Canton d'Elbeuf

Elbeuf

17 400 hab. (Elbeuviens) dont 240 à part, 1 632 ha dont 1 158 de bois, chef-lieu de canton de Seine-Maritime dans l'arrondissement de Rouen, 20 km au sud de la préfecture sur la rive gauche de la Seine, au pied du coteau de rive concave qui porte la forêt d'Elbeuf, dont la limite départementale suit l'orée. Le petit espace de plaine au pied du coteau est entièrement occupé par la ville, dont l'agglomération déborde largement sur les voisines Caudebec-lès-Elbeuf et Saint-Pierre-lès-Elbeuf. Elbeuf fut une grande ville drapante, dont l'industrie avait commencé au 10e siècle, et s'était épanouie avec l'arrivée des exilés d'Alsace-Lorraine en 1871; mais la dernière entreprise textile a fermé en 1975. La population communale avait dépassé 22 000 hab. dans le troisième quart du 19e s.; elle a diminué jusqu'en 1954 (17 300) puis a repris jusqu'en 1968 (19 400 sdc) avant de s'abaisser à nouveau; elle aurait repris 500 hab. entre 1999 et 2008.

Les vieilles maisons du centre-ville témoignent de sa richesse passée, comme les bâtiments d'anciennes manufactures, inégalement restaurés; parmi les attractions figurent le musée municipal de sciences naturelles, archéologie et histoire, complété par l'espace textile Fraenckel-Herzog dans une ancienne usine, et la villa gallo-romaine du val Caron au Buquet, à l'ouest de la ville; bel hôtel de ville sur les quais, médiathèque, théâtre et cirque-théâtre, jardin; complexes aquatique Aqualud (25 sal.) et de cinéma Noé (30 sal.). Elbeuf est classée «ville d'art et d'histoire», et figure parmi les villes fleuries (3 fleurs).

Dans la commune travaillent la fabrique de machines textiles Asselin-Thibeau (115 sal., groupe alsacien NSC), les ateliers d’automatismes APA (40 sal.) et Same (Asselin-Thibeau, 40 sal.); conditionnement à façon Manudor (40 sal.), meubles de cuisine J. Daniel (25 sal.), linge de maison Advantech (25 sal.); plâtrerie ACIP (25 sal.), nettoyage Anger (45 sal.), négoce de fournitures pour automobiles Sube (40 sal.), Régie des transports urbains (55 sal.), gestion d’HLM (30 sal.), banque Société Générale (45 sal.), comptabilité A2C (20 sal.) et Naviseo (20 sal.), gardiennage VSG (20 sal.); supermarché Carrefour (40 sal.). Mais bien d’autres ateliers et négoces sont dans les communes voisines, surtout Caudebec-lès-Elbeuf et Saint-Pierre-lès-Elbeuf qui sont dans le canton de Caudebec-lès-Elbeuf.

Elbeuf compte un collège et deux lycées publics, et autant pour le privé, ainsi qu’un centre hospitalier (270 lits). Une branche de l’IUT de Rouen est dans la commune voisine de Saint-Aubin-lès-Elbeuf. Toutefois, elle a aussi sa zone urbaine sensible, formée par l’ensemble le Puchot, Mesliers, Mont Duve à l’ouest de la ville. La majorité municipale est depuis longtemps à gauche; le maire est Djoudé Merabet, socialiste. L'ancienne communauté d’agglomération d’Elbeuf-Boucle de Seine (10 communes, 56 200 hab.) a été intégrée dans la grande communauté d'agglomération Rouen-Elbeuf-Austreberthe (71 communes, 485 500 hab.) tandis que l’unité urbaine Insee serait de 77 000 hab., l’aire urbaine de 88 300.

Le canton a 28 500 hab. (28 000 en 1999), 4 communes, 6 264 ha dont 4 473 de bois; limitrophe de l'Eure, il s'étend sur la rive gauche de la Seine, à l'exception de Saint-Aubin-lès-Elbeuf. Orival (960 Orivalais, 955 ha dont 750 de bois), juste en aval d'Elbeuf, serre et aligne ses maisons au pied du coteau escarpé de rive concave, que domine la forêt de la Londe. Le site d'Orival au Nouveau Monde est très apprécié pour sa silhouette, son panorama et les ruines d'un gros château féodal. Le coteau, exposé à l'est et réputé ensoleillé, a jadis porté des vignes. La commune a eu 1 900 hab. en 1880, moitié moins en 1936 et en 1982; elle a crû un peu ensuite, puis a reperdu 110 hab. de 1999 à 2008. La Londe, sur le plateau, riche de sa grande forêt, est l'autre commune du canton.


Londe (La)

2 300 hab. (Londais), 3 098 ha dont 2 543 de bois, commune de Seine-Maritime dans le canton d'Elbeuf, 4 km au NO d'Elbeuf sur le plateau du Roumois. Le gros village occupe une clairière mordant sur la grande forêt de la Londe, dont la majeure partie est dans la commune. À la faveur de la forêt, celle-ci dessine un grand saillant à l'intérieur du département voisin, jusqu'aux abords de Bourg-Achard, et domine le coteau de Moulineaux au SO de Grand-Couronne; des vestiges gallo-romains ont été fouillés en forêt, sur le site de Saint-Nicolas. Le nom est dérivé d'une racine scandinave londr qui désigne le bois. La commune s'est accrue de 260 hab. entre 1999 et 2008; elle avait eu 1 800 hab. en 1872, 840 au minimum de 1931.

La forêt domaniale de la Londe-Rouvray s'étend sur 5 100 ha en Seine-Maritime et 130 dans l'Eure; d'ailleurs, la limite départementale suit à peu près sa limite méridionale; elle occupe le rebord du Roumois au-dessus d'Elbeuf, Orival et Moulineaux, et s'avance au nord-est où elle occupe les hauteurs du grand lobe de méandre de Rouen, au-dessus d'Oissel, Saint-Étienne-de-Rouvray et Petit-Couronne. Dans sa partie centrale, du côté du pédoncule du méandre, elle est traversée par l'autoroute de Normandie et ses liaisons avec Rouen, plusieurs voies ferrées et inclut le circuit automobile des Essarts et un terrain militaire. La forêt du Rouvray, dans le lobe, n'a plus guère de ces chênes auxquels elle doit son nom, mis abonde en résineux de reboisement.


Saint-Aubin-lès-Elbeuf

8 200 hab. (Saint-Aubinois), 579 ha, commune de Seine-Maritime dans le canton d’Elbeuf, face à Elbeuf sur la rive droite de la Seine, au bout du long et étroit méandre de Cléon juste à l’ouest de Cléon. Elle dispose d’une gare, d’une écluse et d’un pont sur la Seine qui la relie à Elbeuf. C’est l’un des foyers industriels de l’agglomération de Rouen-Elbeuf: usine pharmaceutique Sanofi-Aventis (250 sal.) et agrochimie BASF (260 sal.), toutes deux issues d’une fabrique Rhône-Poulenc installée en 1946 à la faveur de la relance économique et du déclin de l’industrie textile elbeuvienne; connecteurs électriques Hypertac (180 sal., groupe britannique Smiths), matériels de levage Heurtaux (40 sal.); imprimerie (Imprimalog, 45 sal.), constructions Dorival (40 sal.), installations thermiques Realisol (40 sal.), transports Lumineau (25 sal.).

La ville est fleurie (3 fleurs), a un collège public, une branche de l’IUT de Rouen, une clinique (30 lits); supermarché Carrefour (40 sal.), informatique Visionic (20 sal.). Le nom complet de la commune date de 1931; elle avait alors 4 300 hab. et sa population a augmenté après 1950, passant par un maximum à 9 400 hab. (sdc) en 1982, après quoi elle a perdu plus de 1 000 hab., dont presque 200 entre 1999 et 2008.