Canton de Soultz-sous-Forêts

Soultz-sous-Forêts

2 800 hab., 1 515 ha dont 530 de bois, chef-lieu de canton du Bas-Rhin dans l'arrondissement de Wissembourg, 14 km au SSO de la ville, 16 km NNO de Haguenau, juste à l'extérieur du Parc des Vosges du Nord, sur la voie ferrée de Haguenau à Wissembourg. La bourgade est réputée «village de caractère» et a un collège public, plus quelques ateliers: machines-outils (Gunther, 370 emplois, groupe suédois Sandvik); métalmécanique CEFA (Chaudronnerie et forges d'Alsace, 110 sal.), travaillant surtout pour l'armée et les pétroliers et associée à une filiale Ecofluide (40 sal.) pour le traitement de liquides; chaudronnerie Stib (30 sal.); biscuiterie Heumann (25 sal.); supermarchés Leclerc ex-Coop (45 sal.) et Match (35 sal.), négoce d'outillages et machines Walter (75 sal.).

Soultz est depuis 1987 le lieu d'expériences de mise en valeur de la géothermie, avec un soutien financier de l'Union européenne; la poche est à 165°C à - 3 900 m; le projet consiste à injecter de l'eau à partir de la surface et à la pomper après réchauffement; les turbines à vapeur pourraient alors produire de l'électricité (prévision 25 MW). Un consortium EMC (Exploitation minière de la chaleur) a engagé la construction de l'usine pilote pour 2007; il associe EdF et Pfalzwerke.

Le village originel alligne ses maisons le long d'une croupe entre deux vallons confluant juste en aval pour former le Seltzbach. L'habitat s'est répandu côté nord dans un vallon et sur le versant gauche exposé au sud, et beaucoup plus au sud, de part et d'autre de la voie ferrée et de la gare dans le quartier de Wolfsgarten, d'où il se prolonge en file et en ateliers en direction de Hohwiller. Hohwiller est un ancien village, englobé par fusion en 1982, fleuri (4 fleurs) et riche de maisons à colombage, qui reste assez autonome en dépit de son absorption. La route principale, qui le contourne par le nord et s'interpose entre lui et Soultz, accentue l'impression.

Le ban communal ne se limite à cette active petite agglomération, qui est hors du Parc régional. Au contraire, il se poursuit vers le nord-ouest par une longue queue, presque étranglée à la sortie nord-ouest de Soultz, mais qui, s'insinuant entre les bans de Lobsann et et de Memmelshoffen, atteint le Hohwald en s'élargissant jusqu'au col du Pfaffenschlick (374 m), non loin du camp de Drachenbronn. L'escarpment du Hohwald et toutes les basses collines au pied y sont sous les bois du Kirchspielwald. Toute cette partie septentrionale est intégrée dans le Parc régional. Sa population, longtemps stable autour de 1 500 hab., croît modérément, passant par 2 000 hab. en 1976; elle a gagné près de 300 hab. entre 1999 et 2007.

La communauté de communes du Soultzerland, ou pays de Soultz, englobe 6 communes (6 500 hab.) et siège dans l'ancien village de Hohwiller. Elle est relayée au sud-est par celle du Hattgau. Le canton a 18 300 hab. (19 communes) et 14 556 ha dont 4 230 de bois. Drainé par le Seltzbach qui rejoint la Sauer à Seltz, il s'étend au nord-est de la forêt de Haguenau et englobe les forêts d'Aschbruch et de Hatten au SE. De nombreux villages figurent parmi les avantages touristiques du pays d'Outre-Forêt, tels Kutzenhausen, Schœnenbourg et Ingolsheim au pied des reliefs, Hohwiller, Hunspach et Hoffen dans la plaine, Surbourg, Hatten et Betschdorf près de la forêt de Haguenau. Des installations militaires font l'originalité de Drachenbronn-Birlenbach.


Aschbach

690 hab., 432 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Soultz-sous-Forêts, 10 km à l’est de Soultz dans un petit vallon affluent du Seebach. Elle a été momentanément réunie à Stundwiller (1974-1988) et sa population est en progression (+ 90 hab. entre 1999 et 2007). Le nom vient de ask, frêne.


Betschdorf

4 000 hab., 2 811 ha dont 1 150 de bois, commune du Bas-Rhin dans le canton de Soultz-sous-Forêts à 15 km NE de Haguenau, dans la vallée de la Sauer à la limite nord de la forêt. Le village pittoresque est en forme de rue, avec des maisons à colombage du 18e s. C'est un ancien centre potier connu pour sa spécialité de grès au sel et de couleur bleue, et son musée de la poterie. Plusieurs entreprises y travaillent, éparses dans la plaine de la Sauer: Schroff (électronique, coffrets métalliques, 250 sal., au groupe états-unien Pentair), Rüsch (sondes et appareils médicaux, 40 sal., allemand), et une briqueterie (Sturm, 65 sal.) acquise par le groupe autrichien Wienerberger (Porotherm); la fabrique de céramique Cérabati, passée au groupe italien Marazzi, n'est plus représentée que par les Grès d'Artois (20 sal.); traitements de surface Aloxan (40 sal.), électronique Pilz (45 sal.); négoce de machines-outils Elumatec (25 sal.), installations thermiques Strohm (25 sal.), transports Clauss (25 sal.); un Intermarché (25 sal.). De nombreuses cités ouvrières éparses s'intercalent entre l'ancien village et les ateliers. . La commune a absorbé en 1971 Niederbetschdorf et l'année suivante les anciens villages de Kuhlendorf au nord-est (où est seule église à colombage d'Alsace, datant de 1820), Schwabwiller à l'ouest et Reimerswiller au nord-ouest, passant ainsi de 1 100 à 3 000 hab. Son territoire s'étire sur 12 km le long du massif forestier et englobe la forêt d'Aschbruch.


Drachenbronn-Birlenbach

970 hab., 713 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Soultz-sous-Forêts, 6 km au nord de Soultz, dans le parc des Vosges du Nord au pied du Hochwald; elle est issue d'une fusion de communes de 1972, et associe deux villages-rues, Birlenbach en aval de Drachenbronn dans le même vallon. Un ancien camp servant à l’édification de la ligne Maginot a reçu les installations de la base aérienne 901 et de la «cité des cadres», qui procurent à la commune un surcroît de 600 personnes, mais elles ne sont plus comptées dans la population communale; la base, qui n'a ni piste ni avion, est équipée des puissants radars de surveillance des approches orientales de la France. Le finage s'étend relativement loin au sud-est dans les basses collines, jusqu'aux abords du musée de la Ligne Maginot, mais ne monte pas au nord-ouest sur le relief; il englobe toutefois l'écart des Sept Fontaines à l'ouest de la base aérienne, le hameau de Munzhof au nord de Drachenbronn. La population municipale a augmenté de 90 hab. entre 1999 et 2007, alors que la population totale tombait de 1 400 à 970 personnes. Drachenbronn est en germanique la source du Dragon.


Hatten

2 000 hab., 1 891 ha dont 982 de bois, commune du Bas-Rhin dans le canton de Soultz-sous-Forêts, 9 km ESE du chef-lieu. La forêt de Hatten est à l’extrémité nord-orientale du massif de Haguenau. Le village, étiré en rue ouest-est sur la D 28, s'est doublé au sud d'un grand lotissement. Il se complète au sud-est d'une zone d'activités du quartier d'Esch, en bordure de forêt. C'est un solide centre de services, assez bien équipé, dont la population est plutôt stable depuis longtemps, mises à part les années 1940, et enregistre une légère croissance récente (1 500 hab. en 1975); elle a gagné 200 hab. de 1999 à 2007. On visite à Hatten une casemate de la ligne Maginot et le musée de l’Abri; le Seltzbach borde la commune au nord. La fermeture de l’usine de reliure Klemisch a permis à la firme Striebig d’équiper une plate-forme logistique (pièces pour automobiles, 340 sal.); les transports Striebig emploient en outre 80 sal. Hatten est le siège de la communauté de communes du Hattgau, qui associe 6 communes (7 900 hab.), dont Betschdorf, longeant la bordure septentrionale de la forêt d'Haguenau. Le Hattgau est le pays de Hatten.


Hoffen

1 200 hab., 945 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Soultz-sous-Forêts, 5 km à l’est de Soultz au bord du Selzbach, de la voie ferrée et de la route de Haguenau à Wissembourg et dans un secteur de confluence de vallons, ce qui a servi sa réputation d’être l’un des plus beaux villages d’Outre-Forêt. C’est un «village de caractère» avec de nombreuses maisons à colombage, parfois à galerie. Le noyau se tient sur la rive gauche, mais il se prolonge au sud-est, rive droite, dans le hameau de Leiterswiller. La commune a en effet englobé en 1974 les anciennes communes de Hermerswiller et Leiterwiller, faisant ainsi plus que doubler le nombre de ses habitants; Hermerswiller est plus éloigné et plus autonome à l'ouest et, comme Hoffen, frôlé par la voie ferrée et la D 623. La nouvelle commune a gagné une centaine d'habitants supplémentaires entre 1999 et 2007. Elle a quelques ateliers: machines agricoles (Niess, 30 sal.), négoce de machines-outils Rems (25 sal.).


Hunspach

680 hab., 549 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Soultz-sous-Forêts, 6 km au NE de Soultz, connu comme l’un des plus beaux villages de l’Outre-Forêt et classé parmi les «plus beaux villages de France» et les «villages de charme»; nombreuses maisons à colombages, fêtes avec costumes traditionnels, spécialité de quenelles de viande (Flaaschknepfle); monuments funéraires Heiby (30 sal.). Le village longe le vallon du Kirrbaechtel, qui descend vers le sud en direction du Seltzbach. Le finage est traversé à l'est par la voie ferrée et la route de Wissembourg (D 263) et atteint le bord gauche de la vallée du Hausaeurbach, tributaire du Seltzbach qui reçoit les eaux du Kirrbaechtel à Hoffen. La population se redresse depuis le creux de 1982 (570 hab.).


Ingolsheim

290 hab., 446 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Soultz-sous-Forêts, 6 km au NE de Soultz dans la vallon du Bremmelbach, qui descend vers le Hausauerbach; elle conserve plusieurs ouvrages de la ligne Maginot sur la crête, la ferme isolée Breitenacker tout au nord-ouest, et a gagné quelques habitants entre 1999 et 2007.


Keffenach

220 hab., 239 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Soultz-sous-Forêts, 4 km au nord de Soultz, dans le Parc des Vosges du Nord. Le village, entouré de vergers, est sur une croupe dominant au sud la vallée du Wintzenbach; un bois à l'ouest, partie du Kirchspielwald de Soultz.


Kutzenhausen

860 hab., 720 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Soultz-sous-Forêts, 2 km à l’ouest de Soultz et voisine de Merkwiller-Pechelbronn. Le petit village, sur le versant gauche du Seltzbach, se double sur la rive droite du hameau de Feldbach et, plus à l'ouest, du village de Kutzenhausen-le-Haut (Oberkutzenhausen), qui jouxte l'habitat de Merkwiller. Le nom viendrait du patronyme Chuzo et s’écrivait Chuzinusi en 742. On y visite la tour d’une très grosse ferme qui fut siège de bailliage et qui abrite une «maison rurale», parmi de belles maisons à pans de bois. La commune et plusieurs de ses voisines sont incluses dans une avancée du Parc des Vosges du Nord. Merkwiller-Pechelbronn s’en est détachée en 1888; mais, au nord-ouest, le finage de Kutzenhausen englobe le site d'une ancienne expoitation de pétrole et la cité Le Bel qui lui était liée. La population varie peu depuis un siècle. Elle a augmenté de 60 hab. entre 1999 et 2007.


Lobsann

590 hab., 273 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Soultz-sous-Forêts, 4 km au NO de Soultz au pied du Hochwald et dans le Parc des Vosges du Nord. Le village s'étire dans la vallée du Marienbaechtel, qui descend vers le Seltzbach; tout en amont au pied du relief, le hameau de Marienbronn abrit une maison de post-cure. Dans une configuration géologique comparable à celle de la proche Pechelbronn, Lobsann a connu une exploitation d’asphalte dès 1787, qui s’est plus ou moins maintenue jusqu’en 1914. La population s'est accrue de 90 habitants entre 1999 et 2007.


Memmelshoffen

330 hab., 182 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Soultz-sous-Forêts, 4 km au nord de Soultz, dans le Parc des Vosges du Nord sur le piémont du Hohwald, dans un tout petit ban.


Merkwiller-Pechelbronn

890 hab., 376 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Wœrth (6 km à l'est du chef-lieu), à 18 km au sud de Wissembourg. Elle a été créée en 1888 comme Merkwiller, et s'est adjoint le nom de Pechelbronn en 1922 car Pechelbronn («fontaine de poix») eut son temps de célébrité comme principale, sinon seule ressource de pétrole en France. La commune est dans le Parc des Vosges du Nord.

Le finage s'étend vers le sud dans les bois et conserve des traces d'anciens puits. Au-delà des bois s'isole sur une butte le hameau-rue de Hoelschloch, frôlé par la voie ferrée de Wissembourg (gare). Une station thermale a fonctionné à Merkwiller quelque temps mais a été abandonnée. La population de la commune a augmenté de sa création à 1931 (820 hab.) et se maintient depuis; elle a gagné 90 hab. de 1999 à 2007. Un gros atelier de mécanique ISRI (ressorts pour automobiles, 370 sal., au groupe allemand Isringhausen) y a contribué. Merkwiller est le siège de la communauté de communes de Pechelbronn, qui groupe 5 communes et 3 600 hab.


Oberrœdern

500 hab., 500 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Soultz-sous-Forêts, 8 km à l’est de Soultz, au pied d'une colline dominant la rive gauche du Seltzbach. Elle avait fusionné entre 1974 et 1988 avec Anspach et Stundwiller, que frôle au nord et à l'est la limite du finage, mais l’association a échoué. Une ancienne caserne et une zone d'activités sont à la limite occidentale de la commune au bord du Seltzbach et près d'Hoffen.


Retschwiller

250 hab., 326 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Soultz-sous-Forêts, juste au nord de Soultz sur une forte colline; la limite sud de son bas longe les maisons de Soultz.


Rittershoffen

940 hab., 1 213 ha dont 640 de bois, commune du Bas-Rhin dans le canton de Soultz-sous-Forêts, 7 km au SE de Soultz et touchant au sud à la forêt de Haguenau, avec une maison forestière à l'orée du bois; la population a peu varié en un siècle.


Schœnenbourg

690 hab., 547 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Soultz-sous-Forêts, 3 km au NE de Soultz. Le village est perché sur une longue colline, son finage est boisé au nord; le nom signifie «beau fort»; ouvrages de la ligne Maginot. Le nom est aussi celui d’un grand cru de Riquewihr.


Stundwiller

410 hab., 332 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Soultz-sous-Forêts, 9 km à l’E de Soultz. Le village est au bord du Seebach, à la limite occidentale d'un finage qui atteint au sud le cours du Seltzbach; il fut réuni à ses voisins Aschbach et Oberroedern entre 1974 et 1988. La commune a gagné 40 hab. de 1999 à 2007.


Surbourg

1 600 hab., 1 046 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Soultz-sous-Forêts, 4 km au SO de Soultz sur la route de Haguenau. Elle est bordée au sud par la Sauer, à laquelle elle doit son nom, et par la forêt de Haguenau. Sa population est stable (1 400 hab. en 1962, 1 300 environ pendant le siècle précédent). Le village, aligné sur une colline, conserve les restes de la plus ancienne abbaye d’Alsace, fondée en 570, avec église collégconserve les restes de la plus ancienne abbaye d'Alsace, fondée en 570, avec église collégiale du 11e s. très remaniée, discothèque.Il s'est augmenté de lotissements, notamment au sud-est (les Peupliers). Le finage s'allonge d'ouest en est le long de la Sauer, qui marque sa limite méridionale et le sépare de la forêt.