Canton de Millas

Millas

4 000 hab. (Millassois), 1 912 ha dont 393 de vignes, chef-lieu de canton des Pyrénées-Orientales dans l'arrondissement de Perpignan, 18 km à l'ouest de la préfecture sur la rive droite de la Têt. Le bourg a de nombreux restes anciens, avec remparts et porte, un donjon-beffroi du 11e s. de 25 m de haut, une église gothique des environs de 1400; musée des arts anciens; un parc, de nombreuses fêtes; boulangerie La Panetière (25 sal.), isolation Beck (25 sal.), un Intermarché (25 sal.). La commune s'étend des deux côtés du Ribéral et monte au nord jusqu'au promontoire de Força Réal. La population communale avait atteint un premier sommet à 2 500 hab. en 1891 puis s'était un peu tassée (2 100 entre 1920 et 1950), mais remonte régulièrement depuis; elle a gagné 500 hab. entre 1999 et 2009.

Le canton a 21 600 hab. (18 400 en 1999),, 9 communes, 9 409 ha; il s'étend de part et d'autre de la Têt, entre Néfiach et Le Soler, 10 km à l'est, englobant Saint-Féliu-d'Amont et Saint-Féliu-d'Avall, Corneilla-la-Rivière et Pézilla-la-Rivière. Néfiach (Nefiach en catalan, 1 130 Néfiachois, 881 ha), 2 km à l’ouest de Millas, accueille les ateliers Ensto (50 sal., matériel électrique de basse tension) et a gagné 330 hab. de 1999 à 2009 (+41%).

Au SO de Millas, deux petites communes des Aspres cultivent plus de vergers que de vignes: Corbère (650 Corbériens, 725 ha) et Corbère-les-Cabanes (1 040 Corbériens, 414 ha), séparées depuis 1856, à 7 et 6 km de Millas. La première a un château féodal restauré, près d'une église du 14e s. à beau retable, et a gagné 50 hab. entre 1999 et 2005. Le second village est en plaine, entouré de pêchers: grottes, moto-cross; il s'est accru de 190 hab. depuis 1991.

La commune de Corneilla-la-Rivière (Cornellà-de-la-Ribera, 1 850 1 420 Corneillanais, 1 190 ha dont 526 de vignes), 4 km à l’est de Millas, a gagné 330 hab. dans le même temps. Son territoire monte aussi jusqu’à Força Réal, mais se limite à la rive gauche de la Têt; restes de l’enceinte et maisons anciennes, viticulture; menuiserie et fermetures métalliques Sermibat (30 sal.).


Pézilla-la-Rivière

3 200 hab. (Pézillanais), 1 562 ha dont 531 de vignes, commune des Pyrénées-Orientales dans le canton de Millas, 11 km à l’ouest de Perpignan sur la rive gauche de la Têt (Pesillà-la-Ribera), typique du Ribéral avec son association de cultures maraîchères, vergers et vignes; belle tour de l’horloge; travaux publics Adep (20 sal.). La population augmente lentement depuis les années 1930 où elle était de 1 800 hab.; elle a encore gagné 420 hab. entre 1999 et 2009.


Saint-Féliu-d'Avall

2 480 hab. (Saint-Féliens), 1 079 ha, commune des Pyrénées-Orientales dans le canton de Millas, 5 km ESE de celle-ci sur la rive droite de la Têt, 14 km à l’ouest de Perpignan; église romane, vieilles rues; maçonnerie Azur (35 sal.). La commune a des vergers, mais presque pas de vigne. Curieusement, le nom officiel mêle français (saint au lieu de sant) et catalan (Féliu et avall au lieu de Félix et aval). Juste à l’ouest, Saint-Féliu-d’Amont (Sant Feliu d’Amunt) est plus petite (750 Saint-Féliciens, 611 ha), avec une église romane issue d’un prieuré. La population des deux communes augmente continûment depuis 1950. La première a gagné 300 hab. de 1999 à 2009, la seconde 110.


Soler (Le)

6 900 hab. (Solériens), 1 035 ha, commune des Pyrénées-Orientales dans le canton de Millas, 9 km à l’ouest de Perpignan sur la rive droite de la Têt. Cet ancien village du Ribéral est devenue une banlieue active, abondant en lotissements et zones d’activité. L’une d’elles, proche de Saint-Charles, se veut technopole avec des activités de recherche; Derancourt (50 sal.) s’occupe d’équipements de sécurité pour l’industrie (pièces en plastique); fruits et légumes Chassagnac-Llapasset (130 sal.), négoce de matériel agricole (Ciam, 45 sal.); installations électriques Fajal (80 sal.) et ECL (20 sal.), maçonnerie Pimentel (20 sal.), travaux publics Eurovia (80 sal.), publicité Adrexo (210 sal.); Intermarché (50 sal.). La ville a un collège public, une maison de retraite (30 sal.); la nouvelle mairie s’est donné des airs d’imposant palais de justice à colonnes. La population communale était de 1 600 hab. en 1900 et encore en 1950, puis a fortement augmenté après 1965; elle s'est accrue d'un millier d'habitants de 1999 à 2009.