Canton de Semur-en-Brionnais

Semur-en-Brionnais

650 hab. (Semurois), 1 556 ha dont 699 de bois, chef-lieu de canton de Saône-et-Loire dans l’arrondissement de Charolles, 31 km au SO de Charolles et 5 km à l’est de Marcigny sur un rebord de plateau, et entouré de bois. Le village, qui figure parmi les «plus beaux villages de France» et les «petites cités de caractère», est connu pour ses églises romanes, son hôtel de ville ancien et comme centre touristique du Brionnais. Il a repris quelques habitants dans les années 1990, mais à la suite d’un long déclin (1 500 hab. en 1876), et a perdu à nouveau une centaine d'habitants de 1999 à 2008.

Le canton a 5 000 hab., 14 communes, 19 659 ha dont 2 651 de bois; il est limitrophe du département de la Loire au sud, Iguerande (1 050 hab., 2 143 ha dont 201 de bois) marquant, comme son nom l’indique, une très ancienne limite. La commune a gagné 120 hab. de 1999 à 2008. L’établissement des cotillons et confettis Waldie-Rubie’s (états-unien, 65 sal.) ne fabrique plus guère mais sert de plate-forme logistique; plâtrerie Chrisdécor (25 sal.). Ligny-en-Brionnais (370 hab., 1 594 ha), 10 km ESE de Semur, accueille une ingénierie (Martelin, 25 sal.); elle a gagné 70 hab. après 1999.

Tout au NE, à Oyé (300 hab., 1 838 ha),18 km SO de Charolles, château renaissance de Chaumont, avec parc et musée, bâti au 18e siècle pour le compte du négociant Jean Circaud, promoteur de l’élevage du charolais; Oyé avait 1 200 hab. en 1820. Varenne-l’Arconce (130 hab., 830 ha), 3 km au NO d’Oyé, a une église romane et se signale par un ensemble de «jardins romans». Saint-Christophe-en-Brionnais (510 hab., 1 507 ha), 8 km ENE du chef-lieu, a l’un des très gros marchés périodiques de bovins charolais; le marché au cadran y occupe 25 salariés; ce village a aussi un musée-école des églises romanes, et de nombreuses églises romanes du 12e s. se visitent alentour. Il est le siège de la communauté de communes du canton de Semur-en-Brionnais, qui coïncide bien avec le canton.