Canton de Rosheim

Rosheim

4 800 hab., 2 955 ha dont 1 600 de bois, chef-lieu de canton du Bas-Rhin dans l'arrondissement de Molsheim, 6 km au SO de celle-ci au bord de la Rosenmeer. Il est sur la route des Vins (161 ha de vignes) et s'étend largement sur les Vosges où la commune possède une forêt. C'est l'une des belles villes d'Alsace, avec une célèbre église romane «lombarde» du 12e s. en grès jaune, des maisons anciennes dont une «maison romane» du 12e s., au sein d'un centre-ville en rond qui a gardé des restes de fortifications soulignés par une esquisse de boulevard circulaire; les fromages aussi sont réputés. Le centre, traversé par et longé au sud par le ruisseau, est débordé de toutes parts par les pavillons et les jardins. Il se prolonge à l'est, jusqu'à l'échngeur autoroutier, par la zone d'activités de Rosenmeer, aux abords de la gare et des routes, qui comprend aussi un usine d'incinération. Sa population a fluctué (3 600 hab. en 1881, 2 700 entre les deux guerres, 3 300 en 1968, 1 800 en 1982). Elle augmente sensiblement depuis cette date (+200 hab. de 1999 à 2007).

Ancien centre textile, Rosheim a un collège public, un hôpital, un supermarché Simply (45 sal.) et quelques entreprises, dont le paysage est changeant. Si la fabrique de meubles métalliques Steelcase, en difficulté et tombée à 25 sal., a été reprise fin 2009 par une micro-entreprise de Duttlenheim (HGH), l'électronique Thealec est devenue Altrics (40 sal.) après être passée à une autre micro-entreprise (Sofimeca de Pulversheim), et la robinetterie Sirros (50 sal., groupe Erimeca) a disparu des fichiers. Se signalent les ateliers de mécanique Rosheim Industries (45 sal., naguère robinetterie Sirros, usine et siège du groupe Erimeca) et LAP (Laser Alsace Production, 20 sal.), la menuiserie de portes et fenêtres VOB (30 sal.), la métallerie MFC (20 sal.), les machines à café Reneka (25 sal.) et, dans l'alimentaire, la charcuterie Muller (45 sal.) et la boulangerie Rohmer (20 sal.); plus les entreprises de génie thermique Andlauer (50 sal.) et Kress Tech (40 sal.), la distribution de chaleur Idex (25 sal.), le négoce de matériaux Siehr (20 sal.), les transports Trans Mob (30 sal.); et le restaurant le Rosenmeer (Maetz, 25 sal.).

Vers l'ouest, le ban de Rosheim atteint le cours de la Magel et s'épanouit sur le plateau forestier, montant à 844 m au Tresskopf. Un groupe de maisons entoure le hameau de l'Eichwald, non loin des habitats de Mollkirch. Le canton compte compte 17 100 hab. (15 600 hab. en 1999) et 9 communes, 13 323 ha dont 7 122 de bois. Il inclut Bischoffsheim et Bœrsch juste au sud de Rosheim, Ottrott et Sainte-Odile au SO. Dans les Vosges, vastes forêts et signal de Grendelbruch (752 m); le canton monte jusqu'à 1 024 m au SO, au Kreuzberg. La communauté de communes du canton de Rosheim correspond exactement à celui-ci et siège au chef-lieu.


Bischoffsheim

3 300 hab., 1 233 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Rosheim, 5 km au sud de Molsheim. Ce «village de l'évêque», fleuri, qui conserve des maisons anciennes, est dominé par la «colline de l'évêque» (Bischenberg, 361 m), où se trouve un ancien couvent, objet de pèlerinages et qui accueille congrès et séminaires sous l'égide du Crédit Mutuel. Le finage contient à l'ouest une grosse butte, le Bischenberg, montant à 360 m et boisée sur son versant occidntal, en vignes du côté oriental au-dessus du bourg. Il s’étend largement à l’est dans la plaine du «pays des Choux», jusqu'à dépasser le tracé de la route de Strasbourg à Obernai (A 35). Le vieux village est au pied de la butte vers le nord-est; il est longé par la voie ferrée et la route de piémont (D 422), un peu plus loin dans la plaine par l'autoroute de Molsheim à Obernai (échangeur); des zones d'activités et de sports ont pris place dans ce secteur. De nombreuses villas se sont établies sur les pentes de la butte, surtout en exposition sud où l'on domine Obernai.

La commune inclut 40 ha de vignes et 32 de vergers (cerisiers et pommiers). Elle a aussi trois zones industrielles (bâtiment, mécanique); ingénierie et travaux hydrauliques Muller (50 sal.), machines à broder Barudan (35 sal.); couverture Piasentin, 25 sal.; négoces de matériel électrique Velum (160 sal.), de quncaillerie Kraftwerk (30 sal.), d'appareils thermiques HS (25 sal.); transports Klein (50 sal.); hôtel Bischenberg (25 sal.). La population a doublé depuis 1954; elle a encore crû de près de 500 hab. entre 1999 et 2007. La forêt de Bischoffsheim, dans les Vosges voisines, est sur le territoire de Bœrsch.


Bœrsch

2 400 hab., 2 335 ha dont 585 de bois, commune viticole du Bas-Rhin dans le canton de Molsheim, 10 km au SSO de la ville et 3 km à l'ouest d'Obernai. Le village, classé parmi les «villages de charme» et les «villages de caractère», est pittoresque, avec maisons anciennes et restes de remparts, trois portes fortes, grand place à maisons du 16e s. avec un beau puits renaissance; marqueterie d'art Spindler dans l'ancienne abbaye Saint-Léonard, devenue château de la Léonardsau, avec parc arboré et musée du cheval et de l'attelage; musée des tonneliers; négoce de métaux VPO (60 sal.). La croissance de la population est sensible depuis 1970 (1 200 hab.). Aussi le village originel, qui conserve une forme très ramassée en ellipse, au pied d'une butte avancée, s'est-il entouré d'une série de lotissements le long de l'Ehn, jusqu'au hameau de Saint-Léonard au sud-ouest.

Le territoire communal s'étend fort loin vers l'ouest où il atteint le Grand Rosskopf à 1 082 m, au-delà de la maison forestière de Magelhof tapie dans la haute vallée de la Magel qui descend vers Grendelbruch et la Bruche. Cette partie montagnarde comprend les forêts de Bischoffsheim et de Bœrsch; elle est limitée au sud par la vallée de l'Ehn, le long de laquelle s'éparpillent de nombreuses habitations. Le hameau de Klingenthal, abrité au creux de la vallée, s’était rendu célèbre par sa manufacture royale d’armes blanches, ce que commémore et illustre un musée. La manufacture avait été installée en 1730 et rivalisait avec Solingen, dont néanmoins elle avait d’abord tiré son savoir-faire. Puis, fermée en 1836, elle avait été reprise ensuite par la famille Coulaux (également à Molsheim, Mutzig et Gresswiller) pour la fabrication de faux et faucilles, puis d’armes d’escrime; le dernier martinet s’est arrêté en 1962. Tout un ensemble de chalets s'est établi sur le versant d'adret au-dessus de Klingenthal, ainsi qu'un village de vacances; l'hôtel des Vosges y emploie 30 sal.


Grendelbruch

1 300 hab., 1 463 ha dont 900 de bois, commune du Bas-Rhin dans le canton de Rosheim, 12 km à l’ouest de celle-ci dans le massif vosgien. Le village est au pied du signal de Grendelbruch (752 m, panorama, nécropole), sur un replat dominant la vallée de la Magel. Le territoire communal est très étendu vers le sud-ouest, et offre de nombreux sites de loisir et promenade, avec plusieurs refuges, villages de vacances, centres pour enfants. Il contient au nord un cimetière militaire national, les hameaux de Schwarzbachtal, Mackenbach et Wlschenmatten, au sud plusieurs anciennes marcairies et le hameau de Neuematten. Le grand Bois de Grendelbruch couvre la butte du Petit Rosskopf (908 m) et va, à la pointe sud-ouest, jusqu'au Grand Rosskopf (1 011 m). Jean Arp (1886-1966) fut un familier du village. La population communale augmente un peu depuis 1990 (920 hab.); mais elle avait atteint 1 600 hab. dans les années 1880.


Griesheim-près-Molsheim

2 000 hab., 462 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Rosheim, 5 km à l’est de celle-ci, dans la plaine au bord de la Rosenmeer, petit affluent de l’Ehn; elle n’avait que 800 hab. en 1968 et en a encore gagné 300 de 1999 à 2007: le petit village originel est entouré de pavillons de toutes parts.


Mollkirch

960 hab., 1 247 ha dont 1 074 de bois, commune du Bas-Rhin dans le canton de Rosheim, à 8 km ONO de Rosheim, et à 2 km de la vallée de la Bruche. Le village est dominé par les reliefs boisés du Mollberg, couronnés par les ruines du très puissant château de Guirbaden (12e-13e s.); il offre des hébergements touristiques; carrosserie automobile des Forges Friederich (35 sal.). La population a nettement augmenté depuis 1982 (450 hab.) et encore gagné 200 hab. entre 1999 et 2007.

Le finage est vite limité à l'est par la vallée sud-nord de la Magel, qui va vers la Bruche, et comprend au sud-est les gros hameaux de Meyerhoff, Muehl Rain, Laubenheim et Klosterle. La rive gauche de la Magel au pied du château de Guirbaden est également habitée (hameau de Fischhutte). Le relief à l'ouest, entièrement boisé, monte juqu'à 612 m. Un vallon débouchant sur la Bruche y cache le hameau de Floessplatz, avec une colonie de vacances.


Ottrott

1 700 hab. (Ottrottois), 2 889 ha dont 2 562 de bois, commune du Bas-Rhin dans le canton de Rosheim, au pied des Vosges juste à l'ouest d'Obernai. Près du village, d'allure pittoresque, sont le beau parc du Foyer de Charité et un aquarium; hostellerie des Châteaux (40 sal.), maçonnerie Schreiber (55 sal.). Au-dessus s’élèvent les hauteurs du Hohenburgerberg (718 m) et du mont Sainte-Odile (764 m) et les châteaux ruinés de Lutzelbourg à puissante proue défensive, de Rathsamhausen (début du 13e s.), du Koepfel à l'ouest, auxquels s'ajoutent les ruines du Hagelschloss et du Dreistein, plus isolés à l'ouest. Sainte Odile est réputée être la patronne de l’Alsace et le mont est depuis 1661 un haut lieu de pèlerinage et de visite, sans doute le plus connu de l’Alsace (un million de visiteurs par an). L’abbaye (très restaurée), perchée au-dessus d’une puissante paroi de grès, domine le village de Saint-Nabor, juste au sud d’Ottrott, où se trouvent des chapelles classées.

On y admire aussi un puissant «mur païen», longue enceinte du haut Moyen Âge, qui aurait peut-être un soubassement d’origine celtique. Un peu plus loin, à l’ouest dans la forêt, sont le château féodal (restauré) de Birkenfels et des tombes mérovingiennes. Le ban communal s'étend à l'ouest au-delà du fossé sud-nord que représente le vallon très encaissé du Vorbachrain, qui descend vers l'Ehn et qu'emprunte la D 426. Il atteint à l'ouest le Kreuzberg (1 026 m) et le Grand Rosskopf (1 032 m); il culmine à 1 054 m à l'angle sud-ouest et englobe une grande part de la forêt d'Obernai-Bernardswiller, les sources de l'Ehn, les clairières des maisons forestières de Magelhof et de Willerhof et les ruines très isolées du château de Kagenfels. La commune a gagné près de 200 hab. de 1999 à 2007.


Rosenwiller

710 hab., 550 ha dont 243 de bois, commune du Bas-Rhin dans le canton de Rosheim, 3 km au nord-ouest du chef-lieu; elle se distingue par un grand cimetière israélite (4 ha), présent depuis la fin du 14e siècle et d'environ 6 000 tombes. Le village a été créé comme colonie agricole en 1664 et peuplé alors de calvinistes suisses; + 90 hab. entre 1999 et 2007. Son finage atteint à l'ouest la vallée de la Magel près de Mollkirch et porte quelques vignes près du village (73 ha).


Saint-Nabor

480 hab., 189 ha dont 120 de bois, commune du Bas-Rhin dans le canton de Rosheim, 1 km au sud d’Ottrott au pied du mont Sainte-Odile. Le village est au bas du relief, complété au nord-est par le lotissement des Châteaux, et ne s'étend pas en plaine. Sur le relief, il se développe dans deux vallons descendant du mont Saint-Odile. Du premier, au nord, il n'a que le versant d'ubac, entamé par une vaste arrière. Le second, au sud-ouest, conserve des restes de l'ancienne abbaye Niedermunster du 10e s., avec bâtiments des 12e et 18e s.; chapelles classées.