Canton de Mont-Saint-Vincent

Mont-Saint-Vincent

340 hab., 1 360 ha dont 347 de bois, chef-lieu de canton de Saône-et-Loire dans l'arrondissement de Chalon-sur-Saône, 11 km au SE de Montceau-les-Mines, juché à 600 m sur la crête qui domine le sillon houiller; belvédère, musée de préhistoire et d'archéologie J. Régnier. La commune a eu 850 hab. en 1806 et n'a guère cessé de s'affaiblir depuis. Une communauté de communes Autour du mont Saint-Vincent réunit 13 communes (3 300 hab.) et siège au village.

Le canton a 3 100 hab. (2 900 en 1999), 10 communes, 14 352 ha dont 2 443 de bois; sa forme est très contournée et son relief accidenté; il s'avance au SE jusqu'aux abords de Saint-Gengoux-le-National, en un appendice dont les vallons sont empruntés par la ligne du TGV. Genouilly (430 hab., 1 088 ha) y est le village le plus peuplé; à l'extrême sud-est, Saint-Clément-sur-Guye (140 hab., 740 ha) se perche au sommet d'un éperon vigoureux, dominant le plateau de Saint-Gengoux-le-National. Gourdon (920 hab., 2 541 ha dont 322 de bois), dont le village est perché sur une butte à 3 km au NO du chef-lieu, a un finage qui entre à l'ouest dans la banlieue de Montceau-les-Mines et y a un Intermarché (25 sal.), ainsi qu'une mairie annexe proche des lotissements de pavillons. La commune avait déjà plus de 1 000 hab. vers 1895; sa population est descendue jusqu'à 640 hab. en 1968 et regagne des habitants depuis, mais modérément; étang, château et ancien moulin des Puits (17e-18e s.), église romane classée (12e s.) à fresques.