Canton de Palinges

Palinges

1 500 hab., 3 655 ha dont 440 de bois, chef-lieu de canton de Saône-et-Loire dans l'arrondissement de Charolles, 15 km NNO de Charolles, dans la vallée de la Bourbince au bord du canal du Centre; musée, station de contrôle des races ovines et bovines; au sud du village, beau château de Digoine (18e s.), avec parc. La population communale diminue depuis 1962 (1 800 hab. sdc); elle avait atteint 2 400 hab. en 1911.

Le canton a 4 000 hab. (3 800 en 1999), 7 communes, 17 920 ha dont 3 117 de bois; traversé du nord au sud par la vallée de la Bourbince et les voies de communication qui la suivent, il s’étire d’ouest en est dans la dépression du Charolais, mais confine déjà à l’agglomération de Montceau-les-Mines. À l’ouest du canton à 8 km OSO de Palinges et 10 km au nord de Paray-le-Monial, Saint-Vincent-Bragny (1 000 hab., 4 100 ha dont 813 de bois) s’orne d’un ancien prieuré de bénédictins (15e s.) au bord de l’Oudrache, qui descend de Sanvignes et rejoint la Bourbince peu en aval de Paray-le-Monial après 48 km de cours; maçonnerie Descombes (20 sal.). La commune résulte d’une fusion entre Saint-Vincent-lès-Bragny et Bragny-en-Charolais en 1971; la population, à peu près stable depuis, a gagné 110 hab. de 1999 à 2008; forêt domaniale de Carterand.

Oudry (380 hab., 2 078 ha dont 272 de bois) est à 6 km ONO de Palinges au bord de l’Oudrache en amont de Bragny. Tout à l’est du canton, Martigny-le-Comte (440 hab., 3 727 ha dont 618 de bois) a un château à base féodale, refait au 19e s., et les étangs du Baronnet au nord du finage; mécanique Fricaud (30 sal.). La population communale a beaucoup baissé depuis les 2 000 hab. de 1820 et même les 1 300 du début du 20e siècle. Saint-Aubin-en-Charollais (440 hab., 1 961 ha dont 350 de bois) est à 7 km au sud de Palinges; son habitat assez dispersé s'aligne jusqu'au cours de la Bourbince à l'ouest; charcuterie et plats préparés Chapuis (40 sal.).