Canton de Forges-les-Eaux

Forges-les-Eaux

3 770 hab. (Forgions) dont 240 à part, 522 ha, chef-lieu de canton de Seine-Maritime dans l'arrondissement de Dieppe, 46 km ENE de Rouen. La ville est située dans la plaine du Bray, près de la ligne de partage des eaux entre Béthune et Epte mais du côté de l'Epte et également aux sources de l'Andelle; elle est entourée par les forêts de l'Épinay au nord et du Bray au sud, et fut connue surtout comme station hydrominérale, utilisant une source ferrugineuse sortant à 7°C. Elle ne figure pourtant plus parmi les établissements thermaux; mais la proximité relative de Paris et de Rouen contribue à l'activité d'un gros casino du groupe Partouche qui emploie 290 personnes, soit bien plus que la mairie (110 employés); il est l'un des plus actifs de France, dans les dix premiers par le chiffre d'affaires annuel, qui dépasse 50 M€.

Forges, «station verte de vacances» et ville fleurie (3 fleurs), offre un parc thermal de 10 ha, un ensemble de musées à l'hôtel de ville (faïences, maquettes, histoire de la Résistance), un «village» du Club Méditerranée (200 sal., depuis 1996) et un VVF; un collège et un lycée publics. L'industrie est surtout représentée par le découpage de viandes du groupe Bigard (100 sal.), la reliure industrielle AGM (Arts Graphiques Modernes-Relifac, 45 sal.), la brosserie Lecler-Noël (25 sal.); matériel agricole Packo (40 sal.), maçonnerie Joly (25 sal.). La commune avait 1 800 hab. en 1890, et sa population croît régulièrement mais lentement: 2 800 hab. en 1954, 3 200 en 1975.

Le canton a 11 000 hab. (10 300 en 1999), 21 communes, 23 063 ha dont 2 696 de bois; il forme la communauté de communes du canton de Forges-les-Eaux. Il s'étend dans la partie la plus large du Bray, mais déborde un peu sur les plateaux bordiers, surtout au NE. Le Fossé (470 Fosséens, 1 011 ha), juste à l’est de Forges, a une cartonnerie (Masurel-Pollet, 25 sal.) et sa population s'est accrue de 90 hab. entre 1999 et 2008. Serqueux (1 080 hab., 576 ha), juste au NO de Forges, qui en a gagné 70 dans le même temps, complète l’agglomération; la commune est aussi un point de bifurcation ferroviaire, et accueille un atelier traitant la gomme arabique pour l'alimentation (CNI Technologies, 65 sal.), un magasin Super-U (75 sal.), un négoce de matériel agricole Émeraude (20 sal.). Juste au nord, Beaubec-la-Rosière (470 Beaubéciens, 1 297 ha dont 280 de bois), 4 km NNO de Forges, a quelques restes de l’abbaye cistercienne de Beaubec, apparue en 1127, et a gagné 70 hab. après 1999.

Au pied de la côte méridionale du pays de Bray au sud du canton, La Ferté-Saint-Samson (440 Fertésiens, 1 905 ha dont 383 de bois), 5 km au sud du chef-lieu, fut une place forte; il en reste une motte féodale et un grenier à sel; elle a gagné 100 hab. de 1999 à 2008, presque un tiers. Rouvray-Catillon (200 Roburiens, 1 222 ha) sur l’Andelle et Mauquenchy (330 Malchachéens, 1 264 ha) l’accompagnent vers l’ouest et leurs finages débordent un peu sur le plateau du revers méridional du Bray; beau château des 17e et 19e s. au Catillon; Mauquenchy a gagné 50 hab. après 1999.

À l’opposé vers le nord, Gaillefontaine (1 410 Gaillefontains, 2 623 ha dont 443 de bois), 7 km au NE de Forges, se tient au pied de l’escarpement septentrional du Bray, à la source de la Béthune. Le village a d’intéressantes vieilles rues, une belle halle de bois, plus un château néogothique de la fin du 19e siècle; verrerie LVI (doubles vitrages, 80 sal.), créée en 1973 comme LVI (Le Vitrage Isolant), devenue Pilkington en 1991, incendiée puis reconstruite en 2006, passée alors au japonais Nippon Sheet puis rachetée par Riou Glass (VIP de Pont-Audemer) en 2009; fenêtres Conforbaie (40 sal.); sa population, assez stable depuis longtemps, a diminué de 70 hab. entre 1999 et 2008.

Grumesnil (520 Grumesnilois, 1 116 ha), au pied du même talus 12 km à l’est de Forges, est un village fleuri (3 fleurs) et abrite une entreprise de travaux publics et de transports (Ramery ex-Buquet, 100 sal.). Sur le plateau, Haucourt (260 Haucourtois, 1 018 ha), 6 km au SE de Gaillefontaine, a vu restaurer les restes d’une commanderie de templiers à Villedieu-la-Montagne et sa population s'est accrue de 40 hab. depuis 1999.