Canton de Saint-Laurent-de-Chamousset

Saint-Laurent-de-Chamousset

1 800 hab. (Saint-Laurentais), 1 725 ha, chef-lieu de canton du département du Rhône dans l'arrondissement de Lyon, 44 km à l'ouest de la préfecture sur une butte des monts du Lyonnais, à 600 m. Elle a des maisons anciennes et le gros château de Chamousset conserve de nombreuses tours et un donjon carré, du 14e s.; il a été restauré au 19e s. Le bourg a un collège privé et un petit hôpital (10 lits médicaux, 214 en tout), une maison familiale rurale, un marché aux veaux. Cair fabrique du matériel médical (perfusions) avec 60 salariés, Grange des meubles (60 sal.), la société coopérative France Partenaires (90 sal.) assure des sous-traitances (fixations de ski, matériel médical, etc.). La population communale a assez peu varié, entre un maximum de 1 900 hab. en 1851 et un minimum de 1 300 de 1920 à 1970; elle a gagné 150 hab. de 1999 à 2007.

Le canton a 11 200 hab., 14 communes, 16 492 ha dont 2 160 de bois; il est limitrophe du département de la Loire et traversé dans sa partie méridionale par le sillon de la Brévenne. La communauté de communes du canton de Saint-Laurent-de-Chamousset lui correspond exactement et siège au chef-lieu. Brussieu (840 Brussieurois dont 85 à part, 674 ha) est un village situé à 8 km à l'est du chef-lieu au-dessus de la Brévenne, à 420 m; des mines de plomb et d'argent ont été exploitées à Pampailly du 15e au 18e s., et redécouvertes comme site archéologique; centre d'apprentissage, maison de Pays avec expositions au hameau de la Giraudière sur la N 89 qui longe la Brévenne; traces de voie romaine sur les collines. La population de Brussieu augmente depuis le minimum de 1975 (440 hab.) et a gagné 180 hab. de 1999 à 2004 (+24%).

Sainte-Foy-l'Argentière (1 200 Fidésiens, 154 ha), 8 km en amont de Brussieu, à 5 km au sud du chef-lieu à 425 m, est au contact de la vallée étroite et encaissée de la Brévenne, en aval, et d'une petite plaine correspondant à un fossé houiller, en amont, où du charbon fut extrait au 19e s.; tuilerie du groupe Imerys (160 sal.), entreprise de câblage CMS (80 sal.) du groupe Icra, canalisations Sogea (groupe Vinci, 55 sal.). Sainte-Foy abrite un château du 15e s. et le terminus du train touristique de la Brévenne, qui va jusqu'à L'Arbresle; le village a un collège public. Sa population a peu varié de 1876 à 1999, tout en culminant à 1 300 hab. en 1931; elle a gagné 80 hab. de 1999 à 2004.

Juste à l'est, Saint-Genis-l'Argentière (880 Saint-Genois, 1 065 ha dont 209 de bois), à 520 m, accueille une fabrique de réactifs chimiques Axcell (45 sal., groupe Biocorp). À Haute-Rivoire (1 200 Taravouériens, 2 029 ha), village des collines à 8 km OSO du chef-lieu, Prismaflex (1 200 sal.) imprime tissus et plastiques; la commune a gagné 120 hab. de 1999 à 2006; elle avait eu 1 800 hab. en 1851.

Au nord du canton à 9 km du chef-lieu, Montrottier (1 400 Montrottois, 2 310 ha dont 376 de bois) est un village de crête, à 670 m, dominé par des hauteurs boisées montant à 853 et 862 m dans le petit massif du mont Pelerat et de l'Arjoux, qui marque le partage des eaux entre Turdine et Brévenne; fabrique d'appareils électriques (onduleurs et convertisseurs) Martek Power (150 sal.). Montrottier a eu 2 000 hab. en 1851, 950 autour de 1970; sa population a augmenté ensuite, mais n'a gagné que 20 hab. de 1999 à 2006. À Villechenève (620 Milotiens, 1 415 ha), 13 km NNO du chef-lieu à 700 m et 6 km à l'est de Panissières, la route vers Tarare emprunte le col de Signy, sous des reliefs dépassant de peu 900 m; fabrique de cosmétiques phytothérapiques des Trois Chênes (85 sal.). Villechenève a eu 1 500 hab. en 1866, un minimum de 540 en 1962; elle a gagné 130 hab. de 1999 à 2007.