Canton de Montfort-le-Gesnois

Montfort-le-Gesnois

3 150 hab. (Montgénois), 1 874 ha dont 595 de bois, chef-lieu de canton de la Sarthe dans l'arrondissement du Mans, 20 km ENE du Mans dans la vallée de l'Huisne et le couloir de circulation vers Chartres et Paris; gare. La commune résulte de la fusion de Montfort-le-Rotrou et de Pont-de-Gennes en 1986, à peu près également peuplées, et son habitat est passablement dispersé. Rotrou fut le nom de seigneurs de Montfort aux 11e-12e s., et la forteresse disparue de Gennes (ou Gesnes) donna son nom au petit pays du Gesnois.

La commune comprend un château de 1820 dans le style italien avec parc, à l'emplacement de l'ancien château féodal, et des haras; le parc des Sittelles (12 ha). Les autres entreprises sont la brosserie du Maine (MBTP, 30 sal.), les travaux publics La Mancelle (30 sal.); carrelage Blondeau (30 sal.); magasin Super-U (35 sal.). La population a un peu augmenté depuis la fusion; elle s'est accrue de 220 hab. de 1999 à 2009. La commune est le siège de la communauté de communes des Brières et du Gesnois, qui réunit 15 communes (22 200 hab.).

Le canton a 22 400 hab. (19 100 en 1999), 15 communes, 21 729 ha; situé à l’est du Mans et traversé par l’axe Le Mans-Paris, il est très marqué par la proximité de la métropole mancelle, surtout au centre et au sud. Dans la partie nord, plus rurale, Saint-Célerin (740 Gérois, 1 347 ha dont 291 de bois), 9 km NNE du chef-lieu, se distingue par un château renaissance de 1625, Bois-Doublé; sa population s'est accrue de 320 hab. entre 1999 et 2009, soit +77%!

Torcé-en-Vallée (1 250 Torcéens, 1 686 ha), 3 km plus à l’ouest, est connue pour son église rustique, lieu de pèlerinages mariaux qui durent depuis le haut Moyen Âge. Elle a gagné 430 hab. depuis 1999 (+52%). Saint-Corneille (1 090 Cornéliens, 1 116 ha), 6 km ONO de Montfort, a des haras et le château renaissance de la Perrigne; sa population a augmenté de 250 hab. entre 1999 et 2009 (+30%).

Côté sud, Le Breil-sur-Mérize (1 470 1 140 Breillois, 1 835 ha), 7 km au SE de Montfort, ancien lieu du travail du chanvre et du lin, est surtout connu par le site classé du château de Pescheray (ou Pescheré), du 16e siècle, à hauts toits et donjon pentagonal; à la tête d’un domaine de 145 ha dont 92 de bois, il abrite un centre d’aide par le travail (65 personnes), un musée agricole, un parc animalier et des installations de loisirs dont un swingolf de 18 trous, une discothèque (20 sal.); transports Baudouin (20 sal.). Le Breil a gagné 330 hab. de 1999 à 2009 (+24%).

Sa voisine Soulitré (690 560 Solutréens, 1 099 ha dont 238 de bois) a un finage qui s’étend jusqu’à la vallée de l’Huisne et héberge ainsi, sur la N 23 au hameau de la Belle Inutile, les transports Robineau (180 sal.); elle a 130 hab. de plus qu'en 1999. À Ardenay-sur-Mérize (470 Ardenaisiens, 1 167 ha dont 684 de bois), 4 km OSO du Breil, la firme Cristal Roc exploite une source d’eau de table et un atelier d’embouteillage (Roxane, 100 sal.); transports Leblay (35 sal.). Lombron est juste au nord du chef-lieu sur le plateau; mais les principales communes du canton sont dans le couloir de l’Huisne: Champagné, Saint-Mars-la-Brière, Connerré.


Champagné

3 780 hab. dont 370 à part, 1 934 ha dont 747 de bois, commune de la Sarthe dans le canton de Montfort-le-Gesnois, à 9 km ENE du Mans sur la rive gauche de l'Huisne. La commune est très proche du vaste nœud autoroutier de Changé, et abrite un collège public, ainsi que les installations du camp militaire d'Auvours, domaine du 2e RIMa (régiment d'infanterie de marine), qui comprend au total 930 personnes. Elle est pleinement dans le domaine suburbain du Mans et a vu s'installer de nombreuses entreprises. Parmi celles-ci, dominent les appareils électriques Souriau (500 sal., connecteurs) et l’agro-alimentaire avec Luissier-Bordeau-Chesnel (200 sal., charcuterie et plats cuisinés), les aliments du bétail Sanders (65 sal.), une minoterie (Moulins réunis de la Sarthe, 25 sal.).

En outre, Champagné accueille les fabriques de peintures PPO (50 sal.), d'outillage mécanique Neumann (35 sal.), de chaussures de caoutchouc Plastigom (La Vague, 40 sal.), de cloisons en béton Pitois (35 sal.), de bétons Stradal (20 sal.); recyclage de déchets Passenaud (75 sal.), travaux publics Colas (85 sal.), Soprema (30 sal.) et SEPTP (20 sal.), installations électriques Garczynski-Traploir (50 sal.) et ETDE (20 sal.); négoce de fournitures pour l’industrie alimentaire (Bobet, 90 sal.). Champagné héberge aussi la centrale d’achats Socamaine du groupe Leclerc (290 sal.), les transports TNT (65 sal.) et Évenisse (Steg, 45 sal.); Crédit Mutuel (30 sal.). La commune avait moins de 900 hab. au 19e siècle, 1 600 en 1936; elle est passée à 2 000 vers 1950 et 3 000 vers 1980; sa population avait peu grossi depuis, mais elle a augmenté de 420 hab. entre 1999 et 2009.


Connerré

3 000 hab. (Connerréens), 1 660 ha dont 299 de bois, commune de la Sarthe dans le canton de Montfort-le-Gesnois, 6 km à l'est de celle-ci sur la rive gauche de l'Huisne. La ville a bénéficié de sa situation de relais à 26 km du Mans sur la route de Paris, d'un environnement actif dans les élevages et de sols qui en ont fait au 19e s. un centre de poterie, ainsi que des brillantes initiatives d'Albert Lhuissier, inventeur de la production industrielle de charcuterie, portant loin la réputation des «rillettes du Mans». La bourgade partage avec sa voisine Beillé une gare sur la voie ferrée de Paris, qui est aussi le point de départ du chemin de fer touristique qui mène à Bonnétable par Tuffé (18 km); elle bénéficie d'un collège public.

Les principales entreprises sont toutes dans la charcuterie industrielle et les plats cuisinés et conserves mais ont connu des concentrations; il reste Prunier (Goût et Tradition, 100 sal.), Les Sarthoises (50 sal.), et Christ (90 et 40 sal.), venu d’Alsace et qui fait notamment des choucroutes… mais a été vendu en 2011 au suisse Reitzel; la plus grande est Bahier (coopérative Socopa) à Sceaux-sur-Huisne à 7 km au NE dans le canton de Tuffé, qui a d’ailleurs repris à Connerré, puis fermé, l’atelier des Sarthoises; de plus petites entreprises ont fermé en ces dernières années. Connerré a aussi un Intermarché (100 sal.). La population communale a assez peu changé du milieu du 19e s. à 1999, mais a gagné 370 hab. de cette date à 2009.


Lombron

1 990 hab. (Lombronnais), 2 411 ha dont 566 de bois), commune du département de la Sarthe dans le canton de Montfort-le-Gesnois, 4 km au nord du chef-lieu. La commune a gagné une centaine d'habitants de 1999 à 2009, et ainsi atteint le seuil des 2 000 hab. Elle a un grand château de la fin du 17e siècle dans le style francilien, avec parc (Lauresse), maintenant tout près de l’autoroute.


Saint-Mars-la-Brière

2 480 hab. (Briérois), 3 469 ha dont 1 483 de bois, commune de la Sarthe dans le canton de Montfort-le-Gesnois, 3 km OSO de Montfort sur la rive gauche de l’Huisne. La commune s'est agrandie en 1809 du finage de Saint-Denis-du-Tertre, dont l'ancien village subsiste comme hameau perché sur une colline au sud-est du bourg. Le finage s’étend ainsi du nord au sud perpendiculairement à la vallée de l’Huisne et possède une grande partie du camp militaire d’Auvours, au sud, dans les bois, que traverse la D 357 (ex-N 157); château de Saint-Mars au village (15e et 18e s.).

La commune a une bonne base de commerces et services et un centre culturel actif; papeterie du Bourray (Arjo Wiggins, 255 sal.) au bord de l'Huisne, mécanique Wilburh (40 sal.) et Attom (20 sal.), transports Caillot (50 sal.). La population croît depuis les années 1950 (1 300 hab.) et a gagné 100 hab. entre 1999 et 2009. Brière est un terme assez général pour des terres de marais, sans lien direct avec la Brière nazairienne.