à 575 m. Le village, qui avait 900 hab. en 1851, est l'un des plus petits chefs-lieux de canton de France et perd encore quelques habitants. Il a été fondé en 1120 au confluent des deux Ourses de Ferrère et de Sost. Il a des restes d’un château féodal nanti d’une tour pentagonale, une maison des Sources, avec musée de l’eau et parc de loisirs de 11 ha; gouffre de la Saoule. La commune grimpe vers le sud-est jusqu’au soum d’Olives (1 610 m), sur la crête qui domine la vallée de Luchon.

Le canton a 2 900 hab. (2 700 en 1999), 25 communes, 17 113 ha dont 8 109 de bois; limitrophe de la Haute-Garonne, il est très isolé dans les Hautes-Pyrénées: aucune route, même petite, ne le relie au reste du département. L’ensemble relève de la Barousse, qui forme une communauté un peu particulière; il est fort boisé, n’a que de petites communes, et dépeuplées. Il correspond au bassin de l’Ourse, qui s’ouvre ainsi au nord sur la vallée de la Garonne, et elle seule, entre Barbazan et Saint-Bertrand-de-Comminges. On accède au sud à la vallée d'Oueil par le Port de Balès, travers la commune de Ferrère.

Le territoire de Ferrère (56 Ferrérois, 5 756 ha dont 3 398 de bois), dont le village est à 2 km à l’ouest de Mauléon à 700 m, occupe tout le bassin de l’Ourse de Ferrère, qui monte à 2 142 m au mont Né, un intéressant belvédère. Aux chalets de Néré, en amont du village au creux de la vallée, une source thermale fut exploitée; elle est captée désormais pour l’adduction d’eau potable et pour l’embouteillage (société d'économie mixte Saint-Nérée Barousse, 20 sal.). Sost (100 hab., 3 205 ha dont 1 389 de bois), 4 km au sud de Mauléon à 740 m, occupe l’autre bassin supérieur, plus petit, où le puy Guillé n’atteint que 1 916 m. Sost a extrait du marbre et continue à fabriquer artisanalement des fromages de Barousse.

Bramevaque (35 hab., 377 ha dont 208 de bois), 2 km en aval de Mauléon à 560 m, dominée par les restes d’un château féodal, marque la fin des hauts reliefs et ouvre sur un petit bassin que se disputent une douzaine de microcommunes. Siradan (300 Siradanais, 274 ha dont 117 de bois), 5 km ENE de Mauléon, se tapit dans une ouverture du bassin qui donne directement sur la vallée de la Garonne. Il s’y trouve une source thermale, exploitée jadis, et un centre climatique pour convalescents; maison de santé spécialisée pour enfants, maison de retraite (25 sal.).

Sa voisine Saléchan (210 Saléchanais, 410 ha dont 189 de bois), 3 km au SSE, est la seule à déborder dans la plaine garonnaise et à atteindre la rive gauche du fleuve, et elle est la commune la plus orientale du département. De ce fait, elle est desservie directement par la N 125 et la voie ferrée, où elle dispose même d’une halte; quelques logements de vacances.

La commune la plus peuplée du canton, de loin, est Loures-Barousse (740 Lourais, 216 ha), à la pointe nord-est; c’est qu’elle fait partie de la vallée de la Garonne, où elle jouxte Barbazan, qui se tient de l’autre côté du fleuve; une foire aux fromages de Barousse se tient dans le village, porte de la Barousse, qui a aussi un collège public et qui est bien le seul a être plus peuplé qu’au 19e siècle. Juste au sud, Izaourt (240 hab., 241 ha) a une fabrique de chaux et liants Socli, du groupe Italcementi (35 sal.). Sarp (110 hab., 182 ha), par où l’Ourse entre dans la plaine de la Garonne à 2 km de Loures-Barousse, abrite dans la Maison de la Barousse le siège de la communauté de communes de la Vallée de la Barousse, qui réunit 25 communes (2 800 hab.).