Canton de Ruffieux

Ruffieux

670 hab. (Ruffiérois), 1 321 ha, chef-lieu de canton du département de la Savoie dans l'arrondissement de Chambéry, 32 km au nord de la préfecture, en Chautagne. La commune va de la barre du mont Clergeon (1 028 m) au Rhône, que franchit un pont routier vers Culoz; elle traverse les marais et la forêt domaniale de Chautagne. La cave coopérative de Ruffieux traite les quatre cinquièmes de la production de Chautagne, environ 11 000 hl par an pour quelque 150 viticulteurs. La commune a eu plus de 1 000 hab. dans le troisième quart du 19e s. puis sa population s'est abaissée jusqu'à 360 hab. en 1975; elle remonte depuis et a gagné 85 hab. de 1999 à 2004.

Le canton a 4 200 hab., 8 communes, 7 861 ha dont 2 201 de bois. Limitrophe de l'Ain et de la Haute-Savoie, il occupe la pointe septentrionale du département; il s'étire du nord au sud entre le confluent du Fier et du Rhône et le lac du Bourget et ses 8 communes forment la communauté de communes de Chautagne, qui siège au chef-lieu. Il est limité à l'est par l'alignement de hauteurs Gros Foug-mont Clergeon-montagne de Cessens, à l'ouest par le Rhône. Tout au nord à 8 km de Ruffieux, Motz (330 Motziens, 904 ha dont 445 de bois, à 436 m) donne sur les gorges et l'embouchure du Fier, avec une centrale électrique et un pont spectaculaire vers Seyssel. Motz a eu 750 hab. en 1846, un minimum de 290 en 1982; elle a gagné 50 hab. de 1999 à 2007.

La commune de Serrières-en-Chautagne (810 Serriérois, 1 604 ha dont 270 de bois) est plus étendue et va du Rhône au Gros Foug (1 057 m); elle est la seule à perpétuer le nom de la Chautagne; elle héberge une fabrique de climatiseurs du groupe Ciat de Culoz (60 sal.), un atelier plastiques Wavin (40 sal.); mais Salomon a fermé son usine de skis, qui employait 200 personnes. La commune a néanmoins gagné 115 hab. de 1999 à 2004.

La commune de Chindrieux (1 100 Chindrelains, 1 642 ha dont 640 de bois), 4 km au sud du chef-lieu, est dominée à l'est par la montagne de Cessens (897 m) et occupe 5 km de la rive septentrionale du lac du Bourget; elle a une gare et un port de plaisance; le château de Châtillon conserve un donjon polygonal. La population communale est passée par un maximum de 1 400 hab. en 1846, un minimum de 730 en 1962, et a augmenté de 100 hab. entre 1999 et 2007. Vions (330 Mollardins, 570 ha), 5 km au SO de Ruffieux, est une commune de bord du Rhône; elle a une gare et un pont ferroviaire sur le Rhône vers Culoz.

Chanaz (450 Chanaziens, 675 ha), 2 km au SO de Vions, se tient au bord du Rhône mais la commune frôle la rive du lac, de l'autre côté de l'extrémité nord de l'alignement rocheux du mont du Chat, montant ici à 515 m. Le village offre d'intéressantes vieilles rues, et le musée des potiers de Portout, près du lac du Bourget; entreprise d'espaces verts Berger (20 sal.). Le barrage de Savières commande un ancien canal de dérivation du Rhône, réaménagé par la Compagnie nationale du Rhône. Le canal de Savières est l'exutoire du lac du Bourget, équipé à Chanaz d'une petite centrale électrique. La commune est passée par un minimum de 260 hab. dans les années 1960; sa population croît depuis et a gagné 35 hab. de 1999 à 2005.

Conjux (170 Conjuxiens, 170 ha) est un village sur la rive nord-ouest du lac du Bourget, 8 km SSO de Ruffieux, doté d'un petit port de plaisance; il a gagné 20 hab. de 1999 à 2005. Enfin, au sud-ouest du canton, Saint-Pierre-de-Curtille (370 Valdecrênans, 975 ha dont 625 de bois) est le seul village d'altitude, à 435 m, sur un plateau dominé par le mont Landard (583 m) entre le Rhône et le lac du Bourget dans le prolongement du chaînon du mont du Chat. La commune n'avait pas 200 hab. en 1975, contre 600 en 1846; elle en a gagné une cinquantaine de 1999 à 2004. Son territoire étend vers le sud-est une queue en bordure du lac: c'est là que s'isole l'abbaye d'Hautecombe, créée par les cisterciens en 1139 et devenue le lieu de sépulture de la famille royale de Savoie. Accessible par une route en cul-de-sac de 5 km, elle a été presque entièrement refaite à partir de 1821 dans un style très néogothique troubadour, qui en fait une curieuse chose, mais fort visitée.