Canton de Geispolsheim

Geispolsheim

7 100 hab., 2 206 ha, chef-lieu de canton du Bas-Rhin dans l'arrondissement de Strasbourg-Campagne, membre de la Communauté urbaine de Strasbourg, 11 km au SO de la capitale près de l'A 35 et juste au sud de l'aéroport. Le nom vient d'un patronyme germanique Geisbod. La ville, longtemps vers 2 000 hab., a commencé à croître dans les années 1930 et atteint 3 300 hab. en 1954, 4 600 en 1975, 5 500 en 1990; la population est restée étale de 1999 à 2007. La commune a un collège public, un lycée professionnel privé de peinture et décoration, et une grande station électrique.

Son habitat se divise en deux ensembles séparés par plus de 2 km: au sud-ouest celui de la Ville (3 700 hab.), autour de l’ancien village qui a conservé des maisons anciennes et une allure assez pittoresque; au nord-est celui de la Gare (3 400 hab.), plus industriel, à l’est, proche d’un grand échangeur autoroutier et du fort Lefebvre, au nord et à l'est duquel plusieurs zones d’activité ont reçu 350 entreprises. Le ban communal est bordé à l'est par le cours de l'Ill. L'A 35 traverse tout le teritoire d'est en ouest au nord des deux zones d'urbanisation. Au sud-ouest, le finage s'étire au-delà d'un espace boisé, où s'isole la chapelle de Hattisheim.

L'industrie est représentée surtout par la Française de Chocolaterie (CFCC Schaal au groupe Burrus, 180 sal., fabrique de bonbons Marquise de Sévigné), dont la vaste emprise foncière donne lieu à l'aménagement d'un parc d'activités tertiaires. Abb (60 sal.) fabrique des tableaux électriques, Aterno (160 sal.) des appareils de chauffage, Chubb des matériels et installations électriques (55 sal.), mécanique Hoerbiger (45 sal.), plastiques Tarifold (60 sal.), bétons Stradal (50 sal.).

Les principaux emplois sont toutefois dans les services aux entreprises et dans la distribution. Dans les premiers se signalent les installateurs de systèmes électriques et de chauffage Amec-Spie (390 sal.), Sovec (150 sal., Dalkia (90 sal.), Trau (45 sal.), Forclum (40 sal.); dans le négoce de gros, les plates-formes de distribution de pièces pour automobiles Freiss (70 sal.) et Alsace-Electro-Diesel (50 sal.), de matériel de levage Linde-Fenwick (70 sal.), de fournitures de bâtiment Mabeo (40 sal.), de boissons France-Boissons (55 sal.), de pisciculture Haegel (40 sal.), de produits de quincaillerie Würth (60 sal.); traiteur Ph. Rome (50 sal.), vente par correspondance Bofrost (55 sal.), vente par automates Serviplus (35 sal.), conditionnement Mercure (35 sal.); dans le transport, TNT (100 sal.) et les routages Data Mailing (210 sal.) et SAD (40 sal.); dans les magasins, l’hypermarché Leclerc ex-Rond-Point Coop (290 sal.), Décathlon (80 sal.), Conforama (65 sal.); Brico-Dépôt (50 sal.); nettoyages Onet (600 sal.), Derichebourg ex-Penauille (270 sal.), gardiennages DIP (45 sal.) et Samsic (55 sal.); couverture Corebat (30 sal.), carrelages Dipol (30 sal.), Espace Vert (50 sal.); récupération de déchets Transpalog (35 sal.).

Le canton a 31 700 gab. (30 100 en 1999) pour 10 communes et 9 738 ha (580 de bois). Il entoure l'agglomération de Strasbourg de l'ouest au sud, incluant l'aéroport d'Entzheim au NO et ses voisins Duppigheim et Holtzheim, au SE le bassin et la base nautique rhénane de Plobsheim, plus Eschau, Fegersheim et Lipsheim.


Blaesheim

1 300 hab., 996 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Geispolsheim, 3 km OSO de celle-ci au bord de l'Ehn; restes d'un château fort sur le relief, fermes classées à colombage; échangeur de l'A 35 vers Obernai et de l'A 352 vers Molsheim. Le finage est boisé au sud, et inclut au nord un échangeur de l'A 35, de l'A 352 et de la N 422. La population a doublé depuis 1962, mais a perdu quelques dizaines d'habitants après 1999. Le «processus de Blaesheim» est un protocole de coopération franco-allemand visant à consolider les relations bilatérales au sein même du processus de construction européenne, et impliquant des entretiens périodiques. Il tire son nom de la première rencontre tenue le 31 janvier 2001 entre MM. Chirac, Jospin et Schroeder. Le choix de Blaesheim doit beaucoup à la présence du restaurant réputé de Philippe Schadt, Chez Philippe. Mais les rencontres ultérieures se sont déroulées à Paris ou à Berlin…


Duppigheim

1 600 hab., 738 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Geispolsheim, en grande banlieue OSO de Strasbourg (13 km) sur la route de Molsheim, juste au-delà de l'aéroport de Strasbourg-Entzheim et du gros échangeur A 35-A 352-N 422. Le village, juste au sud de l'Altoffer Arm et à l'est de Duttlenheim, est tassé sur deux rues et équipé d’un espace de culture et de loisirs. Une zone industrielle avec voie ferrée est apparue au nord-ouest et une file de pavillons relie ces deux pôles. Au sud, le finage est traversé par l'A 352 et va jusqu'à la N 422. L'emprise de l'aéroport de Strasbourg déborde un peu sur la commune à l'est du village. Au nord, le finage atteint la vallée de la Bruche, allant même un peu au-delà du cours de la rivière.

Les principales entreprises sont l’usine Lohr (pièces pour automobiles et tramways sur pneus, 990 emplois plus Lohr Services 80 sal.), qui y dispose sur 60 ha d’un centre d’étude et d’un centre d’apprentissage, ainsi que d’une piste d’essais et de la chaudronnerie industrielle Guillet (80 sal.), mais dont le siège est à Hangenbieten; Bestfoods-Knorr (groupe Unilever, 450 emplois), qui a deux usines de soupes déshydratées et potages en briques. S’y ajoutent les transports frigorifiques Salvesen (40 sal.), les travaux publics Demathieu et Bard (120 sal.), le génie thermique Lohner (50 sal.), une menuiserie métallique Schaffner (35 sal.); Euremo (meubles en kit) a été transféré à Erstein; de nombreux autres ateliers ont moins de 30 sal. Une fusion de Duppigheim et de sa voisine Kolbsheim en 1974 a été annulée 8 ans après. La population augmente un peu depuis.


Entzheim

1 800 hab., 834 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Geispolsheim, 16 km au SO de Strasbourg, membre de la Communauté urbaine de Strasbourg; elle n'avait que 730 hab. en 1954, 1 100 en 1975. Elle accueille l'aéroport de Strasbourg (code SXB), qui occupe 300 ha et a un trafic annuel d'environ 2 millions de passagers, un statut international et une piste de 2 700 m (classe B). Le village ancien, étoffé de lotissements, est juste au sud de l'aéroport. L'A 35 passe à l'angle sud-ouest du finage; l'angle nord-est a reçu une petite zone d'activités près d'un rond-point d'accès à l'aérogare.

L'aéroport a attiré plus d'une centaine d'entreprises, surtout tertiaires; mais en 2004 la compagnie à bas coût Ryanair l'a abandonné pour Baden-Baden, plus généreux en subventions locales. Les principales entreprises sont Air-France ((280 sal.) et la gestion de passagers Aviapartner (45 sal.); les matériels électriques Alsatel (130 sal.), armoires frigorifiques RGR (60 sal.), ingénierie Osiatis (90 sal., ex- Focal Ingénierie), informatique RBS (150 sal.) et Divalto (55 sal.), réparations d'électronique Nextiraone (50 sal.); les négoces de matériel de bureau Ricoh (55 sal.), de matériel électrique et d'éclairage Trilux (50 sal.), d'habillement Sogecoq (75 sal.), de produits de restauration Vega (30 sal.); immobilier Espace Promotion (40 sal.), assurances GAN (65 sal.); restauration d’aéroport Sélect Service (50), Eliance (35 sal.), Steinkeller (35 sal.); gardiennage de la Générale Aéroportuaire (70 sal.); fret Aerien Tatex (25 sal.) et Agility (20 sal.), entreposage Lidl (140 sal.), travaux publics Keller (60 sal.), Spie (50 sal.).


Eschau

4 700 hab. (Eschauviens ou Escoviens), 1 183 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Geispolsheim, membre de la Communauté urbaine de Strasbourg à 12 km au sud de la métropole, touchant au Rhin. Le nom est formé sur frêne (ask) et sur marais (au). Elle n'avait pas 1 800 hab. en 1952 et croît avec le périurbain strasbourgeois; église préromane (10e-11e s.); collège, centre national de facteurs d'orgue et centre d'apprentissage; quelques ateliers, dont la chaudronnerie Technisoudure (75 sal.), les portes et fenêtres métalliques Gremmel (40 sal.) et la ferronnerie Schutt Grande Forge (30 sal.); maçonnerie Bringolf (25 sal.), revêtements Campeis (30 sal.), supermarché U de 160 sal., travaux publics Speyser (70 sal.).

Le nouveau pont Pierre-Pflimlin sur le Rhin, près du fort Hoche a été mis en service en 2002, selon une décision de 1996; il a 457 m de long, 912 avec les deux accès en viaducs; prolongeant la rocade Sud de Strasbourg, il doit donner un accès direct à Offenbourg, mais il est limité à deux voies et une piste cyclable.Le finage déborde un peu à l'ouest de l'Ill face à l'urbanisation annexe de Wibolsheim, au sud-ouest de la ville. Celle-ci est calée sur un croisement de deux routes (D 221 et D 222) et s'est doublée de lotissements côté est le long de l'ancien canal du Rhône au Rhin, que suit une piste cyclable et, plus à l'est, de la D 468 dans le quartier d'Hetzlader. La Schwartzwasser et le Rhin Tortu sillonnent la plaine orientale.


Fegersheim

5 200 hab., 425 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Geispolsheim, membre de la Communauté urbaine de Strasbourg, à 12 km de la métropole en grande banlieue SSO sur la route de Colmar. Le village originel est sur la rive gauche de l'Andlau, contourné à l'ouest par la N 83 à quatre voies. Mais l'habitat récent s'est surtout développé entre l'Andlau et l'Ill plus à l'est, dans le quartier d'Ohnheim, tandis que les activités se concentraient au nord entre la route et l'Ill; un gros échangeur en trèfle branche au nord la N 353 vers le nouveau pont Pierre-Pflimlin d'Eschau sur le Rhin. La commune n’avait que 2 000 hab. en 1960 et s’accroît depuis, gagnant 600 hab. entre 1999 et 2007.

Lilly, société de l’Indiana, producteur de spécialités médicales stériles injectables, notamment des doses d’insuline, a ici son plus grand site de production avec 1 700 sal., en place depuis 1967, agrandi en 2000 et 2004 et très gros exportateur. Fegersheim a également reçu de nombreux ateliers caractéristiques des banlieues, d’où émergent la carrosserie automobile Spitzer Eurovrac (120 sal.), l’atelier de mécanique Ohresser (55 sal.) et une cartonnerie, reprise par SCA (Suède), passée de 300 à 110 emplois. En outre, appareils d'éclairage Kappeler (25 sal.), moules et modèles MGE (Maquettes et gabarits Eber, 25 sal.), chaudronnerie Asti (20 sal.), travaux publics Lefebvre (70 sal.), garage de poids lourds Volvo (Renault Trucks, 60 sal.); magasin Botanic (30 sal.), nettoyage Alpha (Alsacienne de Propreté, 35 sal.), négoces de produits d'entretien ProHygiène Service (35 sal.), d'électronique Bartec (20 sal.), alimentaire P. Ucko (20 sal.).


Holtzheim

3 000 hab., 691 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Geispolsheim, membre de la Communauté urbaine de Strasbourg, en banlieue ouest de la métropole, sur la rive droite de la Bruche et juste au nord de l’aéroport. Elle a une gare, près du fort Joffre qui est à la limite orientale de son territoire. Celui-ci s'étend de part et d'autre de la Bruche, et l'urbanisation a gagné la rive droite en lotissements. La population croît régulièrement depuis le début du 20e siècle.

Bien qu’en partie résidentielle, Holtzheim abrite d’assez nombreuses entreprises; fabrique de fours de boulangerie (Bongard, 280 sal.); serrurerie Heitz (30 sal.), installations électriques Ineo (50 sal.); surgelés Thiriet (25 sal.), vente à domicile Maximo (30 sal.); espaces verts ISS (50 sal.), constructions Hirschner (40 sal.); transports Alloin (115 sal.); et même un centre d’élevage de primates. La coopérative d’abattage et de préparation de viandes Copvial (Coopérative des producteurs de viandes d’Alsace) a repris l’abattoir Abiva et doublé l’activité (20 000 t/an), passant à 260 salariés, puis 120; elle a racheté la Sobovia d’Obernai. La ville a également reçu une plate-forme logistique du groupe paramédical Octapharma de Lingolsheim, et un centre de tri de La Poste; supermarché Leclerc (25 sal.).


Kolbsheim

830 hab., 333 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Geispolsheim, sur la rive gauche de la Bruche 13 km à l'ouest de Strasbourg-centre; château du début du 18e s., casemates au nord-est. Elle avait été réunie à Duppigheim entre 1974 et 1982; sa population augmente depuis (500 hab. dans les années 1960) et a gagné 60 hab. de 1999 à 2007.


Lipsheim

2 500 hab., 496 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Geispolsheim, membre de la Communauté urbaine de Strasbourg, à 13 km SSO du centre-ville sur la rive gauche de l’Andlau, juste à l'ouest de Fegersheim; gare et route à 4 voies E 25; usine Gaggenau ex-Pain (groupe Bosch-Siemens, radiateurs à gaz, appareils de cuisson, 260 sal.): hôtel des Alizés (25 sal.). La croissance est sensible: 750 hab. entre 1930 et 1950, 1 000 en 1968, 1 500 en 1980; la commune a encore gagné 260 hab. entre 1999 et 2007, soit plus de 10%. L'ancien village-rue est enserré par des lotissements.


Plobsheim

3 700 hab., 1 664 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Geispolsheim, membre de la Communauté urbaine de Strasbourg à 14 km au sud de la capitale. Banlieue résidentielle, elle avait 1 600 hab. entre les deux guerres et a crû ensuite, mais sa population est restée stable après 1999. Son territoire est en grande partie occupé par le grand bassin de compensation hydraulique et la base nautique au bord du Rhin; un projet discuté de parc de loisirs «européen» dit Bioscope s’est finalement orienté vers Ungersheim. L'habitat reste centré sur les deux rives du Rhin Tortu, avec une petite projection sur le'ancien canal du Rhône au Rhin à l'ouest, des extensions vers le nord (Niederau) et l'est (le Moulin). Le finage contient un terrain de golf en bordure du plan d'eau à Kempferhof, la ferme de Thumenau tout au sud; il est limité au sud-ouest par le canal d'alimentation de l'Ill. Un puits de pétrole est à l'extrême nord-est, au-delà d'un étang.