Canton de Bischwiller

Bischwiller

12 800 hab., 1 725 ha, chef-lieu de canton du Bas-Rhin dans l'arrondissement de Haguenau, 8 km au SE (et 26 km N de Strasbourg), au contact des basses collines et de la plaine, sur la voie ferrée et au bord de la Moder, dans la continuité de l'urbanisation de Haguenau et contiguë à Oberhoffen-sur-Moder. Au sud, le finage atteint le cours de l'Alte Zorn et comporte un vaste étang de gravière. À l'origine fief de l'évêque de Strasbourg, d'où son nom (Bischoviswiler en 1236), elle est pratiquement née de l'initiative d'entrepreneurs huguenots arrivés de France au 17e s., dont les familles ont favorisé l'industrie au point qu'elle a fait figure au 19e s. de «Mulhouse du Bas-Rhin», dépassant 8 000 habitants; mais nombre de ses entrepreneurs et de ses habitants l'ont quittée en 1871, notamment pour la Normandie. Elle a été longue à s'en remettre, sa population stagnant longtemps autour de 7 500 hab., jusqu'au début des années 1950, et croissant lentement depuis. Elle a augmenté d'un millier d'habitants entre 1999 et 2007.

Bischwiller compte de nombreux emplois industriels: Duravit (sanitaires en porcelaine, 390 sal.), firme allemande qui a acquis les Céramiques de Bischwiller; GLI-Schneider (réservoirs de gaz, 225 sal.); appareils électriques du groupe Hager d'Obernai (420 sal.); plastiques Emairel (45 sal.), métallerie Sirc (35 sal.), bétons Fehr (50 sal.), blanchissage (dont les vêtements de travail Bardusch, 75 sal.), installations électriques Simee (30 sal.); supermarché U de 70 sal. et un Leclerc de 25 sal. En revanche Vestra, devenu Alsavet (confection), qui a employé un millier de personnes à Bischwiller, a disparu.

La ville propose le musée d'histoire de la Laub, une fête des fifres; elle a deux collèges publics, un lycée général et un lycée professionnel publics, un gros centre hospitalier (plus de 700 emplois) avec centre médico-psycologique, plusieurs maisons de retraite, un centre pour enfants (Sonnenhof). Le maire est Nicole Thomas (UMP), ancien professeur.

Une communauté de communes de Bischwiller et environs associe six communes depuis 2001 (20 500 hab.), surtout pour la voirie et l'assainissement. Le canton de Bischwiller a 47 600 hab. (43 800 en 1999), 21 communes, 18 013 ha dont 3 464 de bois); le chef-lieu est décentré dans un angle occidental, le canton s'étendant assez loin le long du Rhin vers le NE, où il atteint presque le barrage d'Iffezheim. Il inclut ainsi Herrlisheim et sa raffinerie, Drusenheim et Sessenheim, Fort-Louis et Offendorf au bord du Rhin, ainsi que Soufflenheim tout au nord, et le confluent compliqué de la Zorn, de la Moder et du Rhin.


Auenheim

840 hab., 424 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Bischwiller, 15 km au NE du chef-lieu sur la rive gauche de la Moder; menuiserie Mocker (30 sal.). La population augmente depuis les 470 hab. de 1954 (+100 hab. de 1999 à 2007). Le finage est en deux partie: la plus petite, quasi circulaire, est au nord d ela Moder et contient le village, plus un grand étang, la route et la voie ferrée; la seconde s'étire d'ouest en est au sud de la Moder dans le ried du Rhin et n'est pas habitée.


Dalhunden

980 hab., 745 ha dont 308 de bois, commune du Bas-Rhin dans le canton de Bischwiller, 11 km à l’est du chef-lieu. Le village se tasse entre la rive droite de la Moder au nord, d'anciens bras courbes du Rhin à l'ouest et le cours du Rhin au sud et à l'est. Son territoire est sillonné d’anciens bras et digues du fleuve et porte un grand étang de gravière et de grands bois le long du Rhin canalisé. La population progressait lentement mais a augmenté d'une centaine d'habitants entre 1999 et 2007.


Drusenheim

5 100 hab., 1 573 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Bischwiller, à 14 km ESE de Haguenau et 32 km ENE de Strasbourg, au bord de la Moder et du Rhin, près de l’ancienne raffinerie de pétrole de Herrlisheim. Le vieux centre villageois est sur la rive gauche de la Moder mais s'était doublé d'un faubourg sur la rive droite; l'habitat s'est étoffé côté nord, mais de vastes lotissements ont transformé le paysage côté siud à proximité des installations industrielles. Bénéficiant de la voie ferrée et de l’A 35, qui traversent la partie nord du finage, elle a équipé une grande zone d’activités au bord du Rhin, abritant notamment une usine de produits pharmaceutiques de Dow Chemicals (200 sal.), une fabrique de chariots métalliques (Caddie, 290 sal.); négoce de fournitures industrielles Hoffmann (70 sal.); transports Wincanton (Mondia, 20 sal.).

Drusenheim a un collège public, un supermarché Leclerc (25 sal.), la charcuterie Schwob (30 sal.) et une spécialité d’asperges. La population était de 2 400 hab. en 1954; ella augmenté de près de 400 hab. entre 1999 et 2007. Le finage inclut à l'est une moitié du port de Dolhunden sur le Rhin, au sud le port de Drusenheim et un secteur boisé, au sud-ouest une partie des terrains de l'ancienne raffinerie, au nord-ouest la forêt domaniale de Drusenheim. La ville est le siège de la communauté de communes Espace rhénan (4 communes, 15 200 hab.).

Caddie® alsacien

L'usine Caddie de Drusenheim est la plus moderne des deux usines dont la marque dispose en Alsace, l'autre étant à Schiltigheim; mais les opérations de traitement de surface (zingage) doivent se faire à 35 km de là dans l'usine du Revêtement industriel d'Oberhausbergen, filiale du groupe. Celui-ci a commencé en 1928 comme atelier artisanal de Raymond Joseph, fabricant de paniers à salade et d'égouttoirs. L'artisan est revenu avant-guerre d'un voyage à Chicago avec l'idée du chariot de supermarché, déjà créé par Sylvan Goldman dans l'Oklahoma; il est en mesure de le lancer en 1957; il dépose un nom, protège son produit par quantité de brevets et de procès, et devient le champion européen du chariot à provisions. Tout chariot n'est donc pas un Caddie, comme tout réfrigérateur n'est pas un Frigidaire. Le mot n'est pourtant pas inventé, il existait en anglais; mais il a eu beaucoup de succès dans le domaine et au-delà par analogie: Caddie est à présent utilisé pour des achats virtuels sur Internet, comme si panier ne suffisait pas, et l'on voit même des «caddies pégagogiques», comme si le mot dossier avait disparu… Pourtant la firme, qui est toujours à la famille Joseph et qui occupe près d'un millier de personnes en tout, y compris dans des ateliers au Portugal et en Chine, a tendance à réduire son personnel: il a mal supporté la concurrence et s'est fait doubler par l'allemand Wanzl (2 500 sal.), qui a même ouvert une usine à Sélestat dès 1981. Il est vrai toutefois que les produits des Ateliers réunis Caddie ne se limitent pas aux chariots à provisions mais s'étendent à d'autres moyens de manutention. Remarquons que le terme caddie est d'origine anglaise et a un double sens, issu de deux étymologies différentes: écrit caddie, il désigne le domestique portefaix du golfeur, ou plus généralement un gamin chargé de tâches très subalternes sinon ingrates, en somme le grouillot, et viendrait du français cadet; écrit caddy, il désigne une boîte ou un récipient quelconque, un conteneur, et viendrait du malais kati, terme pour un paquet de thé standard (catty, environ une livre un tiers, donc environ 600 grammes). On ne sait si R. Joseph, qui a déposé les deux orthographes, pensait à la boîte ou à l'esclave…


Forstfeld

700 hab., 490 ha, commune du Bas-Rhin à l’extrême nord du canton de Bischwiller, à 19 km de celle-ci, sur la rive gauche de la Sauer à l’extrémité de la forêt de Haguenau; échangeur de l’A 35. La population a gagné 100 hab. entre 1999 et 2007. Le finage s'inscrit dans une grande boucle de la Sauer et mord un peu sur la forêt au nord-ouest.


Fort-Louis

300 hab. (Fort-Ludoviciens), 1 231 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Bischwiller, 17 km au NE du chef-lieu et 23 km E de Haguenau; le petit village au plan quadrillé est issu d’une forteresse de la plaine du Rhin bâtie en 1688 (fort Carré) entre la Moder et le Rhin près du confluent, mais qui n’a pas «réussi». Le nom fait référence au roi Louis XIV. Un bassin de rétention des crues du Rhin et de la Moder a été aménagé en 1992 sur 240 ha et peut retenir 5,6 Mm3 d’eau. La commune a gagné 60 hab. entre 1999 et 2007. La rive gauche du Rhin comporte deux ports aménagés. Le finage atteint à l'est le confluent Rhin-Moder et s'étire vers le sud-ouest en incluant le Suryscher Oberwoerth, boisé et séparé du reste de la commune par un vaste étang de gravière.


Herrlisheim

4 600 hab., 1 438 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Bischwiller, 24 km au NE de Strasbourg, proche du Rhin; elle a eu 2 200 hab. en 1954, 3 800 en 1975 et a gagné 400 hab. de 1999 à 2007. L'habitat s'est développé la voie ferrée à l'est et la Zorn canaisée à l'ouest, longée par l'A 35 qui offre des échangeurs à chaque extrémité du finage. Celui-ci avait reçu à l'est en 1961 une raffinerie de pétrole du groupe Elf, désaffectée depuis 1984 et dont les terrains ont été en partie reconvertis en zone d'activités par la communauté de communes Espace rhénan.

Le finage n'atteint pas le Rhin à l'est. La bourgade fait bloc avec plusieurs voisines: Drusenheim au nord, Gambsheim au sud, Offendorf au SE. Elle bénéficie d’un complexe de sports et loisirs et d’un collège public, et accueille une fabrique de condiments Fuchs (60 sal.), des entreprises de canalisations (Sogeca, 190 sal.), de travaux publics et paysagers (Klein, 35 sal.), d'installations thermiques Calorest (25 sal.), de traitement de déchets Atic (20 sal.); supermarché Leclerc (25 sal.); dépôt Antargaz, transports par autocars Royer (55 sal.), plate-forme de distribution du groupe hollandais De Rijke (35 sal.).


Kauffenheim

210 hab., 224 ha, commune du Bas-Rhin au nord du canton de Bischwiller, sur la rive droite de l'Eberbach près de son confluent avec la Sauer; le petit finage est entièrement en plaine et la Sauer fixe sa limite nord, où est le moulin de Forstfeld.


Leutenheim

850 hab., 1 039 ha dont 620 de bois, commune du Bas-Rhin dans le canton de Bischwiller, 16 km au NE du chef-lieu. Le village est sur la rive droite de l'Eberbach, frôlé au sud par la N 363 à quatre voies. Vers l'est, le finage inclut le lobe d'un ancien méandre du Ried du Rhin, creusé par un large étang de gravière et où a pris place, de l'autre côté de la voie ferrée, un atelier de l'entreprise de constructions agricoles du groupe Système Wolf (250 sal.). Une extension de la commune au NO, de l'autre côté du cours de l'Eberbach, comprend le bois de Leutenheim, soudé à la forêt de Haguenau.


Neuhaeusel

350 hab., 305 ha, commune du Bas-Rhin à l’extrémité NE du canton de Bischwiller, tout près du Rhin au confluent de la Moder. La commune partage au sud-est avec Fort-Louis le polder de la Moder, bassin de rétention des crues du Rhin. Elle a gagné 70 hab. entre 1999 et 2007, soit un quart.


Oberhoffen-sur-Moder

3 200 hab., 1 425 ha dont 285 de bois, commune du Bas-Rhin dans le canton de Bischwiller, face à celle-ci de l’autre côté de la Moder et à 8 km au SE de Haguenau; elle était Oberhoffen tout court jusqu’en 1927. Elle est voisine des installations du grand camp militaire établi en forêt d’Haguenau, qui porte le nom d’Oberhoffen mais qui est entièrement dans la commune d’Haguenau, comme la forêt, et accueille des régiments d'artillerie (12e RA) et de transmissions.

Oberhoffen a une fabrique de bétons Remax (Dietsch, 65 sal.), des entreprises de menuiserie (Gross, 20 sal.) et de peinture (Veith 20 sal.); publicité Mediapost (140 sal.). Son ban comporte des bois au nord, le long du camp militaire. La commune avait 2 000 hab. au milieu du 20e s., comme à la fin du 19e et continue de gagner des habitants. L'habitat s'est étoffé en s'étirant le ong de la Moder (rive gauche) et de la D 29, et touche aux agglomérations voisines de Bischwiller et Kaltenhouse. Un dépôt d'hydrocarbures proche de Rohrweiler, au sud-est, est sur le ban d'Oberhoffen.


Offendorf

2 100 hab., 1 422 ha dont 450 de bois, commune du Bas-Rhin dans le canton de Bischwiller, à 16 km au NE de Strasbourg. Dotée d’un port sur le Rhin et d’une réserve naturelle forestière de 60 ha, elle est la capitale des mariniers d’Alsace, qui y ont en principe leur port d’attache. Le port de plaisance est en développement; la commune est membre de la communauté de communes Espace rhénan; elle a gagné 200 hab. de 1999 à 2007 et accueille une entreprise de spectacles (FI Structure, 35 sal.). Le ban communal s'étire en arc de l'ouest vers le nord-est et occupe une belle longueur (7 km) le long du Rhin juste en aval du barrage de Gambsheim; le port a été creusé dans la forêt domaniale qui longe le Rhin. La partie occidentale du territoire est sillonnée par les routes et la voie ferrée. Un grand étang de gravière est au sud du village, que traverse le Landgraben.


Rœschwoog

2 100 hab., 975 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Bischwiller, dans la plaine à 18 km au nord-est du chef-lieu. Elle dispose d’une gare avec bifurcation ferroviaire, d’ateliers, et le village, très étiré sur une rue et quelques annexes, s'est complété de lotissements vers l'est; menuiserie métallique Harfu (45 sal.), supermarché Leclerc ex-Coop (40 sal.), restaurant Wilhelm (20 sal.). Le village est le siège de la communauté de communes de l’Uffried, réunissant les 6 700 hab. des 9 communes de la partie nord-est du canton de Bischwiller. La population est en augmentation depuis les 1 250 hab. de 1962 et a augmenté de 200 hab. entre 1999 et 2007; elle s’est naguère opposée à un projet d’aéroport européen. Le ban communal est borné à l'est par le cours de la Moder, au nord par la N 363, près de laquelle sont un étang et une base de loisirs.


Rohrwiller

1 600 hab., 295 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Bischwiller, 4 km au SE de la ville sur la rive gauche de la Moder au confluent de la Zorn; l’A 35 contourne son finage par l'est, avec un échangeur à Herrlisheim. La population croît depuis 1954 (970 hab.). Des réservoirs d'hydrocarbures sont tout près du village au nord, mais dans la commune d'Oberhoffen-sur-Moder.


Roppenheim

940 hab., 688 ha, commune du Bas-Rhin au NE du canton de Bischwiller, à 18 km du chef-lieu; le finage frôle la rive du Rhin un peu en amont du barrage d’Iffezheim, dont est proche un poste de douane sur la D 4; au nord-ouest, il est limité par le cours de la Sauer et écorné par la voie rapide (N 363).


Rountzenheim

1 000 hab., 667 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Bischwiller, 15 km au NE du chef-lieu. Le village est entre un échangeur sur l’A 35, et la gare sur la voie Strasbourg-Lauterbourg-Karlsruhe. Le finage va de la Moder au sud-est au Landgraben au nord-ouest, incluant un grand bois communal et de vastes étangs de gravières.


Schirrhein

2 200 hab., 649 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Bischwiller, 8 km au NE du chef-lieu, 11 km à l’est de Haguenau, en bordure de la forêt et de son camp militaire. Le village, compact mais allongé, s'étire sur deux ou troies rues le long de la forêt, et du talus de terrasse qui s'élève légèrement au-dessus du Ried: il est prolongé à l'est par celui de Schirrhoffen. La voie ferrée est juste en contrebas. La limite communale passe au ras du village, au point qu'une partie des maisons relève même de la commune d'Haguenau. Le finage est limité au sud-est par le bois de Soufflenheim, et pourvu d'un étang de gravière tout à l'est. La population est en légère croissance depuis les 1 500 hab. du milieu du 20e s. et s'est accrue de 200 hab. entre 1999 et 2007; gravières, ttransports Heinrich (25 sal.).


Schirrhoffen

700 hab., 63 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Bischwiller, 7 km au NE du chef-lieu en bordure de la forêt d’Haguenau et soudée à l’urbanisation de Schirrhein; c’est, par la superficie, la plus petite commune d’Alsace. Sa population a augmenté de 60 hab. entre 1999 et 2007.


Sessenheim

2 000 hab., 918 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Bischwiller, 20 km à l'est de Haguenau, proche de la Moder et du Rhin, desservie par la A 35 et la voie ferrée; musée, mémorial et sentier Goethe, en souvenir de Frédérique, un amour de jeunesse local en 1770 (Poésie et Vérité)L'habitat s'est un peu dispersé autour de l'ancien village-rue, et englobe au sud le hameau-rue de Dengolsheim, à l'est une partie du village de Stattmatten; auberge Au Bœuf (30 sal.), entreprise Ried Étanche (40 sal., étanchéification). Le finage s'étend surtout vers le nord, où sont de grands étangs de gravières, et vers le sud où il va au-delà du cours de la Moder dans les bois, aux abords de Dalhunden. L'A 35 traverse tout le finage côté ouest et offre un accès. Le village est le siège de la communauté de communes Rhin-Moder (3 communes, 3 300 hab.). Sa population augmente (1 100 hab. en 1954); elle a gagné 200 hab. de 1999 à 2007.


Soufflenheim

4 800 hab., 1 324 ha dont 537 de bois, commune du Bas-Rhin dans le canton de Bischwiller, 14 km à l'est de Haguenau, mordant sur la forêt. La population n'a que modérément augmenté: la commune avait plus de 3 000 hab. au 19e siècle, 3 600 en 1954, 4 300 en 1975; elle a toutefois gagné quelque 400 hab. de 1999 à 2007. La commune a un collège public et un golf international.

L'habitat, d'abord sur la bordure de la terrasse au-dessus du Ried, a mordu ensuite sur la forêt d'Haguenau et a colonisé une partie de la plaine au nord du Landgraben. Puis les établissements industriels et commerciaux se sont établis de part et d'autre de la voie ferrée, flanqués au sud d'une grande cité de pavillons. près d'un étang de gravière. Le finage est étroit sur la terrasse, la forêt relevant à la commune d'Haguenau, mais va loin au sud, où il englobe le grand bois de Soufflenheim, que jouxte le terrain de golf. L'A 35 frôle la limite au sud-est.

D’une ancienne tradition de poteries et céramiques, qui a compté jusqu’à plus de 50 ateliers, il ne reste guère que d’assez petites entreprises comme René Beck (20 sal.), Didier DSIPC (20 sal.), Haasser (Alsacienne de produits réfractaires, 20 sal.), et une fabrique Céramique Culinaire (CCF, 70 sal., groupe Staub). Dans d’autres spécialités, se signalent les outillages de coupe Outiltec (50 sal.), les constructions métalliques Mastio (MFC, 85 sal.), la scierie Maeschler (30 sal.), l'atelier de mécanique Ambos (25 sal.); travaux publics Sater (110 sal.), transports Eschenlauer (Vulco, 85 sal.); supermarché Leclerc (95 sal.).


Stattmatten

660 hab., 393 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Bischwiller, 13 km au NE du chef-lieu sur la rive gauche de la Moder près de Sessenheim; sentier botanique; le finage s'étend à l'est jusqu'aux abords du Rhin et du port de Saint-Louis, où subsiste un vaste étang de gravière. La population s'est accrue de 60 hab. entre 1999 et 2007.